Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 12:17

 

Encadrer en activités de pleine nature établit un lien particulier entre le moniteur et son client.

Surtout en grandes voies où l'esprit de la cordée ramène toujours à cette dimension montagne et efface la notion de prestation commerciale. Ce sont deux partenaires (ou plus) qui partent ensemble partager des émotions dans le monde minéral de la verticale.

 

Le moniteur ressent la satisfaction du travail bien accompli lorsque ses clients (ses "cli-amis") reviennent l'engager année après année pour découvrir de nouvelles parois et se lancer à l'assaut d'itinéraires mythiques.

Cette fidélisation transforme rapidement les liens en amitié durable.

 

Exemple parfait avec Yves qu'Olivier guide régulièrement dans les Calanques ou dans des voyages lointains plus exotiques.

La journée ne se limite pas à l'ascension d'une grande voie. Elle s'accompagne bien souvent d'extra qui vont du pique-nique grandiose sur la plage, au bain revigorant (surtout en ce printemps 2013 rafraichi où la Méditerranée tarde à perdre ses températures hivernales) ou d'un apéro convivial.

 

Ainsi, courant mai, en plein cœur de l'automne précoce de 2013 , Olivier trouve une brèche météo pour emmener Yves faire la "Paroi Noire" au Crêt St Michel.

Le ciel est menaçant mais les trombes d'eau attendront la fin de l'escalade pour rincer le secteur.

 

Yves domine la calanque de Morgiou et son charmant port de pêche.

 

 

Après cette grande classique des Calanques, un plongeon dans la mer et direction Soubeyrannes le lendemain pour une autre classique du grès ocre, côté Cassis : "Ouvreur de bouse".

 

Au hit-parade des voies les plus photographiés au monde, elle trône en bonne position parmi ses consœurs de l'Escalès au Verdon. Les touristes venus admirer le panorama des fameuses "plus hautes falaises maritimes d'Europe" sont toujours surpris de voir débouler ces trompe-la-mort de "grimpeurs à mains nues".

A l'accès au premier rappel et à la sortie de la voie à ce même relais, les flashs éblouissent les grimpeurs, gênés de cette immersion soudaine dans la célébrité après l'isolement relatif des grandes faces rocheuses.

 

Le deuxième rappel avec sa longueur et son fil d'araignée met déjà dans l'ambiance raide et sauvage de la paroi .

 

 

 

 

 

En compagnie d'un sacré ambianceur, Delongue (alias Franck Gaudini, moniteur d'escalade qui étend sa zone d'influence depuis Buoux jusqu'aux falaises phocéennes), rigolade assurée !

 

Les deux cordées s'organisent pour parcourir l'itinéraire de 5 longueurs en 6a+ maxi.

 

Kathy

Meliha et Yves

Meliha

 

 

L'appareil photo tombe en rade et c'est le reportage dans cette voie qui tourne court.

Heureusement, le plaisir de grimper en bonne compagnie reste intact et les bacs "d'Ouvreur de bouses" sont toujours aussi accueillants.

 

A bientôt pour une prochaine sortie

 

 

 

Repost 0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 23:47

 

 

 

  Lors des vacances de fin d'année, Marseille respire (et pas seulement sous les assauts du mistral ). Les fêtes éparpillent les habitants loin de la ville et les vacanciers préfèrent le ski et la montagne pour réveillonner.

Circuler dans la cité phocéenne devient presque agréable et rejoindre le (désormais) Parc National des Calanques s'avale en quelques minutes.

 

Direction le bout du monde : Callelongue dominé par le cirque des Goudes ; un décor à inscrire au patrimoine mondial des grimpeurs (un équivalent de l'UNESCO pour l'escalade ? ).

 

Avec le vent d'hiver qui intensifie le bleu du ciel, les paysages atteignent l'exceptionnel.

 

 

 

DSC01411rec reg red compDepuis le Pas de la Demi-Lune, les Lames et le Rocher des Goudes se découpent devant l'île Maïre.  DSC01421rec reg red compLe bonheur de faire le plein d'UV sous "l'Arête de la Cordée".

 

 

 

La face sud de Saint Michel d'Eau Douce est un abri bien connu du mistral. Baignée de soleil, elle est appréciée l'hiver.

Les jours de vent d'est, c'est la face ouest qui est protégée. Poutant au sud, le renfoncement du secteur de "La grande vire" épargne les grimpeurs des rafales jusqu'à l'avant-dernière longueur.

 

Profitant de la désertification passagère du lieu, l'occasion est trop belle de grimper une classique.

De plus, l'hiver est la saison idéale pour atténuer les désagréments du rocher patiné (conséquence d'un succès et d'une fréquentation constante) : l'adhérence devient presque correcte (même dans la glissante "Rectiligne").

 

 

Ce sera "Le S", une ligne de fissures qui a la bonne idée de ne jamais dépasser le 5c+.

On imagine la bonne surprise des ouvreurs de 1945 (Roger Duchier et Charles Magol) qui découvre cette profusion de prises dans un profil si raide. Dicté par le rocher, l'itinéraire zigzague (d'où son nom) le long de la ligne de faiblesse.

 

Alors, quand on se met dans la tête de parcourir le maximum de longueur d'une traite, il faudra jouer de malice pour dompter le tirage de la corde.

 

 

 

 

DSC01426rec reg red comp


  DSC01451rec reg red comp

 

 

  S'encombrer de 25 dégaines est une précaution inspirée par la prudence mais finalement inutile. Au terme de l'ascension des 65 mètres de cet empilement de longueurs, le second ne récoltera que 8 dégaines.

Donc, le rack habituel de 12 avec des sangles sera suffisant.

 

 

DSC01432rec reg red comp

 

 

Quelques règles évidentes :

  • Rallonger les dégaines avec des sangles.
  • Clipper les points pour se protéger et récupérer la dégaine précédente pour optimiser l'alignement de la corde.
  • Imaginer la trajectoire pour éviter les frottements sur le rocher.
  • Ne pas s'exposer et rester prudent.

 

 

Au dessus du premier relais, attention à la fausse piste par L2 de "Moby Dick" (rings gris dans un mur en 6b+). "Le S" traverse bien à droite avant de revenir vers la gauche en suivant la fissure (rings inox brillants).

 

Homogènes, les longueurs sont superbes.

 

DSC01439rec reg red comp

 

Au fur et à mesure de l'escalade, le frottement "alourdit" la corde et oblige à s'arrêter au 3ème relais (représentés par les points bleus sur la photo de droite) : 65 mètres, c'est une belle envolée.

 DSC01446rec reg relais red comp

 

 

 

  Reste la longueur de traversée pour sortir sur le plateau de St Michel d'Eau Douce.

 

 

DSC01452rec reg red comp  DSC01465rec reg red compEncore un petit pas de dalle sous la vire sommitale.

 

 

  Le vent d'est accélère sous le sommet et c'est l'ambiance patagonienne au dernier relais. Brassé et immédiatement glacé ; les doudounes trimballées dans le sac sont vite enfilées.

 

 

 

DSC01467rec reg red comp

  En récompense, le panorama sur le Rocher des Goudes !

DSC01473rec reg red comp

 

 

 

  Etonnamment, en s'éloignant de la crête, les puissantes rafales qui remontent le long de la falaise, s'estompent d'un coup et tout le plateau du sommet est abrité du vent .

Sympa ! Ce répit sert à savourer cette belle voie réalisée en deux longueurs.

 

Pour descendre, le rappel unique du côté du "Petit couloir" s'impose pour éviter de multiplier les envols de la corde.

 

 

En retournant en face ouest, on change de saison : le tee-shirt tombe et la chaleur est celle du printemps.

La divine Paroi Jaune nous tend les bras ; mais ceux-ci ne répondent plus à l'exigence des voies continues et aux passages réclamant une certaine solidité des doigts.

 

 

DSC01479rec reg red comp

"Super Nana" (6c d'abord puis 7c) à la Paroi Jaune.

 DSC01478rec reg red comp

 

La Tête du Trou du Chat et la face ouest de St Michel d'Eau Douce.

 

 

Conclusion :

  • A l'abri du vent dominant, ta destination tu choisiras .
  • Le soleil d'hiver en priorité, tu cotoieras.
  • Des micros-abris, tu profiteras (soleil et abri du vent d'est au secteur de "La grande vire" en face sud de St Michel).
  • Avec plaisir et seulement les jours froids et secs d'hiver, les voies patinées tu grimperas .
  • Et surtout, meffi de l'échauffement qui te grille l'énergie pour la suite de ta séance .

 

 

 

 

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 13:54

 

 

 

 

Les Calanques ne laissent personne insensible.

Quelles que soient le nombre de visites, l'étendue de l'exploration de ces paysages fabuleux, elles suscitent un émerveillement justifié. Ce sentiment se transforme souvent en passion pour de nombreux usagers, qu'ils l'expriment sur les sentiers ou sur les falaises.

 

 

 

 

Parmi ces passionnés, certains ont consacré une grande partie de leur vie à la défense de ce massif et voient leur combat récompensé par la création en avril 2012 du Parc National des Calanques.

 

 

 

 

L'occasion de croiser une forte densité de ses défenseurs infatigables était donnée à l'occasion du lancement du nouveau livre de Jacky et Barney Vaucher :

 

"Calanques : un siècle d'amour et de vigilance : comment un territoire de passions devient Parc National " (aux éditions Parole).

 

DSC00721rec reg red comp Au premier plan (chemise blanche), Henry Augier, président d'Union Calanque Littoral (UCL) de 1992 à 2000, en discussion avec l'actuelle présidente Madeleine Barbier.

 

 

 

Jeudi 15 novembre 2012, les locaux du CAF Marseille les accueillent pour cette soirée de retrouvailles, d'échanges et de témoignages captivants sur les actions menées depuis un siècle pour défendre les Calanques des agressions de toutes natures : l'industrie, l'urbanisme, le tourisme de masse, les aménagements routiers, ...

 

La sauvegarde des Calanques : tout le monde peut en citer quelques épisodes, mais en connaissons-nous toute l'étendue ?

Pas sur, vu l'immense période couverte !

Depuis la première manifestation du 13 mars 1910 jusqu'à la création du Parc cette année, cent ans de lutte sont décrits dans ce livre qui fait office de recueil et de mémoire.

 

Si on connait les Calanques sous leur aspect actuel, c'est grâce à tous les anciens qui ont ont combattu décennies après décennies. Cet ouvrage permet de ne pas l'oublier.

 

 

DSC00740rec reg red compSerge Rouaix (C.O.S.I.N.A.).   

 DSC00728rec reg red comp

Marc Roussel (président d'honneur du CAF Marseille Provence) et le président des Excurs.

 DSC00732rec reg red comp

Bernard Hamel, actuel président du CAF Marseille Provence. Il représente les grimpeurs au sein du GIP et très actif pour la défense des grimpeurs depuis 2008-2009 et "l'affaire des réserves intégrales".

 DSC00734rec reg red comp

Valérie Simonet, réalisatrice du film "Calanques, une histoire empoisonnée" qui montre sans concession les pollutions passées et actuelles des Calanques.

 DSC00737rec reg red comp

Madeleine Barbier, actuelle présidente d'Union Calanques Littoral.

 DSC00730rec reg red comp

 

 

 

 

 

Brillant chroniqueur de la vie des massifs d'escalade de Provence (du Verdon jusqu'aux Calanques), Barney s'est investi dans ce projet suite à la retentissante affaire "des réserves intégrales" (en 2009, le GIP des Calanques annonçaient la mise en réserve intégrale de nombreuses falaises maritimes, limitant considérablement les possibilités d'escalade sur le massif).

L'administration ne peut pas balayer dédaigneusement des décennies d'actions sur le terrain et d'investissement des usagers pour les collines qu'ils affectionnent.

Associé à sa femme, farouche protectrice des Calanques au sein de nombreuses associations, ils ont recueilli les témoignages pour les compiler dans ce livre.

 

 

 

Merci et félicitations à Barney Vaucher et sa femme Jacky pour ce travail remarquable.

 

DSC00726rec reg red comp

 DSC00741rec reg red compLe directeur des Editions Parole qui a fait confiance au couple Vaucher pour la parution de ce livre. Il perpétue la tradition des veillées avec ses "Soupes aux livres", soirées qui permettent d'échanger.

 

 

 

On peut souligner combien les grimpeurs ont joué un rôle essentiel dans cette protection au travers des associations des Excurs, du Club Alpin Français.

C'est comme une réhabilitation du monde de l'escalade alors qu'aujourd'hui, les grimpeurs sont des cibles faciles pour les naturalistes, nouveaux chantres de la défense de l'environnement en mal de boucs émissaires.

Agrémété de nombreuses illustrations, le récit se lit facilement. Il s'achève sur la création du Parc National qui devrait être le garant d'une protection durable.

 

 

 

DSC00936rec reg red comp

Néanmoins, l'assemblée réunie souligne que la crise actuelle a provoqué une réduction drastique des budgets des Parcs Nationaux (moins de 2 millions d'euros au lieu des 6 initialement prévus) et donc, ralentit considérablement à la fois la mise en place de l'administration gestionnaire et l'embauche des gardes-moniteurs.

La vigilance reste d'actualité pour vérifier que le nouveau Parc National des Calanques ne soit pas qu'une coquille vide, sans moyen pour protéger l'environnement.

 

 

 

En conclusion, tous les amoureux des Calanques doivent posséder cet ouvrage dans leur bibliothèque, mémoire intarrissable de la défense de ce patrimoine naturel.

 

 

 

A commander sur le site des Editions Parole.

 

 

  Un très bon résumé à lire sur le site du CAF Marseille ...

 

Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 11:31

 

 

Dans les Calanques, les sites "urbains" comblent avantageusement une bribe de journée menacée par une ondée violente.

 

Grimper à Pastré, c'est le retour aux sources dans les Calanques avec la vue panoramique sur la rade de Marseille.

 

 

DSCN5473rec reg red comp

 

 

 

 

Ressentir les souvenirs nostalgiques de ses premiers pas empotés sur ces murs craquelés de fissures et de réglettes licheneuses.

 

Se rappeler ses débuts en quête d'une croix inestimable aux abords du sixième degré.

 

S'émouvoir de la frénésie à emmener tous ses collègues découvrir ce sport magique qu'est l'escalade et participer à la patine définitivement associée à ce calcaire de face nord.

 

Renacler à serrer des prises luisantes, fruit d'une fréquentation forte puisée dans la majorité des clubs marseillais.

 

Se meurtrir dans une difficulté si aisée d'habitude.

 

Se confronter avec la rudesse des cotations donne un aperçu de ce qui se pratique dans le "Nord" : la frontière du 6 est bien marquée et l'enchainement prouve la force de ses doigts et les arquées excessives démontrent la solidité des tendons.

 

 

 

 

  A gauche de la falaise, les courtes voies en 5 sont déjà bien glissantes mais permettent une reprise en tête :

 

"Balbutiements" 5aDSCN5475rec reg red comp

En arrière-plan, le pilier héberge "Force huit", un 6b très exigeant à l'esthétique intéressante.

"Pour les mutants" 5a

 

DSCN5481rec reg red comp

  "Vega" 5bDSCN5483rec reg red comp

 

 

Témoin des années fastes de l'escalade sportive, on trouve même dans la grotte à l'extrême droite des voies bricolées à grand renfort de prises renforcées-collées, taillées.

Quand l'averse arrive bien trop tôt avant une once d'épuisement, on pourra toujours tenté de se finir dans "Rave Party", un 6c bidouillé dont les mouvements dans le dévers sont biens physiques (vaut bien des 7a modernes) : attention à la claque retentissante à l'ego en cas d'échec à vue ...

 

 

  Tous les grimpeurs marseillais ont touché le rocher de Pastré et on y repassera forcément un jour ...

 

 

 

Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 13:11

 

 

  Lors du dernier volet du triptyque du rassemblement 2010 des adhérents C.M.E.L., c'est la météo qui impose ses règles : vent d'Est et pluie annoncée.

La morosité faillit réduire la motivation à néant mais finalement, l'espoir d'une certaine stabilité entraîne les grimpeurs restants dans les Calanques.

 

La maigreur de l'effectif se réduit à sa plus simple expression et compose à peine une cordée. Assez pour rejoindre l'Oasis, le refuge des randonneurs avec ses aménagements sous la voute bistrée (bancs, murs de pierres et plantes grasses d'ornements) mais aussi le refuge des grimpeurs cherchant à s'abriter du vent d'Est.

 

 

 

 

DSCN5440rec reg red comp

 

 

Le bandeau calcaire inférieur parait étriqué, écrasé qu'il est par l'ampleur du ressaut supérieur. Et pourtant, les 20 mètres suffisent à exploser les avant bras dans de beaux combats continus.

 

 

  A l'extrême droite se trouvent les voies les plus simples pour l'échauffement (attention aux réglettes arrondies du 6b "La Sauge", loin d'être une partie de rigolade et réclamant technique et force des doigts) puis en retournant vers la gauche du secteur, la difficulté devient plus asphyxiantes jusqu'aux voies en 8 du bombé noir.

 

 

 

 DSCN5443rec reg red comp

Beau dièdre aux grosses prises tout en restant athlétique : "Le slaloom des lapins" 5b.

 DSCN5453rec reg red comp"Porcelaine" : un 6c qui déroule jusqu'à la "plaque disparue" où la visualisation de son corps dans l'espace permet d'imaginer les placements à réaliser en l'absence brutale des bonnes prises. Un indice : écarts ... Pas si simple à vue !

  "Altaïr" : une merveille de force, méthode et continuité signée Gilles Bernard ! A faire absolument mais attention, c'est du vrai 7b !

DSCN5456rec reg red comp

DSCN5457rec reg red comp

 

 

Jusqu'au 7b, la continuité est reine avec souvent une succession de réglettes entrecoupés de quelques pas où la réflexion compensera une faiblesse de vérin.

Après l'échauffement classique des habitués dans "Vie violence" qui déroule correctement en 6c, l'archétype du style conti' local est "Le sacre du printemps" en 7a+ : un bijou parcourant une fissure légèrement déversante avec un pas un peu plus marqué dans le haut. Magnifique !

Les poumons entravés par une hygiène de vie douteuse seront à la peine tant l'essouflement gagne vite.

 

 

A partir de 7b, le modèle d'"Altaïr" montre combien une réserve de force et de rési est nécessaire en supplément. La sentence est irrévocable si les mains n'arrivent pas à tenir les premières inversées :  le cul par terre, il n'y a qu'à constater un cruel manque de force et donc, pas la peine de s'acharner pour la suite.

Sinon, apprivoiser les méthodes séquence par séquence permet de concevoir l'enchainement.

Se réserver quelques cartouches pour la dernière section sera un gage prudent de réussite et de satisfaction.

 

Aux premières heures du secteur, cette voie mythique avait bien effrayé les locaux quand ils virent Dieu,  le "Blond" en personne prendre un plomb aussi monumentale qu'imprévisible en cassant une prise dans le haut et s'écrasant le dos au sol à la faveur de quelques dégaines sautées. Le pronostic n'était guère favorable mais sa constitution et son mental ont su le rétablir pour la carrière qu'on lui connait.

 

Malgré la fatique et épargné par la pluie, Vincent boucle le 3ème jour avec cette belle croix puis celle flash de "Pierre qui roule", un 7a avec une méthode à découvrir et une continuité finale étouffante.

Il peut repartir tranquille ; le contrat est rempli même si l'objectif du 8a "encordé" n'est pas atteint.

Tant que le plein de plaisir est fait, peu importe le contenu !

 

Bravo !

 

 

 

Repost 0
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 12:38

 

 

 

 

S'il existe un site d'escalade dans les Calanques dont le succès ne s'est jamais démenti sans discontinuité depuis la "création moderne" dans les années 90, c'est bien la Paroi des Toits.

On ne peut que remercier les développeurs que sont Gilles Bernard et Hervé Guigliarelli quand ils ont osé rééquiper les classiques puis étoffer ce léger dévers étonnant.

 

 

 

Spectacle féérique quand la vue se dégage lors de l'approche !

 

DSCN5221rec reg red comp

DSCN5218rec reg red comp


  Alignement des cordées de Ber' et des deux Vincent.

DSCN5256rec reg red comp

 

 

Pour les locaux ou les visiteurs des quatre coins de la planète, les Toits demeurent de loin le site-phare indémodable des Calanques.

 

 

Les ingrédients du succès sont simples :

  • une paroi ensoleillée et abritée du mistral pour l'hiver,
  • des voies modernes de 20 à 35 mètres de pure continuité,
  • des bijoux comme "Le Cimetière des Eléphants", "La traversée du désert" par exemple
  • et surtout un style qui ne lasse pas les foules, mélange d'effort athlétique et d'endurance.

 

A voir le peuple qui est encore là en ce mois de février 2010, la CMEL n'est pas la seule à avoir choisi cette destination.

C'est blindé et pourtant, on ne se marche pas sur les pieds. Avec environ 120 voies, il y a de la place pour tous.

 

 

 

Echauffement pour tous : ci-dessous dans la "Voie Héran" 6c très homogène : superbe !

DSCN5235rec reg red compA noter l'exposition dans la première partie de "Phase IV" qui vaut 6a environ jusqu'au surplomb (un maillon pour descendre ; la suite en 7b). Sauf qu'avec 4 points, le risque de retour sur la vire est omniprésent : ça réveille !!? Méffi !

 

  Les Toits, c'est aussi le gracieux spectacle des grimpeuses s'élevant avec souplesse et facilité jusqu'aux prémices de la perfection  !DSCN5223rec reg red comp

 

 

 

 

Appliquant à la lettre la méthode d'une parfaite réunion de grimpeurs en falaises (voir l'article précédent), les adhérents et consorts de la C.M.E.L. se rejoignent sur ce versant de Sugiton.

 

 

On retrouve  :

  • en tête de liste le président Olivier Didon qui impulse un rythme de métronome dans les enchainements.
  • Mais aussi Vincent Scharwatt, le bleausard en rodage pour sa reprise du week-end avec baudrier et ficelle,
  • Ber', l'archiviste de l'escalade. Doté d'une mémoire s'apparentant à un disque dur dont la capacité s'exprime en Tera-octets, il est capable d'énumérer à la fois les secteurs des plus connus aux plus improbables du grand Sud mais aussi de détailler les mouvements de toutes les voies dures qu'il a essayé ;
  • Vincent Vilmer : délaissant les paperasses des conventions fédérales, il vient s'oxygéner sur ce secteur de couennes après un gros break exotique en Jordanie dont la moustaphe fièrement arborée est un souvenir  .
  • La Stef', Mél' et encore un Vincent qui s'éclatent tous à empiler les mouvements en repoussant les effets pervers de l'acide lactique.

 

 

Les visages connus sont légions et on profite de ces retrouvailles pour souffler entre deux runs.

 

 

 

 

 

  Vincent Vilmer au départ de la "Voie Héran" 6c.

 

DSCN5237rec reg red comp

DSCN5240rec reg red comp

 


 

DSCN5250rec reg red comp

 

 

Comme les consommateurs moyens que nous sommes hélas devenus, les longueurs s'enquillent les unes à côté des autres en éveillant malgré tout une joie croissante.

 

En référence à ses enfants, les deux lignes parallèles équipées du Maitre Gilles Bernard sont magnifiques : 

  • "Petite Marie" 7a en passant un peu au large en milieu de voie (droit dans les points, effectivement, le 7a+ du topo serait valable) avec des séquences magistrales au sommet.
  • "Petit Julien" 7a+ ; un vrai cran au-dessus de sa voisine et de la lucidité réclamée au final pour réussir à sortir sans exploser.

 

 

DSCN5242rec reg red comp   "Mamou" 7a+DSCN5274rec reg red comp

 

 

DSCN5282rec reg red comp   Stef' dans la classique de la journée : "la Voie Héran" dont la première partie peut valoir 6b avant quelques difficultés plus ardues au-dessus.DSCN5266rec reg red comp  DSCN5269rec reg red comp

 

 

Mélanie dans "Le semeur d'abimes" 6a+ avec en arrière-plan, le grand surplomb des "Aigles fins".

 

 

DSCN5259rec reg red comp

 

  Continuité royale dans "No Limit Ethylic" 6b+.DSCN5294rec reg red comp


 

DSCN5297rec reg red comp

 

 

 

Xavier démarre dans "Valse d'adieu" 7a.

 

DSCN5295rec reg red comp

 

 

DSCN5249rec reg red comp

 


DSCN5273rec reg red comp

 

 

DSCN5278rec reg red comp   "Les Aigles fins" 6b, grande classique de début ou fin de séance pour s'échauffer ou finir de détruire le peu de force restant dans les bras ! DSCN5279rec reg red comp

 

 

 

  "Allez Christine ! Allez ! Allez ! Allez !!!!" clament ses admirateurs  .DSCN5280rec reg red comp DSCN5285rec reg red comp

 

 

 

Falaise d'entrainement, d'objectif précis ou d'accumulations de longueur en séance volumineuse, toutes les intentions se conjuguent suivant l'état d'esprit du jour des grimpeurs.

 

 

Pour cette réunion des adhérents C.M.EL., le bilan se chiffre à l'étendue du sourire qui éclaire les visages : un immense plaisir  !

Avec ce soleil et cette ambiance, c'est un peu comme une journée au paradis ... des Toits !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 10:54

 

 

 

 

Sans plafond nuageux, les spécialistes météo le répètent à chaque flash d'informations : les nuits sont glacés.

 

Alors quand le soleil pointe les jours suivants, l'incompréhension s'empare du grimpeur rejoignant prestement son rendez-vous au col de Sormiou : quelle est cette file ininterrompue de voitures alignées sur le bas côté. L'appel du beau temps a fait sortir la ville entière pour attirer autant de véhicules jusqu'aux abords de Colline de Lun ?

DSCN4873rec reg red comp

 

En s'aventurant dans les premières pentes du col, la raison s'étale brillamment sur la route  : un épais bandeau de glace recouvre la chaussée interdisant une adhérence suffisante.

 DSCN4877rec reg red comp

 

 

  Marche arrière pour se garer sagement comme tout le monde !

 

On ne peut s'empêcher de penser aux habitants de Sormiou qui se retrouvent ainsi bloquer pour quelques jours.

 

 

DSCN4871rec reg red comp DSCN4872reg red comp 

 

 

 

Ce phénomène naturel n'entame en rien la volonté farouche des grimpeurs de toucher le calcaire des Calanques.

 

Ainsi le petit secteur de Circus Collègue est la destination de plusieurs cordées.

Abritée du Mistral, cette falaise est particulièrement technique pour les grimpeurs de 5-6. Arquer sous le froid peut même devenir douloureux.

 

 

 

 

DSCN4881rec reg red comp

  Même le plus acharné pourfendeur de "moulinettistes" deviendrait-il un apôtre du 7b+ de 4 mouvements ? 

 

DSCN4882rec reg red comp

 

La vue sur Riou demeure magique et on observe la pointe de Cortiou, potentielle future "Zone de tranquilité".

 

 

Même pour une paire d'heure, grimper avec les collègues et contracter un peu les fibres musculaires est toujours un plaisir. Regagner la voiture en tentant la descente du "toboggan" glacé comme dans notre enfance en est un autre

 

 

Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 17:26

 

 

Comment rendre mémorable une commune soirée de fin d'année ?

 

 

Maintenir un rendez-vous d'escalade malgré l'avancement prononcé d'une journée de décembre.

 

Inverser les rôles en jouant le client en second dans une voie aisée.

 

Dispenser en long et en large tout son savoir ennuyeux pour rappeler la technique vitale de l'assurage au relais (surtout quand on se destine à en être l'objet d'assurage) .

 

Démarrer cette voie de plusieurs longueurs certes facile, mais 1h avant le crépuscule.

 

Pressentir l'arrivée imminente de la nuit et offrir généreusement son unique frontale au départ de L3, la plus longue et délicate des longueurs (4c/5a).

 

Balayer copieusement la paroi de droite à gauche et inversement tout en progressant à un rythme mesuré, histoire de créer un ballet lumineux du plus bel effet.

 

Rejoindre prestement le relais et partager son enthousiasme débordant avec la leader qui elle, à l'inverse, a épuisé ses dernières forces dans cette longueur devenue effrayante par l'assombrissement de l'ambiance nocturne.

 

Proposer logiquement d'assumer la suite en tête.

 

Entamer une négociation fugace quant à la meilleure disposition pour cloturer la voie : descendre en 3 rappels ou grimper une ultime longueur très abordable malgré le noir enveloppant.

 

Conclure la discussion grâce à l'intervention d'un quidam hélant notre cordée sur ses capacités à l'autonomie et à réussir sereinement l'accès au sommet sans aide extérieur.

 

A la lueur de l'éclairage bleu intermittent produit par son véhicule sur le "balcon" voisin, reconnaitre finalement en ce "samaritain" à la voie de Stentor, un membre du bataillon des Marins-Pompiers (ou autre organe de secours). Sans doute alerté par un cabanonier inquiet de voir cette lueur isolée dans la falaise, il est venu vérifier si tout allait bien.

 

Le rassurer sur notre santé mentale et physique .

 

Le convaincre de nous laisser à notre sort et à notre volonté farouche de finir seul dans la nuit.

 

En grand prince, céder logiquement la frontale à sa compagne pour la rassurer dans cette dernière ascension et du coup, se gaver en tête, ... en baskets et dans un clair-obscur savoureux en faisant le plein de sensations sur ces gros bacs.

 

 

Et oui ! Rien de plus simple que d'achever l'année 2009 par quelques émotions maitrisées mais complétement impromptues. Le théatre de ces réjouissances improvisées était dans la classique patinée de "la Paroi Noire" (son nom fut justifié ici ) au Crêt St Michel.

 

  DSCN4742rec reg red comp  DSCN4746rec reg red comp

 

 

 

PS :

Désolé d'avoir fait déplacé un véhicule de secours pour rien.

 

 

 

 

Repost 0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 12:54


 
 

 


Le raffinement des Calanques vient en partie de la blancheur immaculée de son calcaire urgonien.
Par beau temps, l'ardeur du soleil se retrouve décuplée par la conjonction de la réverbération du rocher et de la mer : la peau des visiteurs n'en cuira qu'encore plus rapidement .
Quand on choisit un joyau de cette luminosité comme destination, il est donc avisé, si ce n'est de parcourir les versants Est à l'ombre aux horaires matinaux, d'en tous cas, se couvrir l'épiderme et les yeux : simple précaution.

Sormiou a cet avantage de disposer de faces à l'ombre en fonction de l'heure : le versant Sud-Est le matin et le Bec (faces ouest) l'après-midi.

 



 




Calé sur un objectif et persuadé de la faiblesse des rayons du soleil, le grimpeur maudira son arrogance la nuit suivante quand les rougeurs de sa peau l'empêcheront d'atteindre un sommeil profond. Il pourra se rappeler que le responsable se nomme "bain réjouissant à la plage de Sormiou" mais cette excuse ne sera que de peu de réconfort à l'heure d'étaler la "biafine" sur les coups de soleil brulants.



Grimper au Dièdre Guem à partir de 12h en plein mois de juillet est l'exemple même de cette erreur. La certitude d'avoir le cuir plus endurci que l'attaque des UV n'est qu'illusion dans cet environnement.
Quand une divine grimpeuse illumine les lieux de son enthousiasme, l'effet n'en est que renforcé.

La montée des éboulis vers la crête en passant devant les secteurs du Petit Saussois ne sont que formalité, tout comme l'ondulation au travers du trou de souris vers la face sauvage de Sormiou (un autre monde !).

Dans ce secteur, le rocher est superbement sculpté et et les grandes voies abordables nombreuses. Néanmoins, pour ne pas effrayer les forces insoupçonnées de partenaire en mal d'entrainement, il est conseillé de choisir les plus simples partant du ras de l'eau ; par exemple, "Etron fou" avec deux longueurs annoncées de 5c est une parfaite destination ; surtout qu'en réalité, les difficultés ne dépassent pas le 5b.

Pour atteindre le départ, il faut donc descendre en deux rappels. Trouver le premier est le moyen de perdre beaucoup de temps. Il se trouve juste sous la plateforme où démarre la voie du "Dièdre Guem", à peine à gauche en regardant la mer.
Ne cherchez pas à descendre trop bas pour voir le relais. Avec deux fois 47m, ça passe !

 



  Le trou de souris de la crête, la chaleur du soleil, le trempage des pieds en bas des rappels et enfin le bombé en fin de L1 !





L'équipement en bis inox est adapté au niveau : suffisamment fourni.
La première longueur (photos ci-dessous) parcourt de belles sections mixant les joies de la dalle hyper-découpé, des mouvements à bras pour franchir un léger bombé sans mauvaise surprise. Tout est homogène.


 


En deuxième longueur, le style est à la dalle sur bonnes prises (comme pour tout le rocher du coin : L'Ouro, le Dièdre au-dessus, le Conglué). Très jolie !



Enfin la dernière longueur (photo ci-contre à droite) pour atteindre la plateforme sous le Dièdre est juste un raccord sur le calcaire compact entre touffes d'herbes massives et échancrure, piège à éboulis.  






Assouvir son désir de prolonger vers le sommet se remplit avec le même choix qu'au rayon en-dessous : en bordure du dièdre, l'escalade de la dalle inclinée et truffée de prises est une première intention logique : "Pop-psych". Cette classique de l'initiation en grandes voies permet une ballade-plaisir sans le souci de la difficulté.



Une longueur de 60m arrive jusqu'au relais vers le pin dans un rêve de calcaire.   La rampe de la dernière longueur est un régal : on grimpe avec l'ile de Riou et la Méditerranée en face des yeux. Gazeux et surtout magique !





En résumé, pour faire un enchainement facile au secteur du Dièdre Guem : "Etron fou" à l'étage du bas ne dépassant pas le 5b et "Pop-psych" en haut en 4b max.
Pour augmenter le niveau, toutes les combinaisons sont possibles dans le 5c jusqu'au 6b/c : à programmer librement en lisant le topo.

Prévoir la crème solaire, le chapeau et les lunettes pour une répétition après 12h en été  !

 Ne pas oublier le maillot de bain et la serviette pour un plongeon mérité avant et après l'escalade !
 
 
 
 
 

Repost 0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 14:54



Le plan de rééquipement sur les terrains du Conseil Général 13 dans les Calanques permet aussi de finir la mise aux normes du secteur du Jardin d'Enfants aux Goudes.
Il restait quelques voies sur vieux spits bien rouillés et espacés. Ils sont maintenant remplacés par de très solides rings inox.


 


Deux voies concernées sont décrites dans le topo 2004 des Calanques comme "non rééq." :

  • "Emmanuelle et Sophie" 5c : un pas bien à doigts au départ.
  • "Lorraine et Fanny" 4c/5a.
Les deux autres voies rééquipées ne sont pas inscrites sur le topo. Elle se situent juste au-delà de la grotte tout à droite du secteur. Il s'agit d'une longueur intéressante en 6b/b+ avec une directe athlétique et bien bloc en 6c/c+.


 

 
 
  En cas de mistral, cette falaise est une alternative au rocher des Goudes ou à l'Escalier des Géants. En été, on peut se jouer des orientations avec les Flammes de Pierre en face.



Peut-être la prochaine tranche s'attaquera-t-elle aux autres jardins comme le Jardin de Pierre dans le même coin.
 
 
 
 
 



Repost 0