Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 10:29

 

 

 

  Réputée comme une falaise d'hiver à l'exemple de ses voisines du Baou des 4 Ouros d'un côté et du Croupatier de l'autre, la première visite du Jardin Japonais avait été expressément escamotée en raison d'une brise glacée accélérée par le col attenant.

 

En ce jour de printemps,aucun risque ! Ou plutôt celui inverse de rendre sels et eaux à trop transpirer au soleil.

La brise est toujours là heureusement et rafraichit le four avant que l'ombre ne gagne dans cette fin d'après-midi.

 

Dominant Toulon et le mont Faron au loin, le parking au bout de la piste et le vallon décimé par un incendie récent (2009), la marche suit cette route en cailloux s'élevant régulièrement vers le col en passant devant le secteur Tropico (rééquipé lui aussi).

 

 

 

DSCN6327rec reg red comp

  Le site s'arrête avant la zone teintée de retardant.

 

DSCN6325rec reg red comp

 

 

 

  Comme toujours, la signature des équipeurs toulonnais s'imprime sur ce calcaire blanc : équipements impeccables à base de rings scellés, hauteur moyenne de 25 m, variétés des styles avec dalles, fissures, murs contis et bombés à doigts, noms des voies sur de charmants galets collés, accès faciles (compter 20 minutes).

 

Il ne manque que le jardinier pour entretenir cet espace ... blanc mais tout de même colonisé par les mauvaises herbes. Certainement la faute à une pauvre fréquentation dûe à la méconnaissance de ce site !

Il faudra attendre une prochaine version du "topo des environs de Toulon" pour voir arriver la foule.

 

Car c'est à un large public de grimpeurs de 5 et 6 qu'est destinée cette falaise.

Sur la gauche de la paroi, on trouve les voies les plus simples : 4 voies en 5 sup. (bien technique et pas cadeau du tout !) puis un 5b.

Au centre, c'est le royaume du 6 entrecoupé d'un bombé avec 3 voies en 7 (bloc).

Et tout à droite, les prises reviennent en nombre pour des voies plus abordables.

 

 

 

Les noms de voies dessinés sur les galets !

DSCN6329rec reg red comp

 


 

Au départ de "Okonkikaï" 5b pas si rando !

DSCN6330rec reg red comp

  Tout à gauche de la falaise, la première voie : "Soleil rouge" avec une section sur plus petite prise qui vaut bien 5c.

 

DSCN6339rec reg red comp


DSCN6340rec reg red comp

 

 

Dans cet ensemble, quelques lignes retiennent l'attention :

  • Au centre de la falaise, une fissure-dièdre est si verticale que le 5c+ en devient athlétique : "Premier soupir", superbe mais toujours pas donnée

 

  • En un départ commun qui donne tout son sens à la cotation 6b commune aux deux voies (bien pêchon), "Thé ou saké" part sur la gauche dans un mur perclus de boites aux lettres dont l'ouverture à l'extérieur les confond avec n'importe quelle faille insignifiante. C'est en enfilant les doigts que l'exclamation de plaisir retentit au fur et à mesure de la découverte de la profondeur de la cavité cachée. AAAhhh ! Trop beau !

Découvrant cette succession de bonnes surprises, la confiance s'installe dans l'équipement plus aéré et permet de jouer le jeu sans crainte jusqu'à la chaîne.

 

 

  • Sur la droite du secteur, c'est "Banzaï" qui fait les frais du test : un 7a dans un mur à crépi blanc dont les fins échantillons peuvent se rompre sous les pieds. La section dure demande d'avancer sans se poser de questions pour réussir le à-vue et atteindre les bacs salvateurs : bien travailler la règle inversée et les placements de pied. Jolie dans ce style et pas trop à doigt  !

 

 

 

 

DSCN6348rec reg red comp

 

Tout à droite du site, on retrouve quelques lignes plus abordables dont cette fissure en 5b  : "Ceinture jaune".

 DSCN6349rec reg red comp

 

 

Sur les 25 voies du Jardin Japonais, il reste encore des voies à tester.

La destination est conseillée aussi bien pour le grimpeur de 5 (11 voies jusqu'à 6a) que de petit 7 (trois 7a/a+ et un 7b+) ; tout le reste est dans le 6.

Bien ancré dans la tradition toulonnaise, il n'y a pas de cotations cadeau et il faut grimper dans son niveau pour enchainer.

 

Attention à bien choisir son jour : soleil en hiver ; abrité du mistral mais pas des autres orientations de vents (mêmes légers).

 

 

 

 

 

Repost 0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 19:22

 

 

 

  Réunion C.M.E.L. février 2010 - Episode 2 : on prend les mêmes et on recommence.

 

 

 

 

 

L'Europe libéralise prochainement les paris en ligne et les sociétés se multiplient en rivalisant de commnications. Paris sportifs recouvrant tous les enjeux imaginables dont l'un pourrait s'appliquer facilement à l'escalade entre amis : par exemple, lequel des trois protagonistes en lice s'octroiera le premier l'ascension de l'ultra-classique 7b de  "Charles de Goal" cise dans la fameuse grotte de Volx, au nord de Manosque. Souvent réalisée pour l'échauffement des mutants ou à-vue si on a le niveau, le crux avant le relais est décisif dans l'enchainement.

 

 

 

DSCN5430rec reg red comp

  Au jeu des pronostics, les observateurs auront tôt fait de voir les forces en présence à en juger par les gabarits affichés et par le niveau de récupération des dures joutes assoiffées de la veille au soir.

Le profil déversant de la voie confère clairement son avantage pour le meilleur rapport poids-puissance.

 

 

DSCN5417rec reg red comp

 

 

 

 

 

Rendant 10 et 20 kilos à l'un et à l'autre de ses concurrents, c'est pourtant le plus massif d'entre eux qui réussit le challenge ... à la surprise générale à commencer par la sienne.

Le sport est ainsi fait de résultats aléatoires qui en font la beauté  .

 

Finalement, doté de précieux conseils pour le crux final, le second run est le bon. La grande taille n'est pas un facteur limitant dans ce dévers et le coincement du genou dans la conque sous le crux offre un repos salvateur. Avec l'allonge confortable réduisant quelques mouvements intermédiaires, quelques murmures timides décoteraient la voie à 7a+ ... pour les géants !!!

 

 

 

DSCN5419rec reg red comp  DSCN5437rec reg red comp

 

 

  L'autre classique de la grotte "Invitation au voyage" n'a pas subi d'assaut, tout comme l'engagée "Hueco" en 7b+ : une prochaine fois !?!

 

 

Bien avant ce challenge tacite et amical, la journée fut riche !

 

 

Riche de l'ensoleillement généreux jusqu'en milieu d'après-midi avant que la pluie ne cloture la séance (la grotte permet heureusement de grimper à l'abri).

 

 

 

Riche d'un échauffement un peu tendu pour les premières voies pas données.

 

DSCN5408rec reg red comp

  "Zorro" 6c+ ; pas évident du tout et loin de dérouler pour un petit grimpeur de 7. Léger dévers et un pas avant le rétablissement où il faut serrer la petite réglette avant d'atteindre un bon bac ! Détermination recommandée à vue !

DSCN5412rec reg red comp

 

Sur le secteur voisin à droite, quelques voies méritent un commentaire :

  • "Consololidation", un joli 6b+ à ne pas manquer : des bonnes prises, des passages physiques et un peu de continuité.
  • "Bascule", un 6a pas évident du tout avec de petites prises de dalle.
  • "Les Estagnots" 6b pas terrible, à croutes et soutenant difficilement la comparaison avec "Consololidation".

 

 

 

 

 

Riche de partager des longueurs tranquilles en famille et de réjouir les enfants dans leurs premières émotions verticales.

 

DSCN5402rec reg red comp

Nath' dans   "La Clara" 5c.


  Mél' au départ de "Siurana" 6a+.

A gauche de cette voie existe un 6a non décrit dans le topo !

DSCN5358rec reg rcomp

Olivier se détache sur le pilier de "Cajolynn" 6a. Photogénique, n'est-ce pas ?

 

 

DSCN5354rec reg red comp

 

 

 

 

 

DSCN5396rec reg red comp

  Initiation pour les enfants !DSCN5382rec reg red comp

Olivier repose sa nuque grâce aux lunettes à prismes savamment bricolées par le Ber' (prismes commandés sur Internet et montures de lunettes loupes du même gabarit). Le confort est garanti dès la première utilisation sans période d'adaptation.

 DSCN5350rec reg red comp

 

 

 

 

 

 

Riche de quelques essais de Vincent dans "Shaoshing" un 8a court dont il fait aisément les mouvements avec la force du bleausard octogradiste qu'il a retrouvé mais sans la continuité pour satisfaire les usants mousquetonnages nécessaires en falaise.

 

 

DSCN5374rec reg red comp

 


DSCN5375rec reg red comp

 

 

DSCN5377rec reg red comp

 

 

 

Riche de retrouver une falaise historique qui a vu quelques anecdotes savoureuses se dérouler ici dans les années 90.

 

Bref retour en arrière à cette époque où la France est en pointe dans la haute difficulté et la grotte de Volx, un de ses temples.

Les limites de la difficulté pointent vers le 8c et les cadors nationaux (Tribout, Hirayama, Legrand, ...) ont un projet à travailler : "Le Plafond" 8c.

Sentant la réussite proche du local Alex Duboc, ses collègues de "travail" lui laissent place nette pour faire la première.

Celle-ci aura bien lieu mais pas du mutant prédestiné. Déjà coutumier du fait avec une première chippée au nez et à la barbe des frenchiesBuoux, "Azincourt" également 8c, baptisé ainsi en référence à une fameuse défaite des français contre les anglais au XVème siècle), Ben Moon récidive ici et s'octroie ce 8c en le rebaptisant "La ligne Maginot", clin d'oeil appuyé aux constructions défensives militaires soit-disant infranchissables de la frontière allemande mais si facilement contournable.

 

L'histoire ne dit pas si le moral d'Alex Duboc se releva de cette déconvenue et lui permit de faire une simple répétition.

 

Quelques années plus tard, Jibé Tribout rendra la pareil à Ben Moon en enchainant le "Super Plafond" (connexion en 8c+) qu'il renomma "La lune dans le caniveau" en écho au nom du provocant britannique.

 

De cette époque où l'affluence était internationale et surtout très dense, il reste les voies de Laurent Jacob, Marco Troussier, Robert Cortijo et consorts : bricolées dans tous les styles pour certaines (taille, usage du sika pour coller les prises), super rési parfois, patinées dans les plus classiques et souvent de jolis lignes naturelles à la fois dans la grotte et dans la multitude de secteurs sur les affleurements voisins. Ces derniers permettent ainsi de combler tous les niveaux sachant qu'un nouveau secteur débutants a vu le jour tout à gauche du site : secteur "Plus belle la vie".

 

De nos jours, la mode des concrétions et colonnettes a déplacé les foules vers d'autres sites et il est bien rare de se marcher sur les pieds à Volx.

La commune a bien oeuvré pour aménager l'abord du site avec des protections retenant les blocs menaçants, des purges sécuritaires (de cet hiver) et des informations claires (panneaux d'accès, plans des secteurs).

 

 

DSCN5329rec reg red comp

 

Accès rapide depuis le parking fléché sur les hauteurs du village.

 DSCN5338rec reg red comp
 DSCN5336rec1 reg red comp
DSCN5336rec2 reg red comp
  Filets de protection, aménagements des escaliers, des barrières, plan et informations, l'escalade est bien mis en avant dans ce village.DSCN5342rec reg red comp

 

 

On retrouve toutes les informations dans le topo de Bléone et Durance (vilain mais seul ouvrage existant).

 

A deux pas de Manosque, plein sud, ombragée vers 15h - 16h, cette falaise est toujours digne d'intérêt même si elle ne fait plus la une des magazines et des sites Web.

 

 

 

 

 

Repost 0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 12:38

 
 
 


Connaitre les subtilités et les micro-phénomènes du climat phocéen ne suffit pas à se prémunir de l'enthousiasme provoquée par les prévisions de Météo France.

Voir un "beau soleil souriant" sur une carte lève toute méfiance quant aux différents signes qui pourraient entacher une si belle journée.


Oui, en Provence, l'absence de vent en hiver laisse entrer une lègère couche de nuage qui masque frigorifiquement les rayons du soleil !!
Oui, il n'y a de salut que quand le mistral souffle ... surtout à force modérée !!

Gonflé d'envie à l'idée de passer une journée idyllique comme le Sud en réserve à ses grimpeurs, se dorant la pillule en ricanant à l'idée des "nordistes" leurs gouttes au nez, transis de froid dans leur neige, le grimpeur phocéen se dirige allégrement vers un spot bien orienté pour gouter à tous ces plaisirs.
En guise de récompense à cet abus de confiance, un ciel gris digne d'un hiver nucléaire et une brise rafraichissante en d'autres saisons mais à notre époque, bien glaçante .
L'idée de visiter une face sud dans ces conditions semble une bonne idée. Sauf que l'ouverture à un effet venturi au sommet d'un col en accentue le petit vent : trop froid !

C'est ainsi qu'une cordée parmi tant d'autres se fait piéger en voulant visiter le Jardin Japonais, une charmante barre à mi-chemin entre le Croupatier et le Baou des 4 Ouros.
L'approche est longue mais régulière et la disparition de la végétation depuis l'incendie de l'été 2008 ne gache pas ce panorama si typique des hivers septentrionaux : gris, rocailleux, froid.

 

 

 

DSCN4911rec reg red trace comp

 

 

 

Dans les virages, le secteur Tropico (voies rééquipées et quelques nouveautés) annonce déjà la couleur : un petit courant d'air qui s'insinue malgré les fibres les plus techniques de l'industrie moderne .
Deux lacets plus loin, la falaise en bordure de col est encore plus exposée à cet invité gênant.
La satisfaction d'être arrivé et de découvrir les lignes naturelles qui nous appellent de leurs bacs généreux est vite remplacée par un sentiment culpabilisant après une longue route et une toute aussi longue marche d'approche : "et si on abandonnait !"

Histoire de valider la première fois sur ce site, il convient de céder aux avances de ce dièdre évasé teinté d'un discret orangé de calcites et de trous de taille variée : "Premier soupir".
Cette voie est rééquipée en rings et porte le label des travaux parfaits du gang toulonnais d'équipeurs. Raide et athlétique, le 5c+ est bien caractéristique du style local qu'on affectionne pour venir le retrouver : des bonnes prises, de la continuité et des passages où il faut serrer les prises un peu plus fort.

Cette incursion sur le calcaire abonde dans le sens de la conclusion pressentie : première, ... unique et dernière voie. Trop froid !

On plie les gaules fissa.

Et pourtant, ce site remis au gout du jour avec un rééquipement intégral en rings et quelques nouvelles voies est une destination à renouveler tant le calcaire et les lignes paraiisent belles ...

 

Se replier à proximité (Croupatier, Tropico, Baou des 4 Ouros) semble inutile tant les orientations et donc, les conditions seront identiques.

Retour au parking, visionage express du topo et objectif reporté dans la vallée, protégé de la pinède : Le Revest et le site de Ragas.

Au passage, on remercie la bonne idée d'affirmer un départ matinal : il reste encore toute l'après-midi pour grimper.

 

 

DSCN4930rec reg red comp DSCN4935rec reg red comp 

 

 

Le lac formé par la retenue du Revest offre de jolis pastels entrecoupés par les pins le bordant : le bain est tentant ... mais interdit !
Le rocher gris est froid mais les voies sèches sont suffisantes pour se donner émotions, réchauffement et satisfaction  .

 

L'exigeance technique est plus marquée dans les voies dures.

La variété du relief permet différents styles d'escalade : dièdre herbeux (photo ci-dessous), murs fissurés à gros bacs espacés ("Sex, fringues et chocolat"),  à la fissure ("La Dame du Lac") et du mur compact ("Les remparts de Maguelone").

Pour une fois, les 3 étoiles du topo servent à resserrer le choix dans un créneau horaire étriqué.

 

 

 

DSCN4947rec reg red compSecteurs XS et Pitchounes.
 DSCN4939reg red comp
 DSCN4942rec reg red comp

 A l'assaut du dièdre de "Le fou, le bavard et l'amulette" 4b+.

 

DSCN4944rec reg red comp

 

 

La nuit accompagne les dernières tentatives et la fermeture est prononcée : retour express à Marseille pour assurer le planning des baby-sitters.

 

 

Repost 0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 12:50




L'aire toulonnaise recèle quelques bijoux d'escalade pour toutes les saisons.
Même au plus fort des chaleurs d'août (celles qui font ruisseler au moindre battement de cils), il existe une destination parfaitement ombragée et prodigant des trésors de refroidissement.
Le Faron Nord en est une avec de nombreux secteurs se développant régulièrement.






Après le zoo du Faron, depuis le parking de la Concession (secteur de haut niveau ; photo ci-dessous), revenir en arrière (vers l'ouest) sur la piste longeant la route (sentier des Crécerelles) jusqu'à une sente balisée de nombreux cairns.
 
P1110881rec reg red comp
 Ce chemin descend doucement jusqu'à longer les falaises qui s'accroissent à fur et à mesure.

P1110878rec reg red comp



Avec cette hauteur, on imagine bien quelques voies sur cette paroi. Et bien, en approchant, nos désirs prennent forme : des rings tout neufs jalonnent le calcaire (photo ci-dessous). C'est le secteur du Balcon (une dizaine de voies du 5 au 7b+).

Les équipeurs toulonnais sont vraiment exemplaires : non seulement, ils débordent d'énergie pour étoffer notre terrain de jeu et nous proposer des nouveautés et en plus, les aménagements sont toujours soignés ; la preuve ici avec un sentier particulièrement bien tracé, sans oublier un coin "salon" pour assurer confortablement assis ou se reposer d'un essai éreintant !



P1110886rec reg red comp P1110885rec reg red comp

P1110880rec reg red comp
Vers La Concession, quelques carcasses enfouies dans les kermès attendent l'heure de la décomposition finale !


La vue se dégage vers le pilier annonçant les grandes voies du Faron Nord.

Sur l'image ci-dessous, la face à l'ombre au premier plan est encore un secteur en finition avec des superbes envolées : la Cour des Grands (15 voies du 6a au 8a).
Parfait pour l'été ; merci aux travailleurs acharnés pour ces nouvelles voies !

Les bruits de couloir annoncent une révision des topos toulonnais (pour 2010 ?) ; ils seront chargés de nouveautés ...




 P1110816rec reg red comp

P1110831rec reg red comp
Le pied des grandes voies est défendu par des passages vertigineux bien protégés en câbles.
Le but de la visite est de parcourir une des grandes classiques en plusieurs longueurs : "Le Grand dièdre".
Rééquipée en goujons en plaquettes, la difficulté ne dépasse pas le 6a+. Parfait pour les mécaniques encrassées ne voulant pas trop se forcer !

P1110833rec reg trace red comp
5 longueurs suivent une ligne évidente de fissures, dièdres et cheminées à la sauce des années 60.



 Dès la première longueur, le pas de ce 5a met dans l'ambiance : ça rigole pas et il faut déjà forcer un peu pour une longueur qui s'annonçait facile P1110840rec reg red comp  Vient ensuite en L2 un 5b dont les bacs rassurent mais dont le dévers est inattendu pour cette cotation.
En L3, c'est le clou du spectacle : une longueur aérienne avec une traversée gazeuse vers le relais caché sur la gauche. P1110851rec reg red comp
 Heureusement, avec un peu de lecture, les bonnes prises sont au rendez-vous.

P1110860rec reg red comp

Remarque : sur le pilier à notre gauche et intercalée avant "Soirée de gala", une ligne de plaquettes n'est pas décrite dans le topo 2004 ...


P1110861rec reg red comp
Dans la pure tradition des anciennes voies, l'itinéraire s'immisce en L4 dans cette cheminée et le grimpeur renfougne à grand renfort d'ondulations du corps et de coincements millimétrés .
P1110866rec reg red comp  La longueur-clé est la dernière pour l'enchainement en libre : 6a+ ; mais hyper-protégée pour éviter le but si près du sommet (5c obligatoire ?). 7 - 8 mètres bien raides avec des verticales à bien travailler (un verrou).P1110872rec reg red comp


Après un dernier combat dans ce final, la température corporelle monte d'un cran et c'est le souffle court que la rencontre avec le soleil s'opère : un choc sans transition après 2 heures de fraicheur.

A peine le temps de profiter de la vue dégagée sur le Coudon et toute la vallée, vite, le besoin intense d'une bonne bière se fait ressentir.
Aïe, la route en sens unique obligerait-elle à faire le grand tour vers Toulon et repousser d'1/4 d'heure la récompense ?
Non ! Miracle, la "Guinguette au chat perdu" est pile sur la route après le parking pour accueillir les grimpeurs déshydratés.



P1110862rec reg red comp P1110890rec reg red comp



Bilan :
  1. "Le grand dièdre" est une classique bien rééquipée. Les cotations paraitront bien sèches pour le calanquiste s'attendant à se promener dans le 5a, 5b. Pas de dalle technique ici mais de l'escalade intérieure à la mode des années 60. C'est la plus abordable de la face.
  2. le Faron tient toutes ses promesses pour grimper au frais pendant l'été.
Avec les secteurs de couennes abordables qui sont en cours de livraison (à ceux cités dans cet article, s'ajoute "Ici l'ombre"), c'est une destination vraiment majeure pour cette période !
Vivement la sortie du prochain topo ...



 
 
 


Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 14:09




 

Dominant la Vallée Heureuse, son lac pour le bain en fin de journée, son camping rénové accueillant toute l'Europe, les "secteurs de la Colline" d'Orgon sont un bon point de vue sur l'horizon ... vers le Mont Ventoux.

Pour discuter du renouvellement des députés européens, rien ne vaut un carrefour des destinations comme Orgon, au bord de l'A7, l'autoroute des vacances.
Le rocher patiné des secteurs à proximité des parkings en est le témoignage : tout le Vieux Continent vient escalader ici ! Pour les voies en murs à trous ou pour les couennes du Canal (avec la libération récente de "Sacchidananda" par Gérôme Pouvreau annonçant 9a), le choix est grand.

Si le grimpeur veut gouter à un isolement relatif et surtout un rocher moins usé, il peut fixer ses objectifs sur les secteurs les plus reculés de la Colline. Pas trop quand même, car à vouloir tester l'éloignement, celui-ci réduit la fréquentation à une misère entrainant la disparition des chemins. Cela semble être le cas pour le secteur Oublié, vraiment oublié  (ou alors en longeant la falaise depuis "C'est pas du pan !" mais aucune trace depuis le bas du vallon).
Force est donc de se rabattre sur le dernier accès qui mène au secteur du Haut : 50 mètres de longueurs avec un relais intermédiaire ; une vue irrésistible et un rocher préservé.


                  

 


 
Toujours guidé par son désir de cailloux, de couleurs, notre oeil nous attire vers cette fameuse dalle zèbrée perchée au dessus d'une vire.
Aucune usure ici car l'accès se fait par une voie en traversée ou par le plateau en descendant en rappel.
L'impression de grimper sur des placages de restes volcaniques est sensationnelle. Surtout que ces mêmes plaques (de cristaux ferreux ?) sont solides et offrent de superbes réglettes et autres prises crochetantes.
Seul l'équipement d'origine en spits rouillés de 8 mm n'inspire pas à la décontraction.
Aucune mauvaise surprise et on accorde même une troisième étoile à "Drôle de zèbre" en 5b/c (pas trop compliqué).
 


"Plein Ouest" L2 6a+, un surplomb physique sur grosses prises puis une dalle aérienne en sortie : verdonesque ? Un air de famille, c'est sur ! 
Mordre dans le rocher, c'est ça être Fanaticos
 Entre le Grand Cirque et le secteur du Haut, la superbe dalle oubliée lors du rééquipement garde sa parure déchiquetée et ses spits de 8 mm.
"Drôle de zèbre" 5c : sortie au grand air après l'inquiétude à chaque pas : "elle est solide cette plaque collée ???"



 


 
 
Avant un bain mérité, changement d'air et d'espace pour le nouveau secteur d'escalade "Sous les arbres" du côté du Canal.
L'ombre est agréable avec une légère brise surtout pour cette Z.A.P.E.F. accessible en été hors niveau de risque noir.
Les voies sont parfaitement équipées en scellements galvanisés (broches dorées). Un pas de bloc défend le départ de nombreuses voies et le premier point clippable du sol est très confortable.
Des relais intermédiaires coupent les voies au niveau de la petite vire, histoire d'apprendre les manips de grandes voies. Le parcours intégral ne change pas la cotation.
Le parfait nettoyage de l'origine est contesté aujourd'hui par la ré-apparition de touffes d'herbe en pleine expansion dans les plus grosses fissures.
Le rocher urgonien est légérement marbré et montre un aspect qui vieillit rapidement. Vu les cotations, sur que ce sera patiné dans les 5 ans qui viennent. Profitez-en tout de suite tant que le rocher est encore bon.

 

 

"Bac et alors" 5c : une belle succession de prises toujours plus accueillantes au fur et à mesure de l'ascension. On finit même par les disputer à l'herbe qui repousse.
 

 Plusieurs essais sont nécessaires pour trouver la bonne méthode (par la droite du ring) dans "La sauce piquante" 5c+ avant d'enchainer correctement !



En attendant le nouveau topo des Alpilles (en 2010 ?), retrouvez cette liste de voies sur le site de Montagne à Pic de Lambesc.

 

 

1      ?                                 (goujons 12mm)  5c/6a

2      Boule de nœud  (goujons 12mm)   6c+           Combat incessant avec seulement des semis-repos. Vivifiante !

3      La fissure M.A.P                        5c+      Belle escalade sur écaille décolée !    
4      Power plate                                6b/c      (blocage morpho : plus simple pour les grands)           
5      Sergent la varice                     6a/b      (blocage morpho : plus simple pour les grands)   
6      Capitaine crochu                      7a/b       Mur à doigts ?          
7      St Jacques la Mecque             5c+
            (relais intermédiaire)

8      La fourmilière s’agite             5a               (relais intermédiaire)

9      Bon pied bon œil                       5b               Jolie

10     Bac et alors ?                             5c          Homogène avec bonnes prises (relais intermédiaire)        
11     La sauce piquante                   5c+            Départ bloc à méthode (relais intermédiaire)

12     Walace et Gromit                     5b         Sympa (relais intermédiaire)      
13     Test tube baby                          6a  

14     ? …………………………………….                       6a+ 

15     ? …………………………………….                       5c   

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 17:36


Le ventre lesté d'une "Paluarde" (cette patisserie-confiserie de la boulangerie de La Palud sur Verdon, source infinie d'énergie pour les grimpeurs locaux), les réserves sont prêtes pour affronter une entreprise plus longue qu'aux Dalles Grises de l'Escalès.

Direction La Maline à l'envers de la route des Crêtes.
Point de départ (ou d'arrivée) du fameux sentier Martel qui longe le Verdon jusqu'au couloir Samson (ou simplement pour rejoindre les berges de galets, se baigner et bronzer), lieu de ravitaillement ou d'hébergement au Chalet avec terrasse panoramique sur les gorges, les grimpeurs associent plutôt ce lieu à l'apprentissage des grandes voies d'escalade lors des premières visites au Verdon.
En effet, la hauteur (250 mètres) permet de remplir une bonne partie de la journée alors que les nombreuses vires et gradins fournis en décorations arboricoles évacuent la fameuse ambiance. On a tout le Verdon (hauteur, qualité du rocher) sans son ingrédient démoralisateur : le vide tétanisant.

  
 
 
Au fond, au soleil, le secteur de "Babouchemolle" et son immense dalle à cannelure devant l'"Arête du Belvédère" qui se découpe en arrière-plan.
Chevreaux approchant de la route après une expé en terrrain d'av'

Original pour le Verdon, l'approche a pied en désescalade, façon "broches plantées".

 
A l'origine en 1972, les ouvreurs n'avaient pas encore découvert l'accès à pied "des coupeurs de buis" (cf "Les Fous du Verdon" - Barney Baucher, 2008). Bernard Bouscasse, François Guillot venaient du sentier Martel et traversaient la rivière au gré des galets à chevaucher : aventure !!!
 L'approche depuis la crête par ces passages affublés de barre fichées dans le rocher est un gain de temps et une mise en bouche des escalades prochaines.
 
 
Suivez les cairns !   Au 2/3, ne pas manquer de bifurquer par cette vire (indiquée par des marques rouges et une flèche sur le rocher) sous peine de s'engrainer dans des rappels branchus où la terre se gorge de cailloux désagréables sur votre passage.  Les fameuses barres (r)assurent une désescalade efficace et prudente. En cas de besoin, les pros s'en servent pour assurer à la corde leur client.
 
 
 
 
La plus connue des voies abordables servant de ticket d'entrée au Verdon est "l'Arête du Belvédère" (équipée en broches scellées) ; un itinéraire très classique dont les prises patinées témoignent des processions croisées ici. Escamoté par bien des cordées (l'approche permet de démarrer plus haut), le premier ressaut comporte un pas de 6a+ dont la prise-clé pour le pied est lubrifiée des appuis multiples qu'elle a subi : elle fera coulée quelques rigoles de sueurs pour ceux qui s'engatzent à jaunir ce crux (sinon, la dégaine tend idéalement les bras ...).



 
Vue en face sur les falaises de la rive gauche : le secteur Roumagraou à gauche du Bauchet et ses couennes majeurissimes
Photo de droite : bien inconfortable a dû être la suite des évenements pour ce grimpeur dont les accessoires (sangle et chausson)se retrouvent malencontreusement pendus à ces branches de buis sous "l'Arête du Belvédère" (à hauteur de L2).
 

 
  Moins envahie par la foule des novices encadrés de leur moniteur, la voisine, "Les Dalles", est tout aussi abordable, bien équipée, dans un style plus varié et plus homogène autour du 5c et même listée dans les 100 plus belles du Bureau des Guides. Perclu d'erreur, le topo officiel n'est bon que pour désigner le départ de la voie (c'est le minimum). Pour l'itinéraire, suivre les plaquettes , traverser tout à droite aux balcons pierreux et se reporter au lien ci-dessus pour des difficultés plus ajustées.

En bas, le calcaire gris manque d'adhérence dans les dalles mais suit de belles lignes de fissures avec un beau vide se creusant sous les pieds.
Quelques plaquettes se méritent et il faut avancer. C'est déjà  l'entrainement à l'esprit de l'Escalès .
Les relais sont confortables sur des margelles. Arrive un grand balcon gravilloné qui vient couper d'un coup le vertige. Le relais est tout à droite. La longueur qui suit (L4) parcourt une belle écaille décollée qui finalement est moins dur que son apparence ne le laisse présager.

 
 

 
 
 Après L4 et son écaille : 5b+/5c !  Un dièdre-cheminée à l'ancienne fermé par un bouchon calcaire qu'il fait franchir à renfort de blocage sur bonnes prises ! Une traversée laisse finir L5 sur de belles sculptures : 5c.
 
 


Après le dièdre de L5, une des plus belles longueurs de la voie (L6 : 5c+/6a) déroulent sa continuité : dülfer sur une écaille dans un mur bien raide ; un peu de bras et de la technique pour ne pas se fatiguer.
En L7, encore une longueur finaude où la lecture évite des tractions digitales incohérentes : trouvez les prises masquées.




La longueur-clé de L6 se termine : quelle belle escalade !
Le cheminement tente de retrouver le rocher au milieu des arbres pour sortir au plus près de la route. En deux micro-longueurs L7 (6a à bras) et L8, le sommet est atteint !


Lieu d'aguerissement privilégié, la Maline vous réserve quelques beaux itinéraires préservées des "Dalles" ici détaillée (et conseillée) jusqu'aux voies récentes ("L'âme fatale"), en passant par les aventures de "Chan-Té" par exemple.


 
 
 

Repost 0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 17:30

 

 

 

La découverte des Gorges du Verdon depuis la crête est un spectacle unique mais les ressentir, accroché sur ses parois vertigineuses est encore plus sensationnel.

 A l'Escalès, le secteur des Dalles Grises est copieusement arpenté de cordées d'escalade en apprentissage du gaz local. Parmi les classiques patinées entre "les Dalles Grises", "Cocoluche" ou "Afin que nul ne meure" (6a+ max), le niveau réclame du 5c minimum. Difficile de les conjuguer avec des grimpeurs en reprise après quelques mois d'arrêts.
En solution, le topo, fidèle partenaire du grimpeur ignorant, indique une voie facile : "Chlorochose", 4c max, indiquée toute équipée. Jamais citée dans les discussions et sentant le parfum de l'arnaque avec ce logo tout équipé, les rappels s'enchainent jusqu'au Jardin des Ecureuils.
Au pied de la fissure de départ, le constat révèle la supercherie sans surprise : aucun point en place.





 


C'est donc parti pour une joyeuse aventure les dents dans la salade des herbes folles, le coeur s'agitant à la vue du vide se creusant sous les frêles tiges utilisées comme assurance et le cerveau réagissant face à ces longueurs de soit-disant 4c.

Les relais des voies croisées sont les bienvenus (R1 d'"Atout Coeur", R1 de "Sucepé", R1 de "L'Arabe souriant"). Quelques plaquettes des voies riveraines rendent service et sont rapidement clippées ("Sucepé", "Totem") tout en restant dans les fissures ou dièdres faciles.
Le reste de l'équipement est végétal : arbres pour les relais, sangles sur jeunes pousses pour le moral. En effet, si à l'ouverture (Guyomar en 1976), les arbustes offraient des protections rassurantes, ils n'existent plus et repoussent difficilement. Dépourvus de rigidité, ces buissons se coucheront sans doute à la première secousse. Les coinceurs peuvent être utile dans le haut de la voie mais bien souvent, la terre occupe le terrain.
Cela dit, les passages successifs ont globalement assaini le terrain (à part quelques "bombes" bien identifiables et donc évitables).

La difficulté des origines en 4c max peut logiquement s'apparenter aujourd'hui à du 5b (voire 5c).




   




Les deux dernières longueurs sont moins "chlorophyllante" et donc, un peu plus sympa. Si la nuit vous ceinture, la sortie n'en sera que plus mémorable.





 





Eloignée des standards désignant les voies majeures, "Chlorochose" n'en demeure pas moins intéressante et très émouvante. Surtout quand ces instants sont partagés entre amis, favorisant la détente.

En résumé, pour les audacieux trompés par le topo, s'attendre à :

  • aucun équipement en place si ce n'est l'opportunisme des plaquettes voisines.
  • prévoir des sangles (5-6) et éventuellement des coinceurs.
  • une difficulté plus élevé que le 4c annoncé : 5b !?!
  • 1 heure de descente (4 rappels), 3 heures dans la voie pour une cordée juste au niveau (ou 2 heures pour les rapides dans les 5 ou 6 longueurs).
  • manger de la terre, de l'herbe et des feuilles .


En conclusion, la voie n'est pas à faire absolument mais on peut se laisser prendre (par erreur) ... une seule fois (faut pas abuser quand même).
 
 

 

 

 

 

 

 

Additif avril 2010 :

 

 

L'état de la voie rapporté par ce récit n'est plus d'actualité : 

 

Infos rééquipement :

Bruno Clement a rééquipé cet hiver 2010 la voie des CHLOROCHOSE secteur "Dalles grises". Cette voie, la plus facile du secteur, propose 7 petites longueurs en 5b, généreusement équipées. Parfait pour découvrir en douceur l'ambiance grande voie dans les Gorges. Accès par les rappels des Dalles grises.

 

 

Repost 0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 11:18

S'héberger au Verdon peut aller du bivouac le plus rudimentaire (avec désinstallation de la tente au lever du jour ; ce n'est qu'une maigre tolérance car l'interdiction est réelle) jusqu'à l'hôtel grand confort multipliant les étoiles : la plupart des établissements sont sur le site de La Palud. Le "bureau des Guides" donne toute une série de conseils pour survivre à La Palud ...

Le grimpeur choisira bien souvent en fonction de la période, de la durée du séjour et de son besoin de confort entre le camping et le gîte.

En camping, quelques adresses existent à La Palud sur Verdon :
  • le premier dans le village en arrivant de Moustiers Sainte Marie (dont nous ignorons le nom) avec une bonne ambiance à la roots et un auvent collectif où les averses regroupent et rapprochent les grimpeurs. C'est d'ailleurs leur adresse traditionnelle !
  • Le camping municipal dans un style plus familial .
  • On peut aussi tester le camping à la ferme chez Maurice Toche à la ferme de Bourras  et à la ferme Boulogne sur la route de la Maline .

Pour les gîtes, les adresses sont nombreuses :
  • le gite Arc en Ciel géré par le "Bureau des Guides". C'est un style refuge avec dortoir collectif et possibilité de demi-pension.
  • Gite L'Escalès (anciennement Wapiti) à l'entrée du village. Les groupies-grimpeurs se pressent en espérant voir le mari de la propriétaire : "Le Blond" en personne alias Patrick Edlinger.
  • Le gite L'Etable à la sortie du village sur la route des Crêtes.

Le hasard nous porte vers cette dernière adresse :
Tenu anciennement par Dominique Suchet, un professionnel du coin à la réputation ténébreuse (pour les locaux en tous cas), le gîte est repris à son départ par un jeune couple.
Cette famille de passionnés de ski, de moto et d'animaux préfèrent limiter l'affluence et privilégier la qualité de l'accueil (un coup de téléphone pour ne pas s'inquiéter si vous n'êtes pas rentrer à la nuit de votre voie). Ils proposent des prix pour les groupes et peuvent ouvrir si besoin des dortoirs supplémentaires.






 




Les chambres sont agréables, calmes, en conclusion reposantes.

Une grande pièce d'eau regroupe douches individuelles, toilettes et lavabos. Le tout est parfaitement entretenu.

Côté repas, pour profiter du repas du soir, il faut prévenir à l'avance afin de prévoir l'achat des produits frais.
Petit bémol pour les ogres du matin, le petit déjeuner est complet mais ne s'étend pas dans les gourmandises qu'un séjour détente peut autoriser (pas de viennoiseries à volonté , de gateaux, tartes, patisseries-maison et choix de fruits restreints).

Globalement, le contrat est rempli et la destination conseillée.


 


Bon séjour à l'Etable !
 
 
 

Repost 0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 20:14

Le printemps s'installe, les weeks-prolongés arrivent et annoncent le mois de mai tant attendu pour les sorties grimpe de plusieurs jours.

Les gorges du Verdon sont la destination touristique imparable pour tous grimpeurs explorant les falaises provençales.

 Le Couloir Samson et la Paroi du Duc vu du recto par le Point Sublime (photo à gauche) ou au verso par les belvédères de l'Escalès (photo ci-dessous).
La "route des Crêtes" de l'Escalès égraine ses belvédères sur des panoramas vertigineux.


Parfois, les instincts les plus primaires transforment la plus intelligente et raisonnable personne en touriste débile qui arme son bras lesté d'un caillou pour voir s'il atteint les flots inacessibles du Verdon.
Malgré les rappels des panneaux, le geste déplorable se voit encore de temps à autre .
 



Spectacle saisissant pour des milliers de touristes, les grimpeurs émergents des tréfonds du vide émerveillent et empreignent les pixels de nombreux appareils photos.



   
   
Avant le lac de Sainte-Croix, le promeneur pourra longer la rivière au fond des gorges par le sentier Martel.





Deux choix restent à conclure lors d'un séjour au Verdon :

  • l'hébergement : campings à La Palud sur Verdon ou gites.
  • Les voies à grimper. Parcourez le topo officiel (disponible au bureau des Guides ou dans les deux magasins d'escalade du village), le livre de Bernard Vaucher "Les Fous du Verdon" pour vous guider parmi les classiques ou sur les pages éditées (ébauche des 100 plus belles) par le bureau des Guides de La Palud (avec topo et accès détaillé, commentaires, matériel à prendre, orientation ; du beau travail ! Vivement la suite de la liste).
 
 
 

 
 
 
 
 
 
Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 21:23

Dépaysement loin de l'aire phocéenne, falaises d'hiver plein sud, abri du Mistral, style continu sur de vraies longueurs frôlant les 40 mètres, ... : tous ces arguments pour approcher les sites toulonnais.

Défendu par une solide montée de plus de 30 minutes, le Croupatier est le parfait concentré de ces qualités.
La preuve en est avec le nombre de cordées déjà en action sur la paroi !





 
L'arrivée est en vue mais le dénivelé ne s'interrompt qu'au pied du rocher. Les jeunes parents, encombrés d'un attirail volumineux se transforment en sherpas.
     





 Stéf' savoure les 35 mètres de "Château de cartes" en 5b. 

A gauche, Vincent dans "Crôutes à pieds" 6a teigneux (on apprécie la contrepéterie au passage ) !




 
La falaise est habitée !
 Olivier à l'attaque de "Eyengui" 7a, un beau challenge continu pourvu de bonnes prises.
Vincent démarre dans "Les égouts du paradis" 6b.


Une grande foule certain dimanche, mais, il y a toujours moyen de trouver un espace pour grimper tranquille.

Rendez-vous l'hiver prochain ...
 
 
 
Repost 0