Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 10:49


Parmi les voies modernes popularisées par le dernier topo Fenouil/Tassan, "Mathusalem" se confirme comme une grande classique du secteur du Pendule sous le Sémaphore, au même titre que "Deux vauriens et trois canailles" du prolifique tandem Dupaquis/Fenouil et de leurs amis. Il n'y a pas de mystère : l'affluence plébiscite ces deux voies.

L'équipement rassurant (en goujons et plaquettes) et surtout la difficulté ne dépassant pas le 6a+, en font un choix privilégié pour les cordées effrayées à l'idée de buter en plein milieu.
Pour celle-ci comme pour ses comparses "soubeyranniennes", pas de danger de ce côté car l'équipement a été pensé pour grimper tranquillement sans passage obligatoire insurmontable ; pour cette voie, ce sera 5c obligé.

L'escalade est jolie sans être la plus resplendissante de la falaise. Elle a l'avantage de mettre déjà l'eau à la bouche et le goût de revenir en tester d'autres.
Le voyage est très pittoresque avec quelques rencontres marquantes : le boyau en L3, le faufilement entre les branches du genévrier "fossilisé" et l'artif' gazeux.
L'un des plus courts du secteur, l'itinéraire serpente en 6 (ou 5) petites longueurs et peut se faire allégrement lors des après-midis tronquées d'hiver pour profiter du soleil de cette face sud-ouest (préférez le matin en été).

 




Dès la descente, le premier rappel au-dessus du cirque du 14 Juillet, entre deux lames parallèles, franchit les portes d'un autre monde. Celui de l'évasion et du dépaysement !

P1090073rec reg red comp
La première longueur (6a+) est bien technique et réclame quelques arquées bien senties. Echauffez bien vos extrémités avant de démarrer.

P1090085rec reg red comp 





En L2, la difficulté est à peine plus simple : 6a.P1090086rec reg red comp L3 et son boyau ludique : un tunnel vers l'imaginaire ?P1090092rec reg red comp  P1090098rec reg red comp 







Les locataires des falaises sont blasés mais pas le grimpeur : superbe vue panoramique sur les Calanques au loin et le fameux genévrier de "Mathusalem".P1090104reg red comp  Solidement arrimé par des câbles, aucune inquiétude quant à sa chute éventuelle. Ne pas casser les branches en traversant dans L4 !P1090102rec reg red comp
P1090097rec reg red comp







On peut combiner la traversée au travers de l'arbre avec L5 et son court passage d'artif (ou 7b en libre) mais il faut bien gérer le tirage et on perd le bénéfice d'une belle photo-souvenir au travers du "fossile".P1090108rec reg red comp  L6 : belle longueur homogène en 6a.
P1090114rec reg red comp




La sortie traverse une coulée naturelle entre les buissons : rocher facile mais vite glissant après une averse (corde fixe ; si elle n'est pas embarquée par de grossiers personnages ).

Les vents dominants (mistral et Est) sont atténués dans ces falaises mais les rafales et de bons courants d'air passent encore. Elles ne peuvent donc être cataloguées comme abritées. Si le vent est léger, il ne sera pas gênant et vous pourrez grimper en tee-shirt même l'hiver.



La proximité d'autres voies permet d'observer les cordées voisines en action et d'envisager quelques projets comme dans "Sables émouvants" et "Bienvenue chez Damoclès" (photos ci-dessous).



 P1090078rec reg red comp P1090082red red comp




 
 Bonne excursion  !
 
 
 
 
 
 
 

Repost 0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 16:05



L'incompréhension entre différents groupes humains pratiquant des activités obscures pour les uns et les autres est monnaie courante (regardez en premier lieux le regard du grand public sur l'escalade !).

C'est en tout cas notre sentiment quand on découvre à l'Etoile Noire :

  • l'oeuvre recouvrant le bas du mur des Deux Fissures. Nos parois adorées seraient-elles aussi appréciées des taggeurs citadins qui n'ont plus assez de place sur les façades immaculées du béton urbain ? Certes, il faut partager le terrain mais difficile d'encaisser ce genre d'ornements après ceux réalisés il y a quelques années au secteur "Alien". Heureusement que le grès sait s'auto-nettoyer grain par grain.
  •  Les vélléïtés de construction en face du secteur Grisbi. Lors du dernier Clean Up Day en 2007, les participants avaient débarrassé de ces déchets le pied de ce mur pour en faire un spot sympa de blocs pas trop dur.
    Quelques mois après, la dalle de béton est bien dégagée de sa terre et les murs reviennent à la surface : un nouveau squat ?



Affirmation de son ego aux Deux Fissures !
Oeuvre inégalée (ou inégale) en détail ci-contre.



A droite, construction devant le bloc !
Il est vrai qu'il n'y a pas trace d'escalade récente sur ces passages.
 




Pour un site proposé à l'insertion dans le périmètre du futur Parc National des Calanques, c'est un peu incohérent, non ?


Notre discours est toujours le même : la fréquentation régulière de l'Etoile Noire par les grimpeurs évitera les débordements urbains comme ceux décrits ici mais aussi contre le déversement de nouveaux déchets (en particulier les gravats de chantier sur la route en contrebas dans le vallon).





Repost 0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 11:44



Le monde de l'escalade est petit !
Quand un chamboulement aussi important se produit à l'Etoile Noire, le fameux site d'escalade dans les anciennes carrières du Loin de La Ciotat, la nouvelle fait vite le tour de la petite communauté ciotadenne (même en plein hiver).

Alerté par Olivier, il faut encore quelques semaines avant de lancer une investigation plus poussée.

A l'entrée du site en venant du parking de Fardeloup, les ressauts gréseux gagnent petit à petit en hauteur et dévoilent un panel de coloris allant du gris à l'ocre.
Au secteur dit du "Portail" (référence terre-à-terre à cette vieille grille rouillée qui fait office de gardien au bord de l'esplanade), quelques parois attendaient leurs heures avant une exploration en règle des grimpeurs.
Il y a presque une dizaine d'années, Matthieu et Xavier Lupo avaient déjà tracé quelques lignes disparates de rings mais leur impact fut rapidement endormi par la proximité recouvrante et dense des arbres du secteur. La priorité n'était donc pas pressante pour le développement de ce site.

Or, c'est ici que François Souret, un moniteur expérimenté de spéléo et de canyon, lance son projet cet hiver 2008-2009.
Tirant de judicieuses ficelles jusqu'à la mairie de La Ciotat grâce à ses contacts privilégiés au Conseil Régional (ou Général ?), il réussit à s'octroyer le droit de créer une école d'apprentissage aux techniques de cordes pour le canyonisme.
Fort de ses compétences d'éducateur à l'ADDAP13, il a négocié un plan d'aménagement et de réinsertion des jeunes ciotadens.
L'objectif est de faire une "école de canyonisme" pour découvrir confortablement les différentes techniques de rappels (guidés, débrayables, ...), pour organiser des stages fédéraux et dans ce but, de faire travailler à différents postes les jeunes qu'il encadre (aménagement environnemental).


Le résultat se voit sur place : terrassement au bulldozer de la place (plus un arbre en place), nettoyage des falaises et installation de points d'assurage, de relais et de barreaux. Même des pans de terre ont été gratté sur la paroi. Travail remarquable dans l'ensemble (mais le détail est tout autre ...).


L'esplanade arasée du secteur Portail ; les bosquets d'arbres au fond ont disparu.   Quelques barreaux le long du dièdre terreux mènent à la vire d'où plusieurs relais permettent de tester les rappels.



 

L'étonnement fait place à un premier sentiment de satisfaction quant à l'aménagement et au nouveau potentiel sur ces via cordata. Il laisse même imaginer une reprise future du développement de l'escalade.

La réalité est toute autre et nous déchantons vite lors d'une discussion avec François Souret.

Il décrit son travail, son projet, ses objectifs et surtout conclut qu'il est "interdit de grimper sur ce secteur" .
En effet, il annonce avoir réussi à conventionner le secteur (à titre expérimental ) comme "école de canyonisme" et à ce titre, il ne peut y avoir que des activités d'apprentissage des techniques de corde ici.
Renseignement pris, Claude Fulconis, président du Comité Départemental FFME des Bouches du Rhône est tout fier de confirmer la convention entre le CD13 FFME et la mairie de La Ciotat pour la première "école de canyonisme" de France.


Comment peut-on se déclarer représentant de la "famille des grimpeurs" et ainsi accepter de cloisonner une activité cousine alors que les pratiquants basculent de l'une à l'autre sans frontière (les grimpeurs font du canyon, de la spéléo et inversement) ?







 François, ses jeunes et son camion.
  Ca bosse dur ! Le résultat se voit sur l'image suivante : belles restanques !
  Des murets, des restanques, ... beaux aménagements ! Bravo !    
Des relais pédagogiques à foison (y en a-t-il suffisamment ?). Super pour attacher la laisse du chien !

 
 





En tant que grimpeurs, amoureux du site d'escalade de l'Etoile Noire et promoteurs des Clean Up Days qui ont permi 5 années de suite le nettoyage et l'évacuation près de 30 tonnes de déchets, voici notre avis sur la situation ; il n'engage que nous (membres de la C.M.E.L.) mais représente sans doute celui de beaucoup de grimpeurs :



Oui, nous sommes d'accord avec le fait de :

  • développer ce secteur. C'est une belle initiative et nous félicitons l'énergie déployée par François Souret et ses jeunes ciotadens.

 

  • Faire une "école de canyonisme" ... mais sans restriction des autres activités (comme l'escalade).

 

  • Conventionner ce secteur à titre d'exemple pour au final étendre la disposition à tous les secteurs d'escalade (après 15 ans de tentatives infructueuses et sans cesse reportées, enfin, une convention est signée ; en espérant que la mairie joue le jeu honnêtement sans nouveau revirement ).

 

  • Aménager l'espace et faire travailler des jeunes ciotadens dans leur environnement proche ne peut que les faire respecter cette nature fragile.


 


Mais, face à de nombreuses restrictions, nous sommes en désaccord total avec :

  • L'interdiction de grimper sur ce secteur alors qu'il existe déjà des voies et qu'un potentiel de lignes naturelles pour voies faciles existent.

 

  • L'équipement de barreaux sur voie existante (la rendant infréquentable) ; c'est dénigrer l'activité et à l'encontre de l'éthique d'équipement des falaises qui doit respecter ce qui est déjà en place.

 

  • L'équipement unilatéral sans réflexion conjointe, sans concertation avec l'escalade ; pourquoi dénaturer, détruire des lignes naturelles qui accueilleraient de belles voies d'escalade ? A cette question, l'intéressé nous répond que le rocher n'est pas beau ici, pas intéressant et qu'il y a bien d'autres secteurs à occuper plus haut ! C'est bien l'avis d'un consommateur d'espace naturel et pas celui d'un grimpeur passionné pour qui tous les rochers sont attirants dans la mesure où ils sont compacts et donc, grimpables.  Mettre des barreaux pour via cordata : oui, mais seulement dans les zones "d'escalier, de gradin" ou lisse hors des lignes naturelles grimpables.

 

  • Le conventionnement strict d'une activité au détriment de ce qui génère le plus de fréquentations à l'Etoile Noire (la grimpe).

 

  • L'absence de concertation avec les acteurs locaux de l'escalade. Tout le monde est mis devant le fait accompli. Le CD13 FFME est en première ligne dans cette affaire (convention, fournitures du matériel d'équipement (rings, colle, ...), participation épisodique à la purge des falaises) et ne s'est jamais mis en relation avec les locaux qui sont pourtant facilement identifiable (Matthieu Luppo à la salle Bloc Session, Olivier Didon à la C.M.E.L. et Eric Valls à Aventures Soubeyrannes). Claude Fulconis (CD13 FFME) se défend en disant que la signature de la convention fut annoncée dernièrement en réunion du comité directeur et lors de l'assemblée générale. Il confirme ainsi mettre tout le monde devant la conclusion des faits sans possibilité de participation et de discussion. C'est toujours la politique des actions obscures sans concertation dont il assume seul la charge mais aussi seul les initiatives bonnes ou mauvaises. En général, les résultats sont favorables et les critiques n'ont pas lieu d'être mais dans notre cas précis, il y a des raisons d'être mécontent.

 

  • La posture de la municipalité qui manipule les différents interlocuteurs depuis près de 15 ans en faisant croire à une signature de convention tout en repoussant sciemment l'affaire. Auraient-ils fini par accepter que cette convention les protège puisqu'elle les décharge de la responsabilité en cas d'accident au détriment de la FFME ? François Souret a su manoeuvrer habilement en passant par le "service des sports" et celui de la "politique de la ville". Il faut donc des relations haut placées pour débloquer de telle situation ?


 
Nous sommes étonnés de voir autant de rings, de relais chaînés collés à droite et à gauche. Surtout quand on sait que le CD13 FFME fournit ici sans compter alors qu'il est si drastique quand il s'agit des voies d'escalade ailleurs.


 


 
 


Via cordata équipée avec corde en place mais à ne pas utiliser avant la fin des travaux (ou par les professionnels ?).
 L'inacceptable : des barreaux scellés au départ d'une voie d'escalade déjà existante.

Multiplication de relais sur une vire !


 
 
 
Que faire et comment réagir maintenant que les textes sont signés (depuis 2008) ? Pas grand chose puisque la messe est dite.

Attendre que les travaux se terminent et profiter des lieux pour faire de la manip' de corde (génial ).
L'accès au site est ouvert à tous mais uniquement pour "l'apprentissage des techniques de corde de canyonisme". En tous cas, ce sont les termes qu'il faut utiliser si des autorités vous demandent les raisons de votre présence.


Réclamer des comptes au CD13 FFME et demander à l'avenir plus de communication et avertir à l'avance les acteurs locaux lorsque des projets de cette envergure se mettent en place pour éviter des erreurs regrettables.
Suivre le bilan du conventionnement et pousser l'extension à tous les secteurs d'escalade de l'Etoile Noire.



"Bon, sur ces indignations insignifiantes de conquérant de l'inutile, bonne grimpe !"


 

 
 
 
 
 

 
Repost 0
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 16:29



Sur la nouvelle esplanade du secteur du "Portail" à l'Etoile Noire de La Ciotat (voir l'article suivant), Matthieu s'arrange de la surprise des travaux gigantesques de terrassement et confirme sa séance de blocs avec son groupe d'enfants du club "Progression verticale".
Parfait pour l'initiation, il en avait nettoyé les sorties depuis quelques mois. Les chaines et rings inox collés deci et delà ne gênent pas l'escalade.



 
 

Le dicton dit "pas plus haut que trois pommes" mais ici, c'est "grand comme un crash-pad".
  Vigilance et rigueur pour canaliser cette quantité débordante d'énergie !



 

L'occasion est belle de prendre quelques photos de ces graines de grimpeurs aussi affamées que les grands.
A cet âge, leur jeu est de courir jusqu'au sommet sans se soucier de la recherche du geste. La difficulté et l'approche de ses limites ne sont donc pas à l'ordre du jour.

 
 

Privé de son projet de créer de toutes pièces quelques lignes en 3 pour ces apprentis grimpeurs au secteur du Portail (interdit à la pratique de l'escalade encordée, cf article suivant), Matthieu déménage et aménage une ancienne dalle avec quelques-uns des plus beaux spécimens de sa collection géologique. C'est comme à Bloc Session : rocher goujonné sur son support puis renforcé et camouflé au sika.


 




Les sceptiques diront que cette dalle nettoyée pour le bloc et parcourue par plusieurs passages en 4-5 n'auraient jamais dû être retouchée de la sorte. Mais, il faut se mettre face à la réalité. Le bloc, activité plus qu'à la mode si on en croit les forums spécialisés, n'arrive pas à décoller à l'Etoile Noire (et pourtant, il y a de quoi faire) ; les secteurs fréquentés restent le SDF et quelques ressauts près de la route. Cette dalle verra sans doute plus de passage de minots que de bloqueurs .

Si vos "microbes" et autres "ouistitis" ont les doigts qui les démangent, voici de quoi les rassasier en face Nord de l'Etoile Noire.

 
 

 
 
 
 


 

Repost 0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 11:41





Pris sous l'orage de la Toussaint, la course pour rentrer à la voiture s'est accompagnée d'un spectacle éphémère : les eaux s'amoncellent dans le réservoir des carrières du Loin et forme une cascade derrière la face Nord de l'Etoile Noire
 




 
 

2008 sera une année aux saisons tranchées avec un vrai automne chargé en pluies orageuses comme on n'avait plus l'habitude d'en voir depuis quelques années (près de 8 ans en arrière ...).
Des cataractes impromptues se forment ainsi dans de nombreux dégueloirs naturels. Les ravines de fond de vallon deviennent de vrais torrents déménageant la terre et creusant de profonds orifices dans les sentiers.
Que nous réserve l'hiver tout proche ?
 
 
 


Repost 0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 12:41





La course au face sud fait rage comme en plein hiver.
Bercé par de cotonneux souvenirs de douceurs réconfortantes, les débats s'orientent vers la face sud de l'Etoile Noire. Habituellement si étanche au moindre souffle nordique, elle laisse s'insinuer des rafales intempestives de faible intensité mais ravivant l'envie de rajouter une couche sur le Tee-Shirt. "Y a plus de saison ma bonne dame ! En plus, il nous change le sens du mistral ! On n'est à l'abri de rien !"

Peu importe, tant que le soleil darde notre cuir, le courant d'air n'est qu'illusion.
La constante, c'est la qualité du grès ciotaden. Dans ce secteur "Grisbi" si dédaigné des foules, il existe quelques lignes faciles permettant de se jauger dans l'application à poser ses semelles high-tech sur des dalles lisses et pourtant si granulées.



 Naviguant à l'aveugle, Hervé et Jean s'échauffent dans les extrémités du secteur : sauf qu'à droite sont les voies en 5 et à gauche les 6.



"Le Pacha" 6b+ : un départ à la Jean Gabin, bourru, fort en gueule mais toujours attachant. Une prise renforcée se cache au fond de sa gorge dans la dernière partie. Elle ne se révèle qu'au dernier moment alors qu'on s'imagine arquer sur un récalcitrant arrondi.





Dans le final de ce mur sabloneux, Hervé arque sur les aspérités crochetantes de "la métamorphoses des cloportes" 6b+.
 
Apprentissage sur le tas pour Guillaume dans "Politique friction" 5c+ : de l'adhérence en friction au départ puis des réglettes made in Etoile Noire.






Dans un style plus conventionnel, "le cave se rebiffe" 6a avec une panoplie de règles et verticales plus physiques.
 



Dans "Le terminus des prétentieux" 6c+ (photo ci-contre à droite), Hervé verrouille la verticale avec le pouce, crispe le carré main droite et monte les pieds aux oreilles : impeccable !

Dans cette voie, la vire se rapproche très vite du grimpeur en pleine chute surtout si son assureur se laisse surprendre par la fulgurance de la glissade. Un conseil : rester bien attentif dans le crux.

 



L'ombre gagne dès 17h30. La collante est bien présente mais la Gore-tex est obligatoire entre deux montées.

Attiré par la ligne de "Pablo Zarvatt" 7b promise à Vincent lors de son séjour printannier, l'assaut est donné.
Sa méthode bleausarde est difficile à reproduire surtout quand la mémoire des gestes n'équipe pas de série certains observateurs.
S'escrimant à singer des mouvements inopérants, Hervé explore d'autres prises conformes à ses dispositions naturelles : serré les croutes et pousser sur les pieds. Victoire ! Une nouvelle méthode moins esthétique mais redoutable d'efficacité est trouvée.
Attendu par un public de lecteurs avertis, il n'aura pas le temps de placer un essai vainqueur. "Vincent, encore une chance de t'emparer de la libération ! Mais fais vite !"

 





Digne d'un grand intérêt, il reste encore toutes les voies de Féfé à tenter.
Encore un spot qui s'ajoute dans la liste des secteurs à re-fréquenter !

 
 
 
 




Repost 0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 13:57


 
 

A l'image du printemps miraculeux pour la végétation et exécrable pour le grimpeur, la pluie s'est invitée vendredi 16 mai 2008. Imprévue au programme, elle a obligé à une annulation intempestive de la soirée. Tout est remis à plus tard ? ...
... C'est sans connaitre l'entêtement des irréductibles de l'Etoile Noire.


A 16h, les dernières averses égrènent leurs ultimes gouttes.
A 17h, le ciel s'éclaircit. Bingo ! C'est parti !
A 18h, la route menant à l'Eldorado de La Ciotat est sèche, un bon présage pour l'état des falaises.
Pierre-Marie, Vincent et Gwen piaffent d'impatience.





Vite, vite ! Arrivés sur place, le sol est à peine détrempé et le grès n'a déjà plus qu'un lointain souvenir de la dépression de la journée.


Pierre-Marie apprivoise prudemment le grès et préfère les réglettes franches au pas d'adhérence stressant.



Vincent
(l'Alsacien, ancien marseillais et néo bleausard, tout ça à la fois !), venu spécialement pour l'évenement doit repartir avec les bouteilles.
La nuit approche mais les frontales sont là : essai
infructueux dans "Pablo Zarvatt" mais ce n'est que partie remise tant la section à méthode bleausarde lui a plu.

Alors que la foule s'embrase au passage des bolides du Rallye de la Sainte Baume rugissant sur la route des Crêtes pour une classique nocturne, la fine équipe remballe le matos vers 23h.







 

A la voiture, les bières sont fraiches et tout le monde trinque joyeusement : on l'aura fait notre apéro-falaise !








En juin, à la date reportée, Olivier, Laurent et quelques autres participants épars seront bien seuls.

Tout sera remis à l'année prochaine pour un rassemblement festif avec une communication plus agressive et peut-être les 20 ans de l'Etoile Noire.




 
 
 


Repost 0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 14:27


Au hasard d'une recherche anodine sur Google, un lien mène vers une vidéo sympathique : à la gloire du Président parcourant la fissure d'"Ewaks" 7b. Il était resté discret et aucune publicité pour ce film promotionnel.
L'intro est marrante avec cet effet déformant sur le panorama de La Ciotat.



 
 

Rappelez-vous : une sortie au soleil avec les petites familles rassemblées sous les faces doucement chauffées du secteur Fissures à l'Etoile Noire.
Stef était pendu au sommet et shootait la scène. On aperçoit même le talon des Testa Rossa de Vincent et sa descente après avoir randonné "l'aventure intérieure"
 
 
 
 

 

Repost 0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 15:39

 
 
[ En réponse à quelques interrogations fin 2006 sur la voie "Blade Runner" à l'Etoile Noire et provocations sur les forums d'escalade, Féfé nous avait aussitôt servi la prose dont il a le secret, ne ménageant pas son verve provençale et son style enflammé (un régal).
Ne trouvant pas le temps d'une petite séance photo pour illustrer la diatribe,  en voici la publication ... près d'un an après !!! C'est du réchauffé ou du faisandé ???
Certes la réaction n'est plus de première fraicheur, mais la valse des mots est toujours aussi entrainante alors cela méritait publication. ]

 
 

Bon on va arrêter le délire !

 
Dans escalade, il y a  "ESCALADE", si vous voulez faire de la philo à 2 balles et éventuellement gagner votre vie avec il y a le Café de Flore.

 Alors pour les grimpeurs :

      

1 - le coup du site fréquenté depuis plus de 30 ans, vous vous le mettez derrière l'oreille et vous le fumerez plus tard... [Note : les locaux revendiquaient le fait de grimper sur place bien avant l'arrivée de Féfé et ses collègues en 1988.]
Avant qu'on arrive avec toute la petite bande cassidaine pour ouvrir les premières voies, il n'y avait rien ! J’entends par là qu'un clou rouillé dans un coin et un anneau pourri dans l'autre ça veut dire qu'il y a des traces de passages humains...
Dans les Calanques, quelques dizaines de milliers d'années en arrière des hommes vivaient dans les grottes. Parfois, ils devaient grimper sur les falaises pour aller piquer les oeufs dans les nids. Sont-ils les premiers grimpeurs officiels des Calanques ? Oui !
Mais doit-on citer leurs voies dans le topo ? Oui !
Mais M. Grichka Bogdanoff (tiens, un bleausard) , escalade comme moyen de survie doit-il être assimilé à l’escalade loisir du XXI siècle ?
Et la place de Rebuffat et le Grec dans tout ça ? ...
Bref, je pense que l'histoire d'une falaise commence avec ses "petites histoires", l'ouverture des voies, ses joies, ses fatigues, ses polémiques, ... L'histoire commence avec le partage !
Avant c'est la préhistoire.  
 

 

De fait « Blade Runner » est un « monument », par la place que cette voie occupe dans l'histoire de l'Etoile Noire, dans la vie de ce groupe de grimpeurs qui a fait revivre une carrière abandonnée et, surtout, surtout, surtout, c'est une voie magnifique !

 

2- Je confirme qu'il n'y a jamais eu de prises collées dans "Blade ..." [Note : à l'origine ouverte en 8a+, l'apparition de galets collés et l'aggrandissement des bi taillés ont facilité l'enchainement à 8a]. J'en suis d'autant plus sûre que non seulement je l'ai ouverte mais je l'ai "exploitée" jusqu'à l'usure. Et c’était un vrai 8a+ !  Avant que des c... qui sont autant grimpeurs que je suis suédois, rajoute des prises …
Encore des gens qui ont tout compris à la philosophie de la grimpe !
Au lieu de se mettre au niveau de la voie, il descend celui de la voie au leur … c’est à dire pas loin du caniveau.

 

3- Les discours sur les prises taillées et le reste c'est bien. Il faut en parler, échanger, il faut des règles et contrairement à ce que croient  beaucoup, on avait et on a des règles.

Le fait est quand même que pour diverses raisons, ça arrangeait beaucoup de monde de nous faire passer pour les « Bad Boys » sans foi ni loi de l’équipement, étiquette qui d’ailleurs nous amusait beaucoup, parce que nous l’escalade on l’a toujours eu joyeuse. C’est comme les cuites, y’en a que ça fait rire et d’autres que ça rend agressif et amer !
Pour finir, il faut passer à autre chose.
Les maîtres mots de l'escalade restent Liberté (de choix des voies qu’on a envie de faire, d’ouvrir) et Total Respect (de la Nature , du travail des autres).
Je sais, ça fait un peu réchauffer et philo à deux balles, pourtant je fréquente pas Le Flore, j’ai juste la même coupe de cheveux que BHL (ça joue vous croyez ?), mais avec les sandwichs et le verre d’eau du Blond, on a pas trouvé beaucoup mieux depuis !

 Alors bonne grimpe à toutes et à tous à la Carrière et partout dans l'univers ...

 

 

Repost 0
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 12:32

 

Réunion familliale à l'Etoile Noire : les nouvelles et futures mamans souhaitant prendre l'air, l'Etoile Noire est la destination parfaite pour se partager entre petite marche, petite escalade et bronzage au soleil.

Bien ensoleillé, le secteur Fissures accueille les volontaires à un dépoussiérage des bras.

Les couleurs sont magnifiques et la douceur agréable.

Echauffement dans "Faucon millenium", un dièdre en 6a alliant oppositions et un petit blocage dans l'oeil du faucon afin de mousquetonner le relais.

 

 

Ensuite, un petit tour dans "1941" pour se mettre dans le bain des fissures.

 

 

 

Olivier fait ses gammes dans "L'aventure intérieure" 7a/7a+.

Il termine sa séance dans "Ewaks" 7b.

Vincent profite de la corde pour la mouliner. Une section dure qui aurait pu se tenter en tête ! Pour la prochaine fois !

Un essai dans "Skywalker" 7c+ avant la nuit ! C'est faisable ! Il faudra revenir.

Superbe mur fissuré ! Les visites vont elles se succéder pendant l'hiver ?

...

 

 

Repost 0