Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 21:15

 

 

 

 

Après quelques jours d'efforts intenses , qui refuserait de se prélasser sur les berges du lac de Sainte Croix , flâner au milieu de l'embouteillage de canoë au Galetas , sourire (sans retour ) aux charmantes « nines » au teint halé peuplant les rives caillouteuses ou esquisser un somme après deux aller-retours exaltant sur une slack-line ?

 

 

  Oui, qui irait s'enfiler les lacets bitumés vers les crêtes des rives gauches du Verdon, s'agripper avec précaution à un câble pour ne pas faire rouler le moindre grain de cailloux sur les prédécesseurs descendant la gorge d'accès au Bauchet, ordonner un réveil contre-nature à ses muscles dévitalisés par un surplus alcoolisé, rehausser la concentration déjà dense d'acide lactique dans ses bras , s'accommoder d'une ombre confortable mais peuplée de moustiques ?

 

 

 

P1020353rec reg red comp  P1020356rec reg red comp

 

 

 

 

Personne ???

Mais si, des grimpeurs voyons !

Des grimpeurs dignes de ce nom, avides de croix, insensibles aux délices du « farniente » et toujours adeptes du plaisir masochiste !

 

 

Le paragraphe d'auto-glorification passé, restent les faits éprouvés d'une cordée couinant sévère dans "Madame rêve" ; l'achévement d'un pseudo-échauffement en 6c qui n'en demeure pas moins une sacrée ligne avec passages continus entrecoupés de repos total (la variante de droite par le toit est un poil plus pêchu (6c+ ???)).

 

 

 

P1020358rec reg red comp Surchauffe dans "Madame rêve" ?P1020360rec reg red comp

 

 

 

 

L'objectif de cette séance express est le 7a+ de "Petite folie".

L'essai à-vue est vite ajourné : la voie demande une intuition dans les méthodes et une conviction dans leur réalisation trop importante pour la faible marge des visiteurs du jour .

Et pourtant, le repos total à mi-longueur favorise l'enchaînement direct en segmentant l'effort en deux.

 

 

 

 

Dans la première partie sur le rocher noir, il faut s'économiser avec un talon judicieux dans la traversée à gauche puis lâcher ses forces dans la section à réglettes.P1020367rec reg red comp  P1020368rec reg red comp   La seconde partie opère une belle boucle à droite sur de belles réglettes ocres bien poffées qui se saisissent dans un ordre précis (sinon, à l'envers, la fatigue sera plus grande ). Les derniers mouvements sur grosses prises expulsent des cris inversement proportionnels à votre ultime vitalité.P1020371rec reg red comp

 

 

Comme souvent, le second run paraît plus simple même si le stress des sections dures crispe un peu.

Une superbe ligne comme il en existe des dizaines dans ce magnifique site du Bauchet !

 

 

 

 

Satisfaire la joie du travail accompli mènera directement à un bain rafraîchissant au lac, puis quelques pizzas et bières partagées sur les terrasses de Riez .

 

 

 

 

Repost 0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 21:25

 

 

 

 

Douce est la vie sur ses falaises tranquilles des gorges du Verdon  !

Dure est la sortie de la Dent d'Aire par "Dolce Vita" quand de pauvres grimpeurs peu habitués à dépasser les trois longueurs dans la journée se retrouvent au pied de cette paroi après avoir tracté sur déjà 4 longueurs à leurs limites tout en charriant un sac dont le contenu se transforme en plomb au fur et à mesure des heures qui s'égrènent .

 

 

P1020296rec reg trace red comp1
 P1020304rec reg red comp

 

 

 

 

Douce est la vie sur la première longueur où le reste d'énergie surnage et justifie quelques fanfaronnades sur la "simplicité" de cette longueur .

Dur est le retour à la réalité d'une section technique dans la deuxième longueur. L'explosion des fibres musculaires se mêle à l'incompréhension face à ce problème sur petites prises . Et pourtant, ça passe bien mais sans trainer !

 

 

 

 

P1020305rec reg red comp P1020307rec reg red comp
P1020313rec reg red comp

P1020315rec reg red comp

 

L1, du début à la fin, quelques pas simples à solutionner !

 

 

   

 

Face à la dernière longueur, le sac change d'épaules pour soulager un désespoir grandissant et démontre alors tout son impact dans une escalade continue. A peine dix kilos de plus et les 40 mètres de cette longueur de rêve s'apparentent à une épreuve morale. Car si les deux premières se distinguent par une section plus difficile, cette troisième longueur est le bijou qui décerne ses palmes à "Dolce Vita".

Au 2/3, le mur raide est morcelé de trous, d'inversées, de poignées géantes qui provoquent les cris de satisfaction d'un grimpeur à bout de force.

Quelle joie d'arriver au sommet et d'avoir vaincu ces accès d'acide lactique, infiltrant les avant-bras et s'insinuant jusqu'au mental pour lui imposer un repos avant le relais ; persister dans un mouvement supplémentaire et extorquer quelques bribes d'oxygène pour gagner l'once d'énergie nécessaire à la tentative de progresser sur encore quelques centimètres ; enchainer une longueur à priori facile mais lesté d'un handicap devient un bonheur intense quand la force de la détermination dompte l'épuisement et la facilité d'un repos intermédiaire. Bonheur de masochiste, mais c'est le lot des grimpeurs qui aiment se faire mal  !

 

 

 

Fin des hostilités dans L3 et retour à un profil moins raide ; le rythme cardiaque se réduit doucement !P1020318rec reg red comp  P1020320rec reg red comp

 

 

 

Au final, d'après les commentaires du net, "Dolce vita" est la plus belle des voies pour remonter les 80 mètres du ressaut supérieur de la Dent d'Aire. Cette beauté est surtout méritée pour la dernière longueur.

Même si le présent récit la décrit comme un parcours aux tréfonds de la volonté et de l'endurance, un grimpeur frais, reposé et sans surcharge massive se proménera dans ce niveau abordable centré sur le 6a (enfin, dans la section dure de L2, il faudra un peu serrer les dents) et bien équipé en plaquettes.

 

On peut aussi sortir par d'autres voies de l'année 2000 comme "Petit chat" (en photo ci-dessous), "El gringo loco" ou "les cantonniers" ; mais c'est déjà une autre histoire ...

 

 

 

P1020300rec reg red comp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 10:22

 

 

 

 

P1020236rec reg red comp

 

 

 

"Une paroi extrême ; 5 grimpeurs chevronnés ; 2 équipes motivés ; 2 objectifs majeurs dans des voies exceptionnelles !"

 

Ainsi pourrait commencer le "teaser" de l'article !

 

La réalité est plus bucolique : après une descente folklorique en rappels au pied de la Dent d'Aire, Guillaume et Bastien s'envoient "Atelier clandestin", tandis que le reste de l'équipée se lance en parallèle dans la plus confortable "Pas de prélude pour Hervé".

Le nom de cette voie reste un mystère et travaille l'imagination pour en percer le sens ...

Cela dit, les cinq longueurs sont belles, variées (dalles, fissures, dièdres, gouttes d'eau, rétablissement athlétique sur bacs)  et encore une fois l'oeuvre de Lionel Catsoyannis accompagné des stagiaires BE 2007 de Chalain (CREPS situé dans le Jura).

Trois ans d'existence et déjà l'itinéraire souvent parcouru fait partie des escalades classiques des gorges du Verdon.

Plusieurs avantages l'ont hissé à ce rang : d'abord un niveau homogène centré sur le 6a qui permet au maximum de grimpeurs de s'exprimer ; ensuite, l'équipement intelligent et solide en plaquettes de 12 mm (rassurant et sans engagement excessif) et enfin, la situation loin des foules et désertée par le soleil dès le début d'après-midi (à 15h, tout est à l'ombre ! S'il fait frais, prévoyez une petite laine) !

A part les marques indélicates de "poffeurs-gaspilleurs", le rocher a gardé tout son grain d'origine.

 

 

 

L1 : en longeant la face et avant sa fin, les plaquettes brillent le long d'une ligne de fissures, de plaques, annonçant la première longueur de "Pas de prélude pour Hervé".

 

P1020202 reg trace red comp  P1020204rec reg red comp

 

 

 

Empilant les prises toutes meilleures les unes que les autres, la difficulté se jusitifie par un pas en adhérence pour rétablir sur une plaque au franc rebord vertical : 5c.

 

 

 

P1020211rec reg red comp P1020213rec reg red comp 

 

 

 

 

 

 

L2 : d'une vire ultra-confortable, cette longueur rallie une fissure-dièdre qui a la facheuse tendance à se couvrir de terre. En puissance ou à répétition, le souffle nettoiera (ou pas ?) les prises pour les seconds.

Le passage dénote une tendance à la raideur avec un début d'ambiance gazeuse, vite estompée par de gros bacs et l'arrivée sur une vire accueillante. La jonction entre la dalle et le début de la fissure octroie quelques efforts supplémentaires par rapport à L1 : 5c+.

 

P1020225 rec reg red comp  P1020232rec reg red comp  P1020227rec reg red comp

 

 

 

 

 

L3 : à mi-longueur, la vire permet d'observer la suite : une dalle facile (et du coup désertée de point ) qui se redresse pour franchir un petit ventre. Une section technique réclame une bonne lecture et entrecoupe la succession de prises franches : 6a+.

Encore un relais confortable, permettant d'observer la cordée voisine dans "Atelier clandestin".

 

 

P1020246rec reg red comp

Dans le crux !

 P1020248rec reg red comp
 P1020252rec reg red comp  P1020254rec reg red comp

 

 

 

 

 

L4 : la plus belle longueur ?

Plus on monte, plus l'assurance d'avoir un passage bloc dans le franchissement du bombé se fait certitude (6a ou 6b par la variante directe).

Et bien non ! La surprise est complète et le régal total ! Les prises sont profondes, énormes, ... magiques ! On se délecte de fermer le bras pour aller chercher le bac suivant encore plus crochetant. Un bonheur pour ce style athlétique et aérien !

Mais déjà le rétablissement est fini. Pour encore savourer, la dalle est gorgée d'écailles, poignées et boites aux lettres : génial !

 

 

A la sortie du bombé : P1020277 rec reg red comp  P1020278rec reg red compDans la dalle finale gavée de trous gigantesques !

 

 

 

 

 

L5 : pour affronter l'ambiance verdonesque, rien de tel qu'un relais suspendu à bonne hauteur et le c... dans le vide ! C'est ce qui est proposé aux grimpeurs avant de parcourir la dernière longueur. L'aération se transforme en refroidissement si on n'a pas prévu une épaisseur annexe pour se protéger de la brise refroidissante.

 

P1020283rec reg red comp

 

 

Droit devant, c'est la variante en 7a dans le mur à goutes d'eau.

Préférons cette belle traversée à gauche croisant quelques lignes de fissures pour en remonter une dans une belle ambiance aérienne : 6a/6a+ bien protégé.

Les derniers mètres donnent le sourire avant de faire irruption au sommet.

 

 

P1020263 rec reg red comp  P1020287rec reg red comp

 

 

 

Comme pour sa voisine "Atelier clandestin", l'escalade de "Pas de prélude pour Hervé" réjouit le grimpeur qui affiche un air de satisfaction béat en prenant pied sur le jardin de la Dent d'Aire .

Cette voie de 100 mètres est recommandée pour les amateurs de 6a et se complétera bien d'une sortie sur le ressaut supérieur avec "Dolce vita" par exemple.

 

 

Quelques témoignages du net confirment notre appréciation :

 

 

Repost 0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 10:34

 

 

 

Avec un nom pareil, on imagine Lionel Catsoyannis, l'équipeur d'"Atelier clandestin", dissimulant ses travaux pour faire le cadeau surprise de cette superbe ligne aux grimpeurs une fois les 4 longueurs achevées .

 

Le résultat est à la hauteur pour cette belle voie qui remonte le ressaut inférieur de la Dent d'Aire sur 100 m permettant un bel enchainement avec les voies du ressaut supérieur.

 

Les forçats de la réglettes se régalent sur ces gouttes d'eau dans un mur vertical où la technique soulage quand il faut grimper entre deux plaquettes (6a obligatoire).

 

Depuis la voisine "Pas de prélude pour Hervé", l'angle de vue est idéal pour un reportage photo ... si la cordée-cible n'est pas trop rapide !

 

 

 

 

 

P1020208rec reg red comp

L1 met tout de suite les gros muscles en action !

 Affublé de son gros sac de "3 tonnes", le second est victime de son rôle de sherpa dans la première longueur bien raide .P1020216rec reg red comp

 

 

 

 

Un peu de dalle dans L2 !P1020221rec reg red comp P1020224rec reg red comp Après la dalle, traversée à gauche !
P1020239rec reg red comp L3
 P1020243rec reg red comp  P1020257rec reg red comp  P1020260rec reg red comp

 

 

 

 

 

 

 

Le clou du spectacle avec L4 !

Un pilier qui se détache bien sur l'horizon, de la raideur, du rocher impeccable et des mouvements classes : magnifique !

...

P1020266 rec reg red comp

  ...

Le crux aussi en 6c+ !P1020269rec reg red comp

 P1020271rec reg red comp  P1020276rec reg red comp

 

 

 

 

Arrivée commune sur le jardin médian de la Dent d'Aire ! P1020290rec reg red comp En avant vers la prochaine voie sur le ressaut supérieur !  P1020295rec reg red comp 

 

Bilan de l'escalade d'"Atelier clandestin" : très belle voie de 100 m sur un pur rocher verdonesque avec gouttes d'eau, réglettes et quelques mouvements athlétiques (L1). Bagage technique nécessaire pour passer confortablement et grimper quand les points s'espacent (rien de trop engagé).

A faire quand on a le niveau 6c à vue !

 

 

 

 

Repost 0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 19:34

 

 

 

Les gorges du Verdon offrent un paysage de falaises qui semble intarrissable pour le grimpeur.

Du côté du belvédère de la Dent d'Aire, la vue sur de nombreuses parois laissent imaginer encore bien des aventures verticales pour l'avenir.

 

 

P1020160rec reg red comp

Vue sur les grandes voies du Pas de la Baou.

 P1020176rec reg red comp

 

 

Alors qu'une bande de joyeux lurons s'apprêtent à partager les émotions d'une combinaison de grandes voies à la Dent d'Aire, le préalable de la descente en rappel permet d'assister au numéro indémodable du ballet des vautours-fauves.

 

Avec son goût pour la vie en communauté, ses longues transhumances entre différentes gorges, son retour à la nature, son énergie reproductrice, le vautour-fauve serait-il la version hippie ou "soixante-huitarde" des rapaces ?

En escadrille fournie, en duo ou en solitaire, l'oiseau aime se donner en spectacle au-dessus des belvédères : son côté bling-bling ?

Malicieux, le vautour s'approche dans un moment d'inattention pour toujours vous surprendre. Le photographe amateur s'emmêlera maladroitement pour dégainer son appareil quand le vol plané lui frôle les moustaches .

 

Peu importe, l'immersion au coeur de la falaise nous rapprochera du nécrophage et facilitera l'observation grandeur nature.

 

C'est un peu l'excuse pour faire passer des rappels mal négociés et ralentissants .

 

 

 

 

C'est sûr, le pied de la Dent d'Aire n'est pas un parking oublié . Lieu d'atterissage des objets volants identifiés balancés depuis le belvédère !

Ou balisage incompréhensible pour suivre le couloir de descente vers la main courante et les rappels de "Catso angry" ?

 

P1020173rec reg red comp

 P1020187rec reg red comp

 

Dans ces bombés de rêve, quelques plaquettes brillent en surlignant les projets d'équipement. Mais d'un coup, des cris rauques glacent l'atmosphère.

Expéditions punitives et attaques fatales pour un membre de la faune locale ?

...

  ...

 

Non, de bruyants sons orgasmiques en plein acte copulatoire pour un couple de vautours !P1020181rec reg red comp

  Quand ces "grosses dindes" s'y mettent, toutes les gorges en profitent. Mais la mélodie n'est pas du goût de notre oreille.

 

P1020183rec reg red comp

 

 

 

  A peine perturbé par une découverte de cette nature, le dernier rappel accompagne la fin de la descente avec ses deux passages agréables en fil d'araignée.

 

 

  P1020191rec reg red comp  P1020194rec reg red comp
 

Verdon - Dent d'Aire : dernier rappel from CMEL on Vimeo.

 

 

Quand les "spécialistes de la couenne" partent en grandes voies, c'est l'expédition sur-équipée  : sac de 70 litres, protection de la tête au ton des dernières modes et tong au pied  !

 

  P1020199rec reg red comp

 

 

 

En résumé, les quatre rappels passent avec 45 m, 50 m (et pas un mètre de moins) puis dans le ressaut inférieur, plutôt 37 ou 38 m que 35 m (il en manque avec une 70 m) et 45 m pour le dernier.

 

Fini les extases sur l'environnement, du pied de la falaise, place aux objectifs : grimper en deux équipes les 200 mètres jusqu'au belvédère en combinant "Atelier clandestin", "Pas de prélude pour Hervé" puis "Dolce Vita" et "Petit chat" au ressaut supérieur !

 

A suivre ...

 

 

Repost 0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 21:49

 

 

 

Fortement décrié à sa sortie en 2006, le topo du Verdon édité par le club Leï Lagramusas refait peau neuve à l'occasion de cette édition 2010.

 

 

Les deux auteurs Philippe Légier et Fabien Ristori ont conservé la même identité visuelle : couverture sur fond noir, maquette listant les voies dans trois chapitres distincts (les couleurs d'encadré sont plus "modernes") pour les "grandes falaises", pour l'Escalès et Rive gauche (c'est à dire les parois du Duc, Encastel, Cavaliers, Estellié, Maugué qui auraient mérité un chapitre indépendant) et pour les "petites falaises".

 

 

 

 

Verdon topo 2010 Couverture red comp

 

 

 

 

Autres bons points :


  • Un listing des voies aventures (non équipées) énumère le détail du matériel spécifique à emporter (plombs, nombre et sortes de pitons).

 

  • Outre l'introduction, les pages d'accès sont traduites en anglais et regroupées à la fin de l'ouvrage. Un bon point en faveur des visiteurs étrangers !

 

  • Les pages de pub sont concentrées dans la première moitié du topo (6 demi-pages, 3 pages complètes et 3 pages de couverture). Les visuels seront encore à améliorer du côté des annonceurs pour mieux se fondre esthétiquement dans l'ensemble.

 

  • Le prix reste serré à 28€. Pour une telle densité d'informations, c'est un bon rapport qualité/prix.

 

 

Les critiques étaient nombreuses dans l'article de janvier 2008. Avec satisfaction, ce nouvel opus en corrige et en améliore un grand nombre :

 

  • Les explications ont été étoffées aussi bien dans l'introduction avec plus de textes sur les gorges (histoire), sur le lexique du topo mais aussi et surtout sur les accès qui étaient bien maigres pour le grimpeur en première visite. Pour une épaisseur équivalente (les feuilles sont plus fines), le nombre de pages témoignent de l'augmentation (+58 pages). Toujours rien pour le descriptif du style (dalle, mur, dévers), la sensibilité aux vents dominants, les horaires d'ombre ou d'ensoleillement mais ce sont des détails !

 

  • Pour les accès, en plus du texte précis, des photos spécifiques indiquent les sentiers et de nouveaux schémas sont apparus pour préciser certaines approches. C'est un gain de sûreté (si le tracé est juste ?).

 

  • Les orientations du secteur décrit sont affichées par une pastille sur chaque page : une information utile pour la recherche de l'ombre ou de l'ensoleillement.

 

  • Un nouveau pictogramme reprend sa place pour mentionner le nombre de dégaines nécessaire au-dessus des 12 habituelles. De plus en plus de nouvelles voies ont des longueurs de 50 m avec beaucoup de points à clipper.

 

  • Des commentaires sont ajoutées sur l'exposition, les longueurs rééquipées indépendamment du reste, la longueur hors normes de certaines longueurs (50 mètres et plus), les friends inhabituels nécessaires et d'autres (lampe frontale si on traverse un boyau).

 

  • Les cotations et les tracés sont parfois ajustés (même s'il reste encore nombre d'erreurs d'après les spécialistes ; par exemple, l'accès pour "les mains dans le sel").

 

  • Les cotations obligatoires gagnent du terrain et sont associées à une majorité de voies pour renseigner sur le niveau minimum et l'engagement. Il en reste encore quelques-unes à compléter.

 

  • Le contraste des photos des tracés sont homogénéïsé (quelques photos reprises sont moins nettes et moins précises (par exemple Estellié)).

 

  • Les photos d'illustration se sont multipliées tout en étant renouvelées et surtout légendées. Enfin, on sait dans quelle voie le grimpeur est représenté.

 

  • Le fameux index des voies est inséré à la fin du livre.Une aide forte utile !

 

  • Une table des matières indique les numéros de pages pour chaque sous-chapitre et permet de retrouver rapidement un secteur décrit sur le plan voisin.

 

 

  L'avancée est déjà considérable. Il manque encore quelques détails comme :

  • La mention du rééquipement : l'année de rééquipement, les noms des rééquipeurs. Par respect pour leurs travaux, c'est déjà un juste retour des choses et puis, c'est une information utile pour savoir si les points sont d'origines (vétusté des plaquettes), avoir une indication sur l'espacement et donc l'engagement : un rééquipement des années 80 n'aura pas le même espacement que celui des années 90 et 2000. 

 

  • Quelques portraits d'équipeurs historiques ou actifs comme Pascal Faudou, Bruno Clément, Lionel Catsoyannis par exemple. Des anecdotes sur les ouvertures, des répétitions à la manière d'un Jean-Michel Cambon dans ses topos de l'Oisans. Pour la grande et les petites histoires des Gorges du Verdon, les auteurs orientent "les Fous du Verdon", le magnifique recueil de Bernard Vaucher (Barney). Sans trop rajouter de pages, ce serait quelques insertions récréatives éclairant certaines voies sous un autre jour.

 

Bon, un petit effort pour l'inscription des rééquipements, quelques corrections d'accès et de tracés et ce sera encore mieux !

 

 

 

 

Parmi les relecteurs qui ont aidé à la correction des épreuves, citons nos amis phocéens :

  • Hervé Guigliarelli et son oeil exercé pour repérer les coquilles du texte et surtout pour sa connaissance du terrain d'aventure dans les Gorges.
  • Jean Devaud pour son amour du Verdon, sa connaissance de nombreux itinéraires et la précision de ses répétitions dans des voies parfois peu fréquentées. A noter sa propre création "So-niac" au Maugué.

 

 

D'anciennes voies peu connues reprennent leur place dans ce topo.

A ce titre, citons par exemple le retour des "marins perdus" à la paroi du Duc. Eclipsée par la proximité d'une voie moderne de Graou, cette ouverture géante est le fruit d'une équipe d'artificiers centrée autour du légendaire  Gilles Crespi accompagné des fidèles Jean, Hervé et Eric (?).

On retrouve la cordée Crespi / Ranise à la baume des Cavaliers où le rééquipement de leur ouverture en artif' "Papy que dévers" devient une voie moderne ponctuée de 8a dans un secteur encensé par le haut niveau ("Ultime démence", "La Ramirole" sont les voisines).

 

 

 

 

En quatre ans, les équipeurs ont été bien actifs et de nouvelles voies sont répertoriées dans cette édition.

En résumé, citons les grandes voies des plus féconds ouvreurs : 

  • Pascal Faudou et ses amis : "La magie de l'aléatoire" et "Les montagnes russes"à Main morte, "Liberté surveillée" à l'Imbut, "Dédale et faintaisie" au Grand Eycharme, "Les deux doigts dans le nez" , "Le Schisme" à l'Escalès, "Hybridoïde" au Couloir Samson, "Enigma" à l'Estellié, "Voyage au gré du gris" au col de l'Olivier. Tiens, il manque trois voies vers "Free Tibet" à l'Eycharme (refus ).

 

  • Lionel Catsoyannis : "Les mains dans le sel" au Styx, "Pas de prélude pour Hervé" et "Catso angry" à la Dent d'Aire, "Via Mathis" à l'Escalès.

 

  • Bruno Clément avec les grandes voies dures à la baume des Cavaliers équipées en compagnie d'Antonin Rhodes dont "La Ramirole" est la plus médiatisée.

 

 

 

 

Les couennes ne sont pas en reste surtout avec un acharné comme Bruno Clément alias Graou qui sort des secteurs entiers à lui seul : la partie gauche du secteur "Solitude" vers La Maline (16 voies du 6b au 8b), Hulk (38 voies du 5a au 8c). Le petit secteur du Pas de la Baoù (4 voies du 6c au 7b+) est développé par Sylvain Guendon.

 

 

 

 

  En conclusion, le topo d'escalade du Verdon s'est bien amélioré pour cette édition 2010.

Il est d'abord conseillé (quasiment obligatoire) aux primo-visiteurs des gorges.

Si les finances ne vous limitent pas dans l'accroissement de votre collection, vous pouvez renouveler votre topo 2000 et même le 2006 : améliorations notables dans la présentation et les accès, nouvelles voies.

 

Bonne lecture !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par cmel - dans Topos
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 10:25

 

 

"Les galets, on connaît !

 A La Ciotat, on en a !"

 

Avec l'aplomb provençal, le grimpeur phocéen peut s'enorgueillir d'être un expert après avoir couru quelques exemplaires du poudingue ciotaden.

Mais connaît-il bien toutes les subtilités du grès et ses multiples variétés : de couleur (l'Étoile Noire en offre une très belle panoplie du blanc au gris jusqu'aux multiples ocres), de grain, de densité (du plus compact au plus friable) et ses incursions de galets ?

 

Pour gonfler un peu son expérience, il faut visiter la France : pour juger de la finesse du grain, on n'a pas fait mieux que Fontainebleau et pour la diversité, la meilleure place est en Alsace.

 

 

Les Vosges du Nord et leur grès coloré se déclinent dans toutes les palettes des mauves, roses jusqu'à l'ocre (qui nous est familier) en passant par le gris teinté de toutes ces nuances. La déclinaison s'accompagne d'une multitude d'assortiment du rocher : ultra compact, sableux, naturellement sculpté ou artificiellement hérité d'une activité humaine, le grès se mêle bien souvent à des galets de taille et de densité variable. C'est une incrustation et on ne rencontre pas encore le poudingue fait d'entassement grossier et malléable.

 

  Grès rose pur mais artificiel du Kronthal !

 

P1040104rec reg red comp

 P1020098rec reg red comp1

Nids d'abeilles et ...


 ... galets incrustés !

 

P1020108rec reg red comp1

 

Dans ce massif, la concentration des galets augmente avec la latitude. De "pur" plus au sud (comme au Kronthal), le grès devient de plus en plus colonisé par ces hérissements et il faut bien s'en servir pour grimper.

Qu'elles soient rondes à arquer désespérément ou multiples à grattonner en médiocre confiance, ces prises ont toutes en commun l'intense précarité de leur adhésion au reste de la falaise. A ainsi dépasser de leur support, leur fragilité est décuplée aux yeux du grimpeur.

Comme le cerveau finit par accepter le vide et la possibilité du vol, on peut l'habituer et oser de plus en plus bourriner sur ces fragiles collages (surtout si l'équipeur les a discrètement renforcé au sika ... teinté en rose évidemment ).

 

 

 

Au-delà des limites administratives de l'Alsace, le village de Lutzelbourg est une incursion gréseuse en Moselle. Le grès rose montre encore sa présence malgré l'omniprésence des galets en grande densité. Le site du Krappenfels accueillait une vingtaine de voies (du 5a au 7a) dans les bois sur une barre moussue et fissurée. 

 

P1020091rec reg red comp

 

 

P1020070rec reg red comp1

 

 

   

Les gros bombés à gauche de cet ancien secteur ont subi un assaut en bonne et due forme des équipeurs locaux (peu nombreux mais diablement prolixes) : Armand Baudry et Lorenzo Saccomani ...

 

 

P1020085reg red comp

Une ligne de dégaines dans "La panade du lapidaire" 8b.

P1020075reg red comp 

 

 

 

Depuis la sortie de la dernière version 2009 du topo des Vosges du Nord, la trentaine de voies supplémentaires attirent la grande foule, avide de nouveautés (surtout dans le 7 et le 8) et chasseuse de premières ascensions (lire les news de juillet à octobre 2010 sur le site escalade-alsace).

Pour être à la mode durant cet été, rien de tel qu'une belle envolée dans ce mur ombragé par de grands arbres !


 

 

P1020082rec reg red comp

 P1020099rec reg red comp

 

"L'écaille sans canopée" 6a(+)

 

 

 

Après les surplombs et autres dévers, un mur attire l'oeil pour les novices. Pas celui en pierre de taille construit dans un couloir mais le voisin rose dont la fissure poffée est un aimant : "L'écaille sans canopée" , 6a+ pour le nouveau topo (aurait-il cédé à l'inflation galopante des cotations commerciales pour ce nouveau secteur comme ses confrères sudistes ??? 5c+ conviendrait mieux ?). Cette fissure est déjà hyper-classique avec ses prises franches, ses galets inamovibles, ses mouvements qui déroulent : pas mal !


Juste à gauche, on passe dans le 6b/c (comme "la forêt d'émeraude") et les arquées sur galets ronds sollicitent plus violemment les tendons (et poulies). Les voies de ce mur se décomposent en approche avec des galets en nombre et un profil à peine vertical. Ensuite, les galets s'effacent pour en laisser quelqu'uns volontairement renforcés à coup de sika (teint en rose pour conserver l'harmonie colorée du mur). Heureusement car celles-ci subissent des assauts brutaux pour fermer le bras et toucher la rampe suivante qui retrouvent une densité de galets plus favorables à de bonnes prises.  Ça tient bien !

 

 

A l'heure où les bêtes fauves partent en chasse, les mutants de l'escalade désertent les dévers et les lieux. Ils partageront leurs émotions devant un breuvage désaltérant.

La falaise est délaissée ... jusqu'au lendemain !

 

 

P1020080rec reg red comp

 Pour l'accès, les possesseurs de l'ancienne version du topo peuvent aussi se reporter au descriptif sur le site FFME.

 

 

 

P1020092rec reg red comp

 

 

 

 

Le site reste interdit pendant la nidification des rapaces de février à fin juin.

 

 

 

Après un stage dans une région si riche en galets, votre diplôme "d'expert ès galets" sera sûrement validé !

 

 


Repost 0
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 12:23

 

Concentré d'agitations humaines plus ou moins assourdissantes, la vallée du Rhône étend son sillon cartésien entre deux remparts naturels et nébuleux.

Des faubourgs avignonnais, les Dentelles de Montmirail et le Mont Ventoux forment une barrière imposante à l'est.

 

 

 

P1020116rec reg red comp

 

 

 

Sur l'autre rive, de timides contreforts annoncent les Cévennes, terres antiques pleines de mystères et de magies . De ces coulées calcaires émergées de la garrigue, quelques formations géologiques ont attiré l'attention et l'imaginaire de l'Homme.

 

 

Camouflée des regards, une grotte (espèce de vortex s'ouvrant en une voûte vers le ciel), conquit ses adeptes qui la baptisèrent Gargantua.

 

Régulièrement réunis dans les salles sombres d'Avignon, ils attendent patiemment la saison favorable en répétant inlassablement les mouvements de leur cérémonial.

 

P1020110rec reg cadre red comp
 

S'acheminant jusqu'au rafraîchissant sanctuaire estival, ils reproduisent le rituel qui leur assurera une réussite absolue dans leur prochaine tentative verticale : éminents maîtres locaux ou pèlerins de passage, chacun gravit les marches à genoux, psalmodiant quelques versets enfiévrés à la faveur d'une "idole païenne aux cheveux blonds" .

 

Les articulations meurtries, ils seront ainsi galvanisés dans leur gestuelle, dans leur verrous et autres coincements sur la voûte horizontale .

P1020117rec reg red comp
 

Après l'accès, la procession se poursuit avec l'éveil des "Esprits de la Grotte".

Avant de tenter le moindre essai dans une voie, il convient de les alerter en posant une première dégaine comme offrande au rocher.

Tel des allumeurs de réverbères du siècle dernier, les Adorateurs de Gargantua se joignent pour dresser une aussi artisanale que fière canne à pêche vers les points les plus hauts, assurant un soutien mystique en cas de chute !

 

P1020128rec reg red comp

  Le rite achevé, l'escalade peut commencer .

 

 

P1020132rec reg red comp

 

"Le compexe d'adipeux" 7b

 

 

 Mais attention !

Si la tradition n'est pas suivi à la lettre, si les infidèles accourrent sans respecter les règles, les "Esprits" seront défavorables.

Malgré l'abondance de prises taillées, ils disperseront mesquinement quelques prises grasses par-ci, quelques zip par-là, ils vous glaceront d'une rafale de mistral, vous plomberont d'une impression de lourdeur et vous étoufferont dans une résistance insistante . Les essais resteront infructueux et risquent de s'empiler pour longtemps (n'est-ce pas Guillaume !) selon votre acharnement.

 

 

D'avril à octobre, il y aura toujours un apôtre prosélyte pour vous convertir aux méthodes spécifiques afin d'apprivoiser la grotte, alors, n'hésitez pas ! Suivez le rituel !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 11:45

 

 

 

 

P1010960rec reg red comp

 Un regard sombre, une écume verdâtre au coin des lèvres, des traits ridés par l'impatience, assurément, par cette expression calcaire, ce "Gardien des falaises" exprime toute sa désapprobation de vous voir déranger sa quiétude et lui chatouiller les orbites !

 

 

Membre d'une dynastie peuplant toute la "Planète Grimpe", ce spécimen sorti de sa léthargie à Suberpène (un site majeur des Pyrénées), n'est qu'une illustration parmi tous ses nombreux cousins plus ou moins accueillants que les grimpeurs croisent et humanisent lors de leurs ascensions répétées.

 

 

Et pourtant, qu'est-ce qu'elles sont tentantes ces cavités béantes ! Bacs rêvés d'une profondeur insondable  !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par cmel - dans Insolite
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 23:58

 

 

A l'automne 2006 naissait à La Coueste, dans les faubourgs aubagnais, un nouveau site d'escalade sur une idée de l'ONF locale et mis en oeuvre par le CD13 FFME (André Bernard, Olivier Didon, Vincent Vilmer).

 

Profitant du classement du coin en Zone d'Accueil du Public en Forêt (= Z.A.P.E.F.), il est intéressant d'organiser une mini-séance d'initiation sur ces dalles inclinées pour les clubs ou les parents voulant initier leur progéniture .

 

 

 

P1010875rec reg red comp  P1010876rec reg red comp

 

 

 

La faible fréquentation (quasiment inexistante) a favorisé le retour de la végétation qui reprend peu à peu ses droits dans les gros bacs du rocher ou sur la vire des relais.

 

Fourmillant de rings, il est simple de poser une moulinette ou d'envoyer un tête un néophyte.

 

La forêt encore élevée à cet endroit dispose d'une ombre conséquente pour les jours de grosses chaleurs.

 

La dizaine de voies s'éparpille du 3 au 4 avec peut-être quelques sections en 5 (poussée sur les pieds en dalle).

 

 

P1010885rec reg red comp  P1010898rec reg red comp
P1010940rec reg red comp

 

 

 

 

 

Pour faciliter l'accès, espérons que ce plan vous guidera :

 

Plan Route La Coueste red comp

En provenance de Marseille, rouler sur l'A50 direction Toulon.

 

Sortir de l'A50 à "Aubagne - Toulon par RD".

 

Suivre "Aubagne-centre" (à gauche) sur la D559a.

 

Au rond-point, continuer tout droit (panneau "Les Espillières").

Tourner à gauche avant de passer sous le pont (panneau "Les Espillières").

 

La route longe la voie ferrée à sa droite puis l'autoroute à sa gauche. Elle traverse celle-ci.

Après quelques virages, tourner à gauche (panneau marron "Espace Naturel de La Coueste").

 

Continuer jusqu'au parking annoncé par un panneau "Parking obligatoire" et un plan des espaces naturels.

 

 

 

 

 

 

Plan Acces La Coueste red comp

  Du parking des Espillières, continuer à pied sur l'impasse jusqu'à la barrière DFCI.

 

Prendre la piste qui longe à plat sur votre droite.

 

Difficile de donner un point de repère pour indiquer le moment ou il faut monter à gauche pour trouver la falaise.

Chercher un petit sentier jusqu'à voir le rocher à travers les arbres (pas évident).

 

Approche en 10 minutes maximum (sans se perdre ).

 

 

 

 

 

  Avec un peu plus de visite, la jungle reculera-t-elle sur ce petit secteur plein de charme et accessible l'été hors des journées classées en risque noir ?

...

 

 

 

 

 

 

Repost 0