Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 17:18

 

Le Clean Up Day 2006 s'était déroulé avec les économies des années précédentes faute de financement public (aucune subvention pour la manifestation). La participation des bénévoles avaient été requise.

Si la situation se renouvelait, l'opération aurait été difficilement reconductible en 2007.

Or, expérience approfondie des rédacteurs des dossiers ou politique plus généreuse des organismes, toujours est il que le Clean Up Day 2007 est pérénisé avec l'accord d'une subvention de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports (FNDS) pour soutenir l'évènement en faveur de l'environnement.

Merci au ministère de la Jeunesse et des Sports pour leur soutien ! Reste à ce que le Conseil Général des Bouches du Rhône, le Conseil Régional PACA suivent cet exemple !

 

Repost 0
Publié par cmel - dans C.M.E.L.
commenter cet article
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 00:32

 

La communication fait son chemin avec un reportage sur le sentier de l'Oeil de Verre diffusé vendredi 20 octobre 2006 à 20h sur TF1. L'équipement est jugé vétuste par l'ONF : presque 100 ans d'après le commentaire ; pour ceux qui connaissaient la chaîne et le cable autrefois en place, ils étaient évidemment plus récent (les cables se sont succédés depuis 100 ans).

 

"La Marseillaise" s'étonne de l'action de l'ONF (désolé pour l'image, la lecture est réservée aux yeux performants) :

 

 

Le premier pas avec une prise de pied extrêmement patinée est vraiment dangereux : la glissade est impardonnable : rien pour se rattraper et la chute avec un aplomb vertical plus bas ne laisse guère d'issue favorable. En l'état, le passage est à déconseiller aux personnes non préparées à ce type de terrain.

 

 

Repost 0
21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 16:12

 

Le 19 octobre 2006 avait lieu une conférence de presse au sujet de la destruction des sentiers historiques des Calanques par l'ONF.

Elle était organisée par le CAF Marseille Provence, les comités départementaux et régionaux de la FFCAM, Concept Environnement, le Comité départemental 13 de la FFME et Union Calanques Littoral.

Le rapport suivant était distribué à cette occasion :

 

 DESTRUCTION DES SENTIERS HISTORIQUES DES CALANQUES PAR L’ONF

 Contexte 

Le massif des Calanques s’étend sur 5000 hectares en bord de mer sur prés de 15 Km entre Marseille et Cassis. Ce massif très accidenté est réputé pour ses sites d’escalade et pour les nombreux sentiers de randonnée qui le parcourent. Il s’agit d’un site naturel classé présentant de nombreuses caractéristiques d’un terrain de montagne.

Le projet du Parc National des Calanques est actuellement en cours. A cet effet le GIP (Groupement d’Intérêt Public) a été créé en 1997 pour étudier la faisabilité d’une telle structure. Le GIP, à ce jour, n’a aucun pouvoir de décision mais un rôle de coordination et de  concertation. Les conclusions, dressées en juin 2006, ont été positives et se sont traduites par une lettre d’intention de création du Parc National des Calanques. De longues procédures et étapes sont encore indispensables pour arriver à la création définitive du Parc dans 4 ou 5 ans.

Deux associations « historiques » le CAF Marseille-Provence et les Excursionnistes Marseillais, en coordination avec le Comité départemental de randonnée pédestre, assurent depuis des décennies l’entretien et le balisage des chemins de randonnée qui parcourent le massif. La carte IGN du massif recense les différents itinéraires qui sont repérés par couleurs. En effet, si la plupart de ces itinéraires sont accessibles par des randonneurs moyens, plusieurs itinéraires ont été équipés, sur des passages plus difficiles, de câbles ou chaînes destinés à faciliter leur traversée. Le massif des Calanques compte une dizaine de passages de ce type, dont certains relèvent plus de l’escalade que de la randonnée. Il convient de préciser qu’il s’agit d’itinéraires qui ne posent pas de problèmes de sur-fréquentation.

 

 

La suppression des passages et des sentiers

 

L’ONF, qui assure la gestion de la partie du massif appartenant à l’Etat, a soulevé il y a environ deux ans le problème que représentait, selon lui, la présence de ces câbles et chaînes installés anonymement par des bénévoles au cours des décennies. Cette pose n’avait pas fait, bien entendu, l’objet de convention avec le propriétaire, en précisant les conditions d’installation et d’entretien. Ces conventions classiques en escalade déchargent les propriétaires de la responsabilité de la pose et de l’entretien des équipements nécessaires à la pratique de l’escalade. A défaut de la signature d’une telle convention entre une des fédérations sportives délégataires (FFRP ou FFME), l’ONF menaçait de procéder à la dépose des câbles et chaînes et de supprimer purement et simplement tous les sentiers qui y conduisent (voir la carte).

 

Les deux fédérations délégataires ne veulent pas s’engager par convention sur ce type d’équipements : pour la FFME c’est de la randonnée et pour la FFRP ce n’est pas de la randonnée mais de l’escalade. L’ONF en a avisé les associations de pratiquants par courrier du 27 juillet 2006. Après concertation avec d’autres associations, une réponse par courrier du 11 septembre a été apportée sous l’en tête du Comité Départemental 13 de la FFCAM. Nouveau courrier de l’ONF daté du 14 septembre repoussant les argumentations développées et proposant une réunion de concertation.

 

Malgré les échanges de courriers et la proposition d’une nouvelle réunion de concertation, l’ONF faisait procéder à la dépose des câbles sur plusieurs passages fin septembre 2006, notamment sur le passage de « l’Oeil de Verre », itinéraire emblématique du site pour les randonneurs expérimentés et pour les grimpeurs. C’est effectivement le passage qui permet aux randonneurs de réaliser la traversée des Calanques Marseille-Cassis par le bord de mer.

 

Pourquoi ?

 Dans son premier courrier l’ONF argue  que « la gestion d’aménagements dangereux (mains-courantes et autres câbles) sur des sites accueillant du public ne fait en aucun cas partie des missions qui lui ont été confiées par l’Etat ». L’ONF souhaite « une solution à cette problématique, tant en en termes de responsabilité que de financement » ; en clair il demande à se décharger de toute responsabilité et de sa mission de service public. Il souhaite, semble-t-il, vouloir canaliser les pratiquants sur les autoroutes à randonnée sécurisées du type de celle que l’ONF est en train de réaliser au mépris de l’environnement entre La Gardiole et En Vau.

Il faut noter que le Conseil Général propriétaire d’une partie du massif a équipé de nouveaux câbles le passage délicat du sommet de Beouveyre. Le syndicat gestionnaire du site de Sainte-Victoire équipe et entretient de nombreux équipements sur les sentiers parcourant le site. 

 

 

Réactions des Associations de randonnée et escalade

Ce travail de destruction est :

 

- dangereux pour les pratiquants munis des topos et cartes mentionnant bien évidemment toujours ces sentiers. Par ailleurs aucune étude d’accidentologie n’a démontré la dangerosité particulière de ce type d’équipement et, à notre connaissance, le seul accident grave à déplorer fut causé par la dépose, anonyme et criminelle, de la chaîne de l’Oeil de Verre en 1994. 

 

- dangereux pour la préservation du site en incitant les randonneurs et grimpeurs à tracer leur propre passage : multiplication de sentes, pitonnage et dépitonnage…qui ont une répercussion néfaste pour la flore et un impact certain sur la dégradation du terrain.

-contraire aux usages et à l’esprit des lieux qui ont fait la réputation des Calanques. Ces sentiers que l’on peut qualifier d’historiques ont fait le bonheur de générations de randonneurs originaires de toutes régions. Les Calanques sont un patrimoine national qui ne doit pas faire l’objet d’actions irréfléchies

 

 

La Pétition (voir annexe)

 

Lancée par un véritable collectif d’associations elle est envoyée grâce aux courriers électroniques à d’autres associations concernées par la défense des Calanques. Elle a été présentée samedi 14 et dimanche 15 octobre aux personnes partant pour leur randonnée depuis Luminy et La Gardiole  . De nombreux pratiquants, individuels ou associatifs, ( plus de 600  le dernier week-end, de tous âges et horizons, du département et même étrangers ) ont découvert le problème et remercié les associations de leur action et de leur engagement

 

Les élus et les représentants de l’Etat (Ministres, préfet, députés, maires…).ont été avisés par un courrier spécifique.

Nous continuerons à présenter la pétition à l’entrée des Calanques les samedi et les dimanche matin jusqu’à la fin du mois d’octobre 2006.

 

 

Les demandes

 

 o       Nous demandons que l’ONF cesse immédiatement ces lourds travaux de destruction.

o       Nous attendons que l’ONF assure une véritable mission d’accueil du public en gérant ces équipements comme d’autres gestionnaires le font déjà. 

o       Nous appelons les associations responsables, les gestionnaires et les collectivités territoriales à se réunir le plus vite possible sous l’égide du GIP afin d’inventorier les solutions d’aménagements nécessaires à la pratique des sentiers historiques du massif des Calanques.  

Ce que nous attendons des médias  

Qu’ils portent ce problème à la connaissance du grand public de sorte que cette pétition par la quantité de ses signataires alerte les pouvoirs publics pour qu’ils agissent en faveur du rétablissement de ces équipements et arrêtent l’action destructrice de l’ONF. 

 

 

Repost 0
17 octobre 2006 2 17 /10 /octobre /2006 14:37

 

"Ca se passe comme ça à la C.M.E.L. ! "

 

Petite association, petit comité et ambiance familiale dans la convivialité du siège (chez le président) !

 

 

C'est la première année que l'Assemblée réunit autant de monde : 6 adhérents ; c'est à dire 3 de plus que le bureau directeur : énorme !

Merci à Sabrina et Nicolas qui tiennent leurs promesses de s'impliquer dans la vie associative.

23h : fin des débats.

De gauche à droite : Sabrina, Nicolas, Olivier et Jean Phi.

 

Ils apportent leur bulletin d'inscription et prennent part directement à la discussion menant tard dans la soirée : heureusement, le Bourgogne soutient les débats. 

Entre 2 allocutions du président Olivier, Stéphanie nous prépare un bon diner.

A table !

Les mêmes avec Stéphanie en plus (Gwenaël est derrière l'appareil photo).

 

 

Prochainement, un résumé de l'Assemblée générale 2006.

 

Repost 0
Publié par cmel - dans C.M.E.L.
commenter cet article
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 11:20

 

 

Suite aux chantiers de destruction du sentier du Pas de l'Oeil de Verre mis en place par l'ONF (cf article "Destruction de l'Oeil de Verre"), les associations d'usagers et d'amoureux des Calanques se mobilisent.

Une pétition va être rédigée et distribuée aux accès dans les Calanques (parking de Luminy notamment) pour informer le public des projets de l'ONF.

 

Voici l'aperçu de cette pétition :  

 

PETITION SENTIERS HISTORIQUES DES CALANQUES

 

 

L’Office National des Forêts (ONF), gestionnaire d’une partie du massif des calanques a décidé de supprimer les sentiers qu’il estime dangereux. L’ONF, ne souhaitant plus prendre la responsabilité des équipements nécessaires dans les passages techniques (main courante, câble, chaîne), a donc  supprimé brutalement tous les sentiers pourvus de tels passages.

   

Nous, associations de sports de pleine nature ou amoureux des Calanques, nous nous opposons à la destruction systématique de sentiers qui ont fait le bonheur de plusieurs générations de randonneurs.  

 

Ce travail de destruction est :

 

- dangereux pour les pratiquants munis des topos et cartes mentionnant toujours ces sentiers

   

- dangereux pour la préservation du site en incitant les randonneurs et grimpeurs à tracer leur propre passage : multiplication de sentes, pitonnage et dépitonnage…

   

-contraire aux usages et à l’esprit des lieux qui ont fait la réputation des Calanques

 

   

 

1) Nous demandons que l’ONF cesse immédiatement ces lourds travaux de destruction.

 

   

2) Nous appelons les associations responsables, les gestionnaires et les collectivités territoriales à se réunir le plus vite possible sous l’égide du GIP afin d’inventorier les solutions d’aménagements nécessaires à la pratique des sentiers historiques du massif des Calanques. 

 

  

CAF M-P Club Alpin Français Marseille-Provence

 

UCL Union Calanques Littoral

 

CD 13 FFCAM Comité départemental 13 Fédération Française des Clubs Alpins et de la Montagne

 

CD 13 FFME Comité départemental 13 Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade

 

Concept Environnement

 

 

A renvoyer avec signatures à l’adresse suivante avant le 31 octobre 2006 :

  CAF MARSEILLE PROVENCE

Pétition sentiers historiques des Calanques

14, Quai de Rive Neuve

13007 MARSEILLE

 

Contact : cafmarseille@free.fr  

 

 

 

Transmettez l'information !

 

Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 10:19

 

Historiquement, il existe certains chemins escarpés qui ont fait la réputation des Calanques : pas de l'Oeil de Verre sous la Concave, cheminée du Diable et cheminée du CAF au Val Vierge, sentier noir en balcon de la Grande Candelle, corniches Paretti au Devenson, ... pour ne citer que les sentiers sur les terrains de l'ONF.

 

 

En tant que propriétaire et gestionnaire de ces terrains autour de la Candelle et vers le Devenson, l'ONF juge la dangerosité de certains sentiers dans les Calanques (ce qui est légitime mais non fondé en terme de statistiques : les seuls accidents recensés dans ces passages ont été causés suite à un déséquipement du matériel en place).

Or, pour se prémunir de tout accident dont il pourrait être responsable, l'Organisme a demandé (via le GIP des Calanques) aux organismes d'usagers (randonneurs puis grimpeurs) le conventionnement de ces passages dangereux (ce qui déchargerait la responsabilité du propriétaire vers la fédération signataire).

Après avis juridiques des directions centrales, la FFME comme la FFRP ne peuvent assurer la responsabilité d'un sentier même si celui ci comporte des passages rocheux équipés de cable à demeure et donc ne peuvent pas signer de convention.

Devant cette réponse, l'ONF s'enferme dans un processus de destruction : puisque la responsabilité de ces passages à risques leur incombe, il préfère les faire disparaitre plutôt que de chercher à les entretenir régulièrement.

Avertissant certains organismes en plein été, l'ONF met en action son plan dès la rentrée : à terme, destruction de la totalité des sentiers à risques sur ses terrains.

Le premier visé est le sentier menant du Socle de la Candelle au Devenson par le Pas de l'Oeil de Verre.

La procédure débutant fin septembre 2006 est bien entamé :

  • transmission à l'IGN de la suppression des sentiers ; à faire disparaître des cartes (mais en attendant une prochaine édition, combien de cartes circulent avec les tracés actuels ?).
  • suppression des balisages dans ces passages.
  • démontage des cables, mains courantes et scellements en place pour sécuriser le passage.
  • chahutage des sentiers pour ne plus pouvoir les emprunter.
  • panneau d'information au départ des sentiers supprimés.

A suivre en 2007, les sentiers noirs de la Candelle, les corniches Paretti, les cheminées du Val Vierge.

 

Une question simple se pose : pourquoi utiliser un budget si important pour détruire des passages historiques et très fréquentés alors qu'il aurait suffi à entretenir et renforcer la sécurité pour plusieurs années ?

 

Alain Vincent, chef du secteur ONF des Calanques, mène depuis des années une politique d'entravement avec les différents organismes d'usagers des Calanques (notamment les grimpeurs) alors que ceux ci essaient de concilier leurs activités et le respect des milieux naturels (par exemple pour le CD13 FFME : projets de balisage des sentiers d'accès aux falaises évitant les zones sensibles comme les éboulis, ...).

Comme toujours, le manque de dialogue et les actions sans concertations sont sa marque de fabrique.

Comment un organisme gestionnaire de l'environnement peut se vanter de défendre et d'aménager cet environnement avec des actions de cette ordre ?

 

Randonneurs, grimpeurs, amoureux des Calanques, il faut réagir ! 

 

Repost 0
10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 20:21

 

Les visites dans le passé ont parfois du bon.

A l'ère des compétitions d'escalade en falaise dans les années 90, naissaient les voies de la Baume Canouille à Vitrolles.

Les pans et autres salles d'escalade balbutiaient leurs premières ouvertures mais déjà l'envie créatrice des équipeurs s'exprimaient sur le rocher.

Comme toutes créations, la discipline avait ses ouvriers qualifiés dans le volume et l'efficacité mais aussi ses orfèvres.

Ainsi, la baume montre combien les compétitions prouvaient leur intérêt en créant de nouvelles falaises mais en contrepartie, l'inconvénient de ses voies sur "commande" étaient leur inégale qualité.

A la Baume Canouille, vu la matière première du calcaire local, les voies sont intégralement bidouillées. L'investissement des équipeurs était à la hauteur de leur motivation personnelle et de leur empressement ou au contraire de leur patience.

On trouve donc des voies parsemées de prises en résine : triste spectacle à notre époque mais sûrement digne d'intérêt à l'époque (En fait, l'idée à l'époque était de les retirer dès la compétition achevée. Finalement, elles sont restées).

Mais au milieu de celle ci, l'une attire l'oeil : les patates rocheuses et autres colonnes surnaturelles se succèdent le long du plafond : "Vieille canouille" 8a.

 

 

 

Renseignements pris, Gilles Bernard a mis 1 semaine pour l'équiper faisant systématiquement les mouvements puis les sections les uns après les autres (peut être un article prochain sur les techniques de bricolage mises au point par cet infatigable artisan des falaises). Le but était de créer la voie de finale avec une difficulté crescendo.

Pour permettre à tous les grimpeurs de passer le plafond, les prises rapportées (toutes trouvées sur le sol de la Baume) sont généreuses et en nombre délivrant un niveau de 6c+/7a.

 

 

 

 

A partir de la lèvre, le dévers est moindre mais le croisé vers la gauche prélude des mouvements dynamiques qui haussent le ton. Le mousquetonnage suivant n'est pas des plus reposants et si on est en plein travail pour l'enchaînement, sauter la dégaine économisera une once d'énergie salvatrice.

 

 

 Arrivé à la verticale en inverse, le plateau se laisse entrevoir mais les derniers mouvements pour l'atteindre sont les plus durs. C'est là que la victoire se jouaient pour les derniers prétendants (devant le niveau impressionnant des compétiteurs et juste avant la finale, Gillou reboucha rapidement un bac dans le haut et restitua la règlette d'origine) : des règlettes sikatées mènent à une bonne écaille à saisir en épaule main droite.

Oui, mais comment réussir à envoyer la main gauche dans la bonne séquence ? Un petit coincement de genou aide à lacher l'inverse vers la règle au dessus et à relancer main droite dans le bon ordre.

 

 

 

 

 

 

A l'origine, le rétablissement sur le plateau finit la voie mais le frottement est inconfortable ; alors aujourd'hui, on peut redescendre au dernier point pour mouliner la descente.

 

 

 

En conclusion,  un 8a qui donne l'illusion d 'un niveau accessible avec sa difficulté croissante. Mais ne vous imaginez pas réussir aux 2ème run cette voie dont l'enchainement reste d'un haut niveau.

Pour la petite histoire, sachez que le vainqueur de la compétition tomba à-vue à l'ultime mouvement sous le relais.

 

Alors si vous bourrinez bien dans les plafonds et autres doubles toits de votre salle de pan favorite, n'hésitez pas à faire une petite visite dans la section du plafond et vibrez à l'unisson des robustes stalagtites.

 

Repost 0
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 11:42

 

Auréolée de la présence d'une grimpeuse du top mondial, Caroline Ciavaldini, la compétiton du 6 octobre 2006 s'est déroulée dans une belle ambiance.

Retrouvez les résultats sur le site de la Boite à Prises et le résumé en images...

Sylvain Guendon gagne : il est pleine bourre en ce moment ; il aurait pas gagner un autre contest dans la ville d'à coté ...

 

Prochain rendez vous le vendredi 10 novembre 2006 : réservez votre soirée !

 

Repost 0
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 11:00

 

En 2005, à l'occasion des démarches entreprises pour le conventionnement des sites d'escalades dans les Bouches du Rhône, c'est le responsable ONF de la zone Garlaban - Aubagne qui fait visiter une petite dalle à Gilles Bernard, Vincent Vilmer de la commission Equipement du CD13 et Olivier Didon (CM..E.L.). Proche d'une ZAPEF, cette courte dalle serait parfaite pour initier les enfants.

D'habitude victime d'interdiction, pour une fois, c'est une paroi qui est offerte par l'ONF (comme quoi, ce n'est pas la politique générale de l'ONF qui est en cause mais vraiment la personnalité de certains dirigeants ; cf celui de la zone des Calanques).

 

 

 

Attention ! Ne rêvez pas trop ! C'est une mini face d'à peine 10 mètres de haut avec des difficultés qui culmineront à 5a ou 5b avec un niveau moyen dans le 3 - 4. L'équipement est imaginé pour les "petitou" avec un espacement réduit idéal pour l'apprentissage.

 

 

1 an après, les démarches aboutissent et l'équipement commence. Enfin, l'équipement ?? C'est déjà un grand chantier de nettoyage, jardinage pour dégager les vires de leur terre (et elle revient à chaque pluie !!).

André Bernard, Vincent Vilmer et Olivier Didon s'activent à la pioche, binette et au balai.

 

Manger de la terre, c'est surement bon pour le transit intestinal mais pour un équipeur, une journée sans percer de trous, c'est une journée de frustration.

Alors, les moteurs chauffent et les mèches de 12 s'animent : les relais sont percés et les lignes suivent.

Pas évident d'équiper pour des "microbes" d'1m20 maxi de haut. Il faut serrer les points.

 

 

 

 

 

 

 

En fin de journée, 6 voies sont collées (6 relais chaînés et 26 rings inox Fixe fournis par le CD13).

Quelques jours plus tard, , Vincent profite de l'espace dégagé à droite par ses soins pour finaliser 3 lignes supplémentaires (3 relais chaînés et 21 rings).

Il restera 1 ligne à gauche à finir pour Olivier et éventuellement à imaginer une via cordata sur la vire de gauche.

 

 Suivez la presse régionale pour noter les dates de l'inauguration officielle  ;-)

 

Repost 0
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 15:10

Extrait de l'annonce de la prochaine compet' :


"Venez nombreux à notre grande compète de la rentrée programmée le vendredi 6 octobre prochain à partir de 19h30.

Vous serez ainsi les premiers à découvrir les 10 blocs flambants neufs et de difficulté progressive que nous vous aurons concoctés pour l'occasion. Tout le monde peut participer...
Normalement, un soir de compète c'est un soir de perf' (et de beuverie, mais ça c'est autre chose...). En plus c'est gratuit !! Enfin, on paie quand même sa séance, hein, faut quand même pas pousser !! Si tout va bien Benoît sera derrière son barbecue et ça sentira la merguez. Et si comme l'année dernière nous avons de très jolis lots à offrir, ce sera une fois encore grâce à nos fidèles soutiens, j'ai nommé le magasin l'Aventure de Sanary, Béal le très célèbre fabricant de cordes, baudriers et autres accessoires de grimpe et nos amis de Sun Valley qui reviendront (peut-être ?) un jour grimper à la salle. Un grand merci à eux !


Pour tous renseignements : 06 62 12 11 81

Sportivement votre...

L'équipe de La Boîte à Prises"


 

Repost 0