Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 20:27

 

La victoire était célébrée trop tôt (article du 11/11/2006).

La Préfecture a mis en demeure l'ONF de remettre en état les équipements dans les sentiers des Calanques.

 

Toujours aussi fort dans son action de lobbying, l'organisme a réussi à noyer l'affaire ... une fois de plus !

 

A l'occasion de la réunion du GIP des Calanques (15 novembre 2006), l'occasion était belle de conclure ce dossier et de s'appuyer sur les exemples de la Sainte Victoire et des équipements sur le massif de Marseilleveyre (sommet de Béouveyre).

En fait, c'est presque machine arrière !

La réunion se conclue sur une demande d'enquête pour évaluer les responsabilités et ainsi qui pourra les endosser et donc réaliser les travaux.

Concrètement, on est reparti pour 6 mois minimum d'immobilisme (et surement beaucoup plus longtemps) : le danger objectif de cette absence d'équipement est toujours présent.

Peut être que pour connaitre les responsabilités, les collectivités territoriales attendent un accident grave dans ces passages. Là, il y aura des responsables et ce seront les propriétaires : l'ONF.

Sur le terrain, il faut rester vigilant et déconseiller l'accès au Val Vierge si les usagers n'ont pas l'expérience du rocher et l'équipement adéquat ; zipper ne pardonne pas car c'est la chute au dessus d'une barre rocheuse.

 

Pour faire avancer les choses, il faut continuer la communication et relancer la mobilisation.

 

Repost 0
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 11:59

 

 

 

 

 

 

Avec un gardien de cet accabit, le nouveau site du vallon est à l'abri des visites inopinées de grimpeurs en mal de nouveauté  ;-)))

 

 

Pour l'instant, il reste endormi comme les bucoliques volcans d'Auvergne mais si une dégaine dépasse de votre sac, elle sera vite happée par sa bouche avide.

 

 

Repost 0
11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 10:13

 

A l'Abri Bus, Olivier équipe une nouvelle ligne la semaine dernière.

 

A la suite de la seconde journée de travail, l'empressement du départ pour rejoindre son club à Gémenos est la cause d'un oubli tragique : tout le matos d'escalade et d'équipement (perfo) est resté sur le parking. De retour sur place, plus rien ! Tout a disparu.

Quelques heures de panique plus tard, la lucidité revient et finalement, un papier est trouvé sur la grille voisine : "votre matériel est à la Police Municipale de Roquevaire".

La suite, c'est la récupération rassurante de ces précieux outils puis le nom de la bienfaitrice : "Merci Madame Pellegrino".

 

Ce sera le nom de baptême de la nouvelle voie qu'Olivier enchaine  pour la première ascension ce dimanche 10 décembre 2006  : il propose 7c/7c+ à affiner par les répétiteurs.

Cet hommage à des gens honnêtes est la moindre des choses dans notre société si individualistement pervertie.

Encore merci à elle.

 

 

Repost 0
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 15:22

 

Après les travaux de rééquipement des ressauts du Baou de St Jeannet chez nos voisins du 06, les péripéties et les rallonges des dates de livraison de ce chantier, le CD 06 FFME annonce la fin de l'arrêté interdisant l'escalade dans les ressauts pendant les travaux.

Les vérifications vont faire place à la signature de la convention avec la communauté de communes propriétaires de ces falaises.

Toutes les voies sont maintenant solidement équipées et de nouvelles en ont profité pour voir le jour.

Alors, profitez de la douceur qui s'obstine à se prolonger actuellement pour faire une petite visite au Baou !!!

 

Repost 0
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 10:58

 

Pour les amateurs de première, celle de "La Guitare" vous tend les bras !

Evaluée à 7c/7c+ (à affiner), en voici le décomposé (partiel) avec dans le premier rôle Paulo "El Magnifico".

  

 

La ligne se trouve dans la partie gauche de l'Abri Bus au Garlaban.

Les petites colos blanches servent de départ.

Un grand mouvement d'allonge vers une plaque à droite d'où on pourra mousquetonner le deuxième point (quand la dégaine est en place car sinon il faut faire le mouvement suivant). Aller chercher la base de la grande colo est évident mais cette prise est fuyante et elle oblige à ramener la main droite dessus. Les pieds sont fins et parfois fragiles.

 

On arrive dans cette coulée ocre aux accents dorés lorsque le soleil brille : c'est le premier pas.

La solution est un casse tête qui ne trouve de réponse qu'avec une bonne coordination et une solide tenue de verticale.

En effet, les 2 prises de départ sont en épaule avec lesquels il faut monter les pieds sur le sommet de la colo et de là, dynamiser directement vers le trou en forme de mandoline ou plutôt en relançant d'une très vague intermédiaire : la mauvaise qualité des pieds rend le mouvement aléatoire.

A vue, attention à la surprise des branches du trou  ;-)))

 

Ce trou est le vrai repos de la ligne, les suivants ne seront qu'illusion à moins d'avoir la marge suffisante pour se refaire sur quelques croutes.

 


 

 

 

 

 

La remontée de la colonnette noire puis la traversée à droite se font avec de bonnes prises crochetantes mais la difficulté est de placer les pieds : soit inexistant soit avec la facheuse tendance à gentiment croustiller au  moindre appui.

 

 

Cette section sur bonnes prises s'achèvent et il faut se placer pour la sortie dalleuse (c'est à dire avec des micros écailles encore au stade de l'enfance dans la vie des gouttes d'eaux calcaires).

 

 

C'est le vrai crux de la voie : la section précédente ne laisse pas de place pour respirer et il faut arquer un bi main droite ou une verticale main gauche pour se dresser sur la petite marche et mousquetonner la dernière dégaine.

 

 

La fin est du même accabit en passant à droite.

Le relais est à peine engagé : les pieds au niveau de la dégaine et les bonnes prises sont atteintes ... mais avec assez de force pour les valoriser ???

 

 "Si j'enchaine au second run, tu acceptes le 7b+ ?"

"_ OK ! " répond on sans y croire une seconde.

Et pourtant, le Paulo, il envoie bien : les 2/3 sont avalés avec maitrise.

Mais 2/3  seulement ! La dalle a raison de lui : explosé ! Pas moyen de souffler avant d'entamer la section finale !

Ce sera donc au moins 7c ...

Départ en Argentine pour plus d'un mois ! Quelqu'un aura t il fait la première ascension avant son retour ???

Les candidats sont invités à donner leur avis sur la difficulté après enchainement !

Bonne chance !!!

 

Repost 0
19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 19:35

 

 

 

 

 

Un topo, c'est toujours un travail de longue haleine et une attente du même ordre pour le public. Celle suscitée par le topo des Gorges du Verdon est à la hauteur de celui des Calanques en 2004 ou de celui des Alpilles à venir (2007 ? 2008 ?).

 

Du premier délai annoncé pour fin 2005, puis printemps 2006, la sortie officielle est enfin éminente (début décembre 2006 en magasin) et vous pouvez déjà l'acquérir en avant première par correspondance - voir sur le site des Lei Lagramusas.

 

Rien à dire car on affronte tous la même situation : le topo des "Escalades Phocéennes" prévu initialement pour fin 2006 est repoussé à la rentrée 2007. Au début, on s'emballe puis les détails et la précision des vérifications demandent une rallonge de temps qui est difficilement quantifiable à l'avance.

La Palud va subir une ruée de grimpeurs pour essayer toutes les nouvelles voies.

Pour la CMEL, Olivier, expert des Gorges suite à ses multiples saisons au Bureau des Guides, pourra nous dresser une liste des voies à faire.

Repost 0
18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 14:56

 

A l'occasion de la réussite (le jeudi 16 novembre 2006) de Vincent Scharwatt dans "Blade Runner", la question revient à l'ordre du jour : quelle est la difficulté de cette voie (à l'Etoile Noire - La Ciotat) : 8a ? 7c+ ? 7c ?

Sans expérience dans le 8, les repères sont bien minces pour pouvoir apprécier la difficulté et les 8 essais ne suffisent pas à définir une hiérarchie pour un grimpeur dont les croix sont généralement dans le 7c.

 

A l'origine, Féfé l'avait équipé et bidouillé au minimum pour en faire un 8a+.

La taille des prises est un sujet polémique (surtout à La Ciotat) et peut être discuté des heures durant mais c'est le choix de l'équipeur et si ce style ne vous convient pas éthiquement, rien ne vous oblige à poser vos doigts dans ces mêmes prises. La voie est livrée en l'état et elle est à grimper selon la vision de l'équipeur.

Par contre, quand un quidam, sous prétexte que les bi taillés ne sont pas adaptés à l'épaisseur de ces doigts boudinnés, les améliore pour pouvoir faire la voie plus confortablement, là, il y a abus (Féfé réagira prochainement sur le sujet) ; qui vous emêcherait de le faire dans toutes les voies qui vous pose problème ?

C'est ce qui s'est produit avec "Blade runner" : de 8a+ à l'ouverture et enchainé de nombreuses fois dans cette version, les trous aggrandis et les 2 galets collés (dont l'un est parti début 2006) ont fait descendre la voie à 8a. Mais, cette cotation annoncée dans le topo officiel n'a jamais été confirmée et pourrait s'avérer être 7c+ voire 7c.

Quel trouble pour une cotation direz vous ? Oui, il y a pire dans le monde !

Mais, n'en déplaise aux biens pensants de l'escalade, les grimpeurs sont des consommateurs à l'image de la société dans laquelle ils vivent et par conséquent grimpent aussi pour la cotation.

Dans ce niveau de difficulté et ce style, "Blade runner" est une belle voie qui se mérite ; mais pour quel niveau de récompense : 7c+, 8a ?

La question est posée ... à l'équipeur Féfé ? aux répétiteurs présents et à venir ?

A suivre ...

 

Repost 0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 18:09

 

 

 

Le bassin marseillais n'est pas des plus réputé pour le vol libre : les sommets sont souvent baignés de vents irréguliers et donc demandant une bonne expérience ; de plus, les dénivelés ne sont pas très importants : ils soumettent une marche d'approche conséquente mais ne récompensent pas avec suffisamment de temps de vol.

Les décollages les plus connus sont ceux de Sainte Victoire et de la Sainte Baume (Signes) ; le Cap Croisette aux Goudes est aussi un terrain d'entrainement aux gonflages de voiles.

Depuis quelques temps déjà, celui du Garlaban trouve ses adeptes ou c'est la douceur inhabituel de l'automne qui offre des conditions confortables pour le parapente.

 

 

Cette activité de pleine nature contribue t elle à la destruction de l'environnement ? Est elle agréée par l'ONF ?    ;-))))

 

 

Repost 0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 10:40

 

Dans ce secteur, difficile de jeter une voie ou l'autre ; toutes méritent d'être grimpées et pour résumer les commentaires de Jean Phi, voici sa Short List de voies recommandées au Sanctuaire :

  • "Séance péda" 6b+.
  • "Enimathèque" 6c (6c+ si on s'oblige à rester dans le bombé final).
  • "C-K 1" 7a : majeur et très abordable.
  • "C-K 3" 7a+.
  • "Sanctuaire" 7a+ : la plus belle du secteur et un vrai test à ce niveau. Magique !
  • "La connexion du bouffon" 7b : on fait le crux de "C-K 1" puis on part à droite (plaquettes dorées) pour rejoindre la sortie de "Big fun" 7c+ (dont le départ direct n'est pas terrible).
  • "Sanctuaire en hiver" 7b : pour les amateurs de connexion en voici une qui profite de l'équipement en place : départ dans le "Sanctuaire", faire les 2 crux puis sortir à gauche par "Un singe en hiver" ; belle suite de mouvements ! [Additif de Jean Phi le 22/11/06]
  • "Tropicana" 7b : une première partie très technique avec un gros pas puis une sortie sur une rampe bien conti.
  • "Un singe en hiver" 7c ; pour les plus jeunes qui ne connaissent pas, c'est le titre d'un film référence, rencontre pleines d'ivresses entre Jean Gabin et Jean Paul Belmondo.
  • "Akirira" 8b+ : très beau ! C'est le commentaire que Jean Phi a pu recueillir des répétiteurs car à la moitié de la voie, il se retrouvait déjà avec les bras ouverts en 4.

 

Tout le détail est dans le topo de Lascours qui se trouve à La Montagne à Marseille, à Roquevaire (Presse).

Les voies récentes de Lascours seront présentes dans le prochain topo des "Escalades phocéennes" prévu pour fin 2007.

 

Repost 0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 15:06

 

Depuis janvier 2006, le parking de Lascours (site du Grand Vallon) est interdit : emplacement communal, c'est l'accès privé qui a été déclaré interdit suite à un jugement remporté par les riverains. Actuellement à moitié recouvert de déblai terreux, il a perdu la moitié de sa capacité : qui en est responsable ? La mairie ou les riverains ? Encombrement passager ou volonté de condamner cet espace ? ...

 

Dans l'attente d'une conclusion de l'affaire sur le terrain juridique, il convient de se garer dans le village (quitte à déposer ses sacs avant de redescendre se garer) et de ne pas chercher les frictions avec les voisins (qui ont l'air de n'attendre que ça). Restons poli !

Néanmoins, pour à peine 8 minutes de marche supplémentaire, ce n'est pas la fin du monde et on en conclut qu'il ne faut pas grand chose pour vaincre la motivation des grimpeurs.

En effet, depuis la diffusion de la fermeture du parking, la fréquentation a considérablement chutée.

Alors que le rocher n'a pas bougé, les voies demeurent toujours aussi magnifiques !

Aujourd'hui, nous développons notre sujet sur le secteur du Sanctuaire : un cirque majeur abrité du vent et ensoleillé, parfait pour l'hiver.

Pas de voies en 5 mais des projets en 7 pour tous les grades du 7a facile au 7c+ avant de passer dans le 8 jusqu'au mythique "Akirira" en 8b+ (un nom en référence au très décrié " Akira" premier 9b de l'histoire).

 

 

Après l'échauffement dans le dièdre en 6a (tout à gauche) des "Primates", il vaut mieux traverser à droite pour visiter le superbe "Séance péda" 6b+. En effet, les 6b et 6c de gauche sont vraiment blocs.

 

 "Séance péda", c'est un départ en dalle de calcaire blanc qui est la marque de fabrique du Grand Vallon : des prises compactes boursouflés de picots aggressifs mais terriblement adhérents. La montée se poursuit par un beau croisé vers une belle rampe. On pense avoir fait la voie mais elle ne fait que commencer : la suite fait gonfler les bras jusque sous le relais.

 

 

Poursuivez par sa voisine "Enimathèque" 6c qui, quoique plus dure, fatigue moins les bras : beau passage techinque en bas et sortie avec des mouvements d'allonge le long d'un bombé à belles prises.

 

 

Pour faire un 7a facile (6c+ diront certains), aller dans "CK1" : des colos superbes avec un crux en milieu de voie. Rappelons qu'en l'absence de nom de baptême, Jean Phi a nommé les voies dans le topo par les initiales de l'équipeur Christophe Kern. C'est du provisoire qui dure quand on entend les grimpeurs parler de Si-Kè-One ou Cé-Ka-Trois...

Le figuier est retaillé pour passer l'hiver tranquille : foncez !

 

 

 

 

 

 Toujours à gauche de la falaise, encore une voie de Christophe Kern, "CK3" en 7a+ facile (les mêmes que plus haut diront 7a) : superbe écaille qui s'approfondit et un rétablissement à négocier à la fin avec les bras durs.

 

 

 

 

"Mélisse" 7c+ : une section de départ très crispante puis une envolée le long d'un genre de dièdre déversant. Très photogénique, c'est une voie qu'on adore ou qu'on n'aime pas du tout ! Elle ne laisse pas insensible !

 

Pour les férus de casse tête et de méthode abracadabrantesque, il y a "A la poursuite du calamar" en 7a+ (première voie à l'extrême droite) ; celle là, à vue, n'a rien de facile et peut se transformer en 7b+ si on crispe toutes les chiures à portée de main.

En fait, après la première section sur des trous bouchés, le dernier pas consiste à monter le pied droit assez haut puis à essayer de se déporter dessus et à pousser pour s'élever. Pendant ce temps, vos doigts font de la figuration à moins d'arquer les vagues réglettes alentours. Au fur et à mesure de la montée sur ce pied, la dégaine disparait de votre regard et donne une impression d'engagement plus dûe au côté aléatoire de la méthode.

 

 

 

 "Un singe en hiver" 7c : la grande classe !

 ...

 

 Aussi bien pour les photos avec ces coulées marrons et noires que pour les mouvements : un beau crux puis une traversée et le final géant.

 

 

 

Repost 0