Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 23:47

 

 

 

  Lors des vacances de fin d'année, Marseille respire (et pas seulement sous les assauts du mistral ). Les fêtes éparpillent les habitants loin de la ville et les vacanciers préfèrent le ski et la montagne pour réveillonner.

Circuler dans la cité phocéenne devient presque agréable et rejoindre le (désormais) Parc National des Calanques s'avale en quelques minutes.

 

Direction le bout du monde : Callelongue dominé par le cirque des Goudes ; un décor à inscrire au patrimoine mondial des grimpeurs (un équivalent de l'UNESCO pour l'escalade ? ).

 

Avec le vent d'hiver qui intensifie le bleu du ciel, les paysages atteignent l'exceptionnel.

 

 

 

DSC01411rec reg red compDepuis le Pas de la Demi-Lune, les Lames et le Rocher des Goudes se découpent devant l'île Maïre.  DSC01421rec reg red compLe bonheur de faire le plein d'UV sous "l'Arête de la Cordée".

 

 

 

La face sud de Saint Michel d'Eau Douce est un abri bien connu du mistral. Baignée de soleil, elle est appréciée l'hiver.

Les jours de vent d'est, c'est la face ouest qui est protégée. Poutant au sud, le renfoncement du secteur de "La grande vire" épargne les grimpeurs des rafales jusqu'à l'avant-dernière longueur.

 

Profitant de la désertification passagère du lieu, l'occasion est trop belle de grimper une classique.

De plus, l'hiver est la saison idéale pour atténuer les désagréments du rocher patiné (conséquence d'un succès et d'une fréquentation constante) : l'adhérence devient presque correcte (même dans la glissante "Rectiligne").

 

 

Ce sera "Le S", une ligne de fissures qui a la bonne idée de ne jamais dépasser le 5c+.

On imagine la bonne surprise des ouvreurs de 1945 (Roger Duchier et Charles Magol) qui découvre cette profusion de prises dans un profil si raide. Dicté par le rocher, l'itinéraire zigzague (d'où son nom) le long de la ligne de faiblesse.

 

Alors, quand on se met dans la tête de parcourir le maximum de longueur d'une traite, il faudra jouer de malice pour dompter le tirage de la corde.

 

 

 

 

DSC01426rec reg red comp


  DSC01451rec reg red comp

 

 

  S'encombrer de 25 dégaines est une précaution inspirée par la prudence mais finalement inutile. Au terme de l'ascension des 65 mètres de cet empilement de longueurs, le second ne récoltera que 8 dégaines.

Donc, le rack habituel de 12 avec des sangles sera suffisant.

 

 

DSC01432rec reg red comp

 

 

Quelques règles évidentes :

  • Rallonger les dégaines avec des sangles.
  • Clipper les points pour se protéger et récupérer la dégaine précédente pour optimiser l'alignement de la corde.
  • Imaginer la trajectoire pour éviter les frottements sur le rocher.
  • Ne pas s'exposer et rester prudent.

 

 

Au dessus du premier relais, attention à la fausse piste par L2 de "Moby Dick" (rings gris dans un mur en 6b+). "Le S" traverse bien à droite avant de revenir vers la gauche en suivant la fissure (rings inox brillants).

 

Homogènes, les longueurs sont superbes.

 

DSC01439rec reg red comp

 

Au fur et à mesure de l'escalade, le frottement "alourdit" la corde et oblige à s'arrêter au 3ème relais (représentés par les points bleus sur la photo de droite) : 65 mètres, c'est une belle envolée.

 DSC01446rec reg relais red comp

 

 

 

  Reste la longueur de traversée pour sortir sur le plateau de St Michel d'Eau Douce.

 

 

DSC01452rec reg red comp  DSC01465rec reg red compEncore un petit pas de dalle sous la vire sommitale.

 

 

  Le vent d'est accélère sous le sommet et c'est l'ambiance patagonienne au dernier relais. Brassé et immédiatement glacé ; les doudounes trimballées dans le sac sont vite enfilées.

 

 

 

DSC01467rec reg red comp

  En récompense, le panorama sur le Rocher des Goudes !

DSC01473rec reg red comp

 

 

 

  Etonnamment, en s'éloignant de la crête, les puissantes rafales qui remontent le long de la falaise, s'estompent d'un coup et tout le plateau du sommet est abrité du vent .

Sympa ! Ce répit sert à savourer cette belle voie réalisée en deux longueurs.

 

Pour descendre, le rappel unique du côté du "Petit couloir" s'impose pour éviter de multiplier les envols de la corde.

 

 

En retournant en face ouest, on change de saison : le tee-shirt tombe et la chaleur est celle du printemps.

La divine Paroi Jaune nous tend les bras ; mais ceux-ci ne répondent plus à l'exigence des voies continues et aux passages réclamant une certaine solidité des doigts.

 

 

DSC01479rec reg red comp

"Super Nana" (6c d'abord puis 7c) à la Paroi Jaune.

 DSC01478rec reg red comp

 

La Tête du Trou du Chat et la face ouest de St Michel d'Eau Douce.

 

 

Conclusion :

  • A l'abri du vent dominant, ta destination tu choisiras .
  • Le soleil d'hiver en priorité, tu cotoieras.
  • Des micros-abris, tu profiteras (soleil et abri du vent d'est au secteur de "La grande vire" en face sud de St Michel).
  • Avec plaisir et seulement les jours froids et secs d'hiver, les voies patinées tu grimperas .
  • Et surtout, meffi de l'échauffement qui te grille l'énergie pour la suite de ta séance .

 

 

 

 

Repost 0
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 09:37

 

 

 

canvas reg txt

 

 

Avec le temps, c'est cette image qui restera de Patrick Edlinger.

 

  • Celle d'un grimpeur à la classe inimitable alliant efficacité, puissance, grâce et souplesse dans une esthétique aujourd'hui abandonnée.
  • Celle de l'escalade libre qu'il incarna pendant près de 30 ans.

 

Il laisse un grand vide dans la communauté des grimpeurs.

 

 

Ce vendredi 16 novembre 2012, sa disparition fut brutale. Le déni et l'incrédulité ont envahi nombre de personnes quand la nouvelle tombant sur les réseaux sociaux les a sorti de la torpeur d'une soirée de fin de semaine.

Certains se réveillent le lendemain matin et vérifient encore : non, ce n'est pas une mauvaise blague.

 

Le Blond est parti.

Pas pour toujours car si "Dieu créa la grimpe" aux yeux du monde entier en sortant l'escalade de son anonymat relatif, alors "Dieu est une légende". Et c'est bien connu, les légendes ne meurent jamais.

 

 

 

P1040965rec reg red txt

 

A la C.M.E.L., nos pensées vont à tous ses proches, à sa fille, sa famille.

 

Nous pensons à Olivier ; le cousin que Patrick a initié à l'escalade dans ces jeunes années et dont la passion s'est murie en profession, devenant moniteur à Marseille.

 

 

Nous pensons à tous ceux qui l'ont cotoyé un instant ou plusieurs années (et en Provence, ils sont nombreux) : ceux qui ont partagé sa cordée, son "Temple" de l'entrainement à Toulon, ses sorties en falaises, ses émotions ou ceux qui l'ont simplement croisé au pied d'un rocher.

 

 

Parmi tous ces grimpeurs aujourd'hui trentenaires, quadragénaires ou jeunes quinqua, combien doivent leur passion de l'escalade à la vision des films de Patrick, à la lecture de ses livres ou de ses magazines Roc N Wall ? Une multitude de par le monde.

Leur insouciance s'est envolée ce 16 novembre 2012 et ils peuvent penser "j'ai perdu mes 20 ans".

 

 

Ces fans qu'il a inspiré, continueront de rêver devant son aisance, sa maitrise, son contrôle dans le solo intégral.

 

 

 

 

Merci pour cette passion partagée, pour cet état d'esprit.

 

Perpétuons-le en allant grimper en falaises avec juste le plaisir simple de l'effort, celui de respirer le grand air, de s'ouvrir aux autres, d'aller à la découverte du monde, ... avec juste la sensation de vivre.

 

Ciao Le Blond ! Ciao Patrick !

 

 

 

 

 

 

 

Quelques liens : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 22:16

 

 

Ce samedi 17 novembre 2012 est la journée des inaugurations : dans l'après-midi, celle de la salle Bloc N Roc à Vitrolles s'enchaine avec celle de la toute nouvelle salle Grimper de Marseille - La Valentine.

Heureusement, cette dernière est en soirée .

 

La foule est dense et au total, Vincent Albrand et ses amis comptent plus de 500 personnes franchissant la porte de cette superbe salle à partir de 19h30.

 

Nombreux retrouvent des potes de falaises ou des collègues de pans. Les discussions tournent évidemment autour de la triste disparition de Patrick Edlinger (décédé la veille le 16 novembre). Chacun évoque un souvenir, une anecdote pour ceux qui l'ont cotoyé.

 

Néanmoins, l'ambiance monte d'un cran rapidement. Les pans sont délaissés et le bar s'active à satisfaire tout le monde. Le son se renforce entrainant les danseurs de plus en plus nombreux.

 

 

DSC00918rec reg red comp

 

 

 

 

Les soirées Grimper avaient déjà une fière réputation dans le milieu mais il faut bien dire que le niveau s'est encore amélioré :

  • côté organisation, on rentre dans le professionalisme avec un coin restauration à l'extérieur : les traditionnelles grillades, les salades, mais surtout le camion pizza présent toute la nuit (pas loin d'une centaine de pizzas consommées) .
  • Côté ambiance, toute l'équipe maitrise son petit manuel du parfait fêtard . Et pour le son, des DJ pros (DJ Faze puis ADN) sont engagés pour la soirée. Dingue !

 

 

 

DSC00920rec reg red comp

Vincent et un de ses "grill-man" vêtu de sa combinaison anti-projection grasse.


DSC00921rec reg red comp

Le camion Pizza Franco (commande au 06 95 58 28 22) !

 DSC00916rec reg red comp

 

Champagne pour tous !

 

 

 

Bilan : une réussite totale organisée d'une main de maitre par toute l'équipe Grimper, pour une fête démente qui va se faire un nom dans le petit monde de la nuit à La Valentine.

 

 

Vivement la prochaine !

 

 

 

En attendant, allez grimper à la salle  ...

 

 

 

 

Repost 0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 22:44

 

 

Après quelques semaines de rodage à la nouvelle salle de bloc de Vitrolles, Philippe Darras se transforme en maitre de cérémonie pour recevoir les élus locaux en ce samedi 17 novembre 2012 après-midi : accueil, visite des locaux, explication du fonctionnement, discours d'inauguration et hommage ému à Patrick Edlinger, figure emblématique de l'escalade libre, disparu la veille.

 

Philippe profite de cette journée pour lancer sa première compétition ouverte à tous.

 

A peine déballées (en provenance d'Espagne), les nouvelles prises  Didak's ont aussitôt servi à composer les 14 blocs de sélection.

Une trentaine de grimpeurs de la région vont se bagarrer pour en sortir le maximum avec le minimum d'essai.

 

A ce jeu, huit finalistes se détachent pour s'affronter sur 4 blocs à vue.

 

 

 

DSC00831rec reg red comp  DSC00839rec reg red comp

 

 

 

 

 

DSC00854rec reg red comp  La relève est assurée !!!DSC00851rec reg red comp DSC00841rec reg red comp 

 

 

 

Le spectacle est au rendez-vous soulignant les belles ouvertures et la variété des styles proposés.

 

Philippe s'est entouré de ses amis pour arbitrer les passages ; Thierry Cienzo apporte sa grande expérience des compétitions, aidant ainsi à fluidifier l'organisation. Bravo !

 

 

 

 

DSC00864rec reg red comp DSC00899rec reg red comp Le futur vainqueur sera le seul à réaliser ce bloc de finale.

 

 

 

 

 

DSC00867rec reg red comp

 DSC00909rec reg red comp

 

Même François Legrand vient finir sa journée et ne peut résister à tenter quelques blocs de finale.

 

 

 

 

 

Quelques passages en images pendant le contest et en démonstration par Thierry :

 

 

 

Quelques photos supplémentaires sur le site de Bloc N Roc ...

 

 

 

Avant le début de soirée, les vainqueurs sont félicités et récompensés par quelques lots (en partenariat avec les cordes Beal, les topos de la région).

 

 

La réussite est au rendez-vous et déjà, les participants réclament un prochain contest ... (qui sait, en mars-avril ???).

 

 

 

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 13:54

 

 

 

 

Les Calanques ne laissent personne insensible.

Quelles que soient le nombre de visites, l'étendue de l'exploration de ces paysages fabuleux, elles suscitent un émerveillement justifié. Ce sentiment se transforme souvent en passion pour de nombreux usagers, qu'ils l'expriment sur les sentiers ou sur les falaises.

 

 

 

 

Parmi ces passionnés, certains ont consacré une grande partie de leur vie à la défense de ce massif et voient leur combat récompensé par la création en avril 2012 du Parc National des Calanques.

 

 

 

 

L'occasion de croiser une forte densité de ses défenseurs infatigables était donnée à l'occasion du lancement du nouveau livre de Jacky et Barney Vaucher :

 

"Calanques : un siècle d'amour et de vigilance : comment un territoire de passions devient Parc National " (aux éditions Parole).

 

DSC00721rec reg red comp Au premier plan (chemise blanche), Henry Augier, président d'Union Calanque Littoral (UCL) de 1992 à 2000, en discussion avec l'actuelle présidente Madeleine Barbier.

 

 

 

Jeudi 15 novembre 2012, les locaux du CAF Marseille les accueillent pour cette soirée de retrouvailles, d'échanges et de témoignages captivants sur les actions menées depuis un siècle pour défendre les Calanques des agressions de toutes natures : l'industrie, l'urbanisme, le tourisme de masse, les aménagements routiers, ...

 

La sauvegarde des Calanques : tout le monde peut en citer quelques épisodes, mais en connaissons-nous toute l'étendue ?

Pas sur, vu l'immense période couverte !

Depuis la première manifestation du 13 mars 1910 jusqu'à la création du Parc cette année, cent ans de lutte sont décrits dans ce livre qui fait office de recueil et de mémoire.

 

Si on connait les Calanques sous leur aspect actuel, c'est grâce à tous les anciens qui ont ont combattu décennies après décennies. Cet ouvrage permet de ne pas l'oublier.

 

 

DSC00740rec reg red compSerge Rouaix (C.O.S.I.N.A.).   

 DSC00728rec reg red comp

Marc Roussel (président d'honneur du CAF Marseille Provence) et le président des Excurs.

 DSC00732rec reg red comp

Bernard Hamel, actuel président du CAF Marseille Provence. Il représente les grimpeurs au sein du GIP et très actif pour la défense des grimpeurs depuis 2008-2009 et "l'affaire des réserves intégrales".

 DSC00734rec reg red comp

Valérie Simonet, réalisatrice du film "Calanques, une histoire empoisonnée" qui montre sans concession les pollutions passées et actuelles des Calanques.

 DSC00737rec reg red comp

Madeleine Barbier, actuelle présidente d'Union Calanques Littoral.

 DSC00730rec reg red comp

 

 

 

 

 

Brillant chroniqueur de la vie des massifs d'escalade de Provence (du Verdon jusqu'aux Calanques), Barney s'est investi dans ce projet suite à la retentissante affaire "des réserves intégrales" (en 2009, le GIP des Calanques annonçaient la mise en réserve intégrale de nombreuses falaises maritimes, limitant considérablement les possibilités d'escalade sur le massif).

L'administration ne peut pas balayer dédaigneusement des décennies d'actions sur le terrain et d'investissement des usagers pour les collines qu'ils affectionnent.

Associé à sa femme, farouche protectrice des Calanques au sein de nombreuses associations, ils ont recueilli les témoignages pour les compiler dans ce livre.

 

 

 

Merci et félicitations à Barney Vaucher et sa femme Jacky pour ce travail remarquable.

 

DSC00726rec reg red comp

 DSC00741rec reg red compLe directeur des Editions Parole qui a fait confiance au couple Vaucher pour la parution de ce livre. Il perpétue la tradition des veillées avec ses "Soupes aux livres", soirées qui permettent d'échanger.

 

 

 

On peut souligner combien les grimpeurs ont joué un rôle essentiel dans cette protection au travers des associations des Excurs, du Club Alpin Français.

C'est comme une réhabilitation du monde de l'escalade alors qu'aujourd'hui, les grimpeurs sont des cibles faciles pour les naturalistes, nouveaux chantres de la défense de l'environnement en mal de boucs émissaires.

Agrémété de nombreuses illustrations, le récit se lit facilement. Il s'achève sur la création du Parc National qui devrait être le garant d'une protection durable.

 

 

 

DSC00936rec reg red comp

Néanmoins, l'assemblée réunie souligne que la crise actuelle a provoqué une réduction drastique des budgets des Parcs Nationaux (moins de 2 millions d'euros au lieu des 6 initialement prévus) et donc, ralentit considérablement à la fois la mise en place de l'administration gestionnaire et l'embauche des gardes-moniteurs.

La vigilance reste d'actualité pour vérifier que le nouveau Parc National des Calanques ne soit pas qu'une coquille vide, sans moyen pour protéger l'environnement.

 

 

 

En conclusion, tous les amoureux des Calanques doivent posséder cet ouvrage dans leur bibliothèque, mémoire intarrissable de la défense de ce patrimoine naturel.

 

 

 

A commander sur le site des Editions Parole.

 

 

  Un très bon résumé à lire sur le site du CAF Marseille ...

 

Repost 0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 19:50

 

 

  Depuis deux olympiades, la natation est devenue une place forte du sport français et s'expose médiatiquement en multipliant les unes de la presse.

Encore fort d'une razzia de médailles aux derniers Jeux Olympiques de Londres, les nageurs font rêver le grand public.

 

Pour arriver au sommet, la somme des efforts est considérable. Et il faut parfois savoir relacher la pression. Alors entre deux séances d'entrainement, les jeunes espoirs de l'équipe de France de natation font appel à Olivier Didon, notre "moniteur des hautes parois", pour les encadrer dans une sortie aussi "aventure" que dépaysante.

Habitués à tirer des longueurs en bassin, c'est sur le rocher de Soubeyrannes qu'ils vont cette fois-ci les aligner .

 

Notre moniteur en chef s'allie les services de Pascal (récent BE mais grimpeur hyper expérimenté) ainsi que Morgan pour encadrer ce large groupe.

 

 

 

Pour garantir les émotions, la beauté du paysage, un itinéraire très abordable et varier les plaisirs, rien de tel que "la traversée Philémon" par le Cirque du 14 Juillet.

 

L'envers de ce cheminement ultra classique (déjà décrit dans ces pages) mélange rappels vertigineux, escalade facile et de nombreuses sections de randonnées alpines encordées.

 

 

 

Dès le Cirque du 14 Juillet, le premier rappel dans la cheminée ouvre l'accès à un formidable panorama sur la Méditerranée et les Calanques au loin.

DSC07371rec reg red comp

 

 

 

Une section de marche au pied des falaises du Pendule mène à la remontée vers les vires de "Philémon".

Pour changer des petites longueurs en 4c qui contournent habituellement le surplomb, les moniteurs conduisent l'équipe un peu plus loin dans le goulet bardé de vieilles statiques et de quelques barreaux (mais aussi de blocs parfois fragiles ; prudence avant de tracter sur les prises ).

 

 

 

 

DSC07373reg red comp  DSC07378rec reg red comp

 

 

 

  Blottie sous les gigantesques bombés grignotés par l'érosion éolienne, la vire voyage au coeur du minéral avec pour seule difficulté, le tremblement de ses jambes ; l'angoisse du vide ?

 

 

 

DSC07380rec reg red comp  DSC07389rec reg red comp

 

 

 

 

DSC07386rec reg red comp  DSC07387rec reg red comp

 

 

  Chaque participant se régale du paysage et de l'ambiance dans cette falaise unique.

 

 

"Jamais sans mes chaussettes fétiches !" 

 

DSC07397rec reg red comp

Aux premières loges pour observer le reste du groupe  !   DSC07388rec reg red comp

 

 

  La peau fragile des doigts de nos jeunes nageurs fut mise à rude épreuve sur le rocher abrasif. Mais l'expérience enrichissante !

 

Bon courage pour le retour à l'entrainement et à bientôt au sommet des podiums mondiaux !

 

 

 

 

 

Repost 0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 12:11

 

 

Il existe des sites d'escalade qu'on prend plaisir à fréquenter sans relache, des falaises fétiches où on s'extasie à refaire ses gammes éternellement dans les mêmes voies, s'émerveiller sans cesse de la qualité du rocher, de la fantaisie des couleurs et de la variété des mouvements.

 

Chacun a le sien : pour certains, ce sera la Paroi des Toits, d'autre le Cimaï, Buoux, ...

A la Compagnie, on apprécie particulièrement de retourner à Lascours et encore plus souvent à l'Etoile Noire de La Ciotat.

 

 

DSC00475rec reg red comp

 

 

Guidés par les saisons, les secteurs classiques accueillent leurs inconditionnels comme le mur du SDF, le Frigo et le spot d'hiver : les Fissures.

 

C'est ainsi qu'Olivier ne se lasse jamais de répéter au moins trois ou quatre fois dans l'année, les rails de fissures de ce mur orange.

 

Après l'échauffement dans le "Faucon millenium", ce dièdre continu aux couleurs flamboyantes, il guide ses pas et ceux de ses potes dans "Padmé".

 

 

DSC00449rec reg red comp

 

 


 

 

DSC00470rec reg red comp

 

Cette voie, en hommage à Natalie Portman (divine actrice et sensible interprète de la reine Padmé Amidala dans la seconde trilogie Star Wars), réclame une précision dans les gestes et dans les poussées de pied.

 

Originalité du secteur, aucune fente n'ouvre sa cicatrice naturelle aux verrous du grimpeurs. Les "carottes" de l'ancienne carrière deviennent une succession de réglettes.

Pour éviter le pas de bloc au-dessus du premier relais et ainsi sortir tout en haut avec la même difficulté, on peut faire un écart à droite et revenir plus haut dans l'axe jusqu'au second relais.

 

DSC00477rec reg red comp

 

 

 

 

Renouant avec le coktail spécifique du mur, Olivier répète ses classiques en verrouillant tranquillement dans "Ewaks" 7b. La sortie sur les prises rondes incite à crisper plus fort pour enchainer ... encore une fois

 

 

 

DSC00451rec reg red comp  DSC00466rec reg red comp

 

 

 

 

  Alors que le week-end de la Toussaint  démarre sous un soleil éclatant, le vent d'Est ramène sa cargaison de nuages pour le samedi et le dimanche.

La pluie annoncée dès le début de semaine a la bonne idée de ne se répandre que la nuit ou en soirée.

 

Ainsi, épargnés, les nombreux grimpeurs en vacances continuent à défiler à La Ciotat. Bien renseigné par le nouveau topo, les visiteurs locaux ou venus de départements plus lointains, se régalent du grès ... et beaucoup moins des détonations incessantes du stand de tir voisin . Heureusement, le moto-cross ne vient tourner que 5 minutes .

 

Ils profitent des parois qui ont séché rapidement : mur du SDF, secteurs Blade, Grisbi, Fissures et "Avec vue sur la mer".

 

Refoulé de Soubeyrannes en raison d'une grande affluence et d'un embouteillage aux rappels, un club de Chambéry (détail à lire sur le site du CAF Chambéry) se rabat au secteur "Avec vue sur la mer". Les longueurs s'enchaînent. Même l'objectif "grandes voies" trouve son compte avec le jeu de traverser la falaise en deux longueurs à hauteur des relais .

 

DSC00479rec reg red comp   Samedi matin dans "Fille sûre".DSC00486rec reg red comp

 

 

Le dimanche sera plus mitigé et l'averse balaie l'après-midi.

 

 

L'Etoile Noire accueillera encore bien des visiteurs pour cette seconde semaine des vacances de la Toussaint.

 

 

 

Repost 0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 18:43

 

 

 

 

 

Il y a une dizaine d'années, les chaleureuses soirées de Wadi Rum ont scellé une amitié sans faille entre quelques BE venus d'horizons variés : Patrice, Pierrot, Séb' et Olivier.

 

Depuis ces séjours mémorables en Jordanie, les expéditions se sont succédés tant sur les parois mythiques de la planète (comme la tentative dans "Fleur de Lotus" ) que sur celles tout aussi sensationnelles de Provence (Verdon, Calanques).

Alors quand Olivier Didon, notre moniteur maison, "spécialiste des hautes parois" invitent ses potes Patrice et Pierrot, il y a forcément un plan grandes voies.

Pour régaler ces expérimentés voyageurs, il leur concocte un programme sur mesure qui leur délivrera une bonne dose d'exotisme : destination Soubeyrannes !

 

Afin d'équilibrer les cordées, il persuade Jean-Philippe Dalbavie, le complice de toujours, de se joindre à eux.

En manque de pratique rocheuse depuis quelques semaines et accusant un déficit en grandes voies vieux de plusieurs années, notre spécialiste des"grandes émotions et du vide" n'est pas convaincu d'être à la hauteur .

Surtout que l'objectif ciblé par Olivier est "Canaill' Bis" dont les deux 6c et le 7a+ inquiètent.

 

Finalement, le nouveau topo de La Ciotat en main, Pierrot, le savoyard (témoin d'ascensions fulgurantes dans la voie des Plaques d'Ailefroide-nord  ) fait équipe avec Jean-Phi comme "client" pour un itinéraire moins long et à peine plus abordable : "Anaconda" au secteur "Effet papillon".

 

Olivier pourra tracer avec Patrice en réversible dans "Canaill' Bis".

En effet, un élément corse l'affaire ce jeudi 11 octobre : la météo encore clémente et même favorable à l'escalade est tout de même très menaçante. Il convient donc de ne pas trainer pour éviter la douche .

 

DSC07416rec reg red compPatrice dans "La loi du chaos" L3 6a+. DSC07418rec reg red comp 

 

 

Disposant juste du repère visuel des plaquettes en galva (qui sont encore dans un bon état ; pas trop de signe de corrosion), Olivier et Pat' s'engagent au départ de "Canaill' Bis".

Sans s'en rendre compte (et sans topo laissé à l'autre cordée), ils poursuivent tout droit dans la 3ème longueur de "La loi du chaos" et jusqu'à la sortie.

Cette version directe reste bien jolie ; le 7a dans le poudingue n'est pas trop dur (6c+ ?) et le réta de la dernière longueur est toujours aussi difficile (pas évident de voir la prise ... taillée ?).

 

 

DSC07427rec reg red comp   Première longueur (marquée de point sur toutes les prises) dans le poudingue de "La loi du chaos" L5 6c+DSC07429rec reg red comp

 

 

Patrice s'est acharné en grimpant à effacer les marquages de magnésie : merci à ces grimpeurs-traceurs qui pointent toutes les prises pour gacher le parcours à-vue des suivants .

L'averse fera le reste : un rideau de pluie se dessinait au loin et une demi-heure plus tard, la falaise fut rincée comme tous ses visiteurs sans abri.

A trois longueurs de la crête, Oliv' et Pat' accélèrent sous les cordes qui tombent à intervalles réguliers. Final folklorique et pourtant grand kif à tenir les galets mouillés dans le 6b+.

Trempés jusqu'à l'os, ils arrivent à la voiture où leurs compères les attendent.

 

La voie "Anaconda" s'est finie dans les mêmes conditions pour JP et Pierrot mais une heure plus tôt et avec l'avantage de s'abriter aux deux relais sommitaux sous les surplombs (R6 et R7).

Habitué des parois jordaniennes, Pierrot a particulièrelement apprécié cette ambiance fabuleuse et cette escalade dépaysante : superbe L2 (avec son relais spécial, caché dans un trou), L3 et le dièdre magnifique de L4 (le + de la cotation se comprend sur une section sans pied).

Jean-Phi, dont les incursions à Soubeyrannes se limitaient à la "traversée Philémon" et aux anciennes grandes voies du 14 Juillet, est subjugué. Il imagine son retour en feuilletant frénétiquement le topo pour lister les autres lignes à faire.

Comme leurs comparses, ils ont changé d'itinéraires : trompés par la broussaille et attirer par un relais visible tout à droite, ils ont en fait rejoint "l'effet papillon" à hauteur du 5c de L5 .

La pluie les obligera à s'échapper facilement (vire sans difficulté) par la gauche sous la dernière longueur.

 

En résumé, ces moniteurs de grandes expériences se sont extasiés sur ce rocher malgré la pluie : escalade magnifique dans un décor de rêve entre ciel et mer !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 22:10

 

 

 

  Une semaine après le lancement à La Ciotat (25/09/2012), la fine équipe du nouveau topo (Gilles, Gwen et Hervé) se retrouve à la salle Grimper d'Aix Les Milles.

La pluie épargne la soirée qui s'annonce sous les meilleures auspices, d'autant plus que la salle est blindée de grimpeurs.

 

Improvisée ou parfaitement orchestrée à l'avance, Vincent Albrand est passé maitre dans l'organisation des soirées ; le barbecue est vite monté et les grillades restaurent toute l'assemblée. Merci pour l'accueil royal !

Tous les participants en profitent, trinquent pour la sortie de ce topo de La Ciotat et mettent à contribution les auteurs pour une pause-photo ou pour une dédicace (personnalisée SVP ).

 

 

  Dès les cartons déposés, la curiosité l'emporte  .

P1090638rec reg red comp

  Le stand est prêt à la vente  !P1090641rec reg red comp
Daniel Gorgeon, le pape de l'escalade moderne et mentor d'équipement pour Jean-Philippe Dalbavie, équipeur emblématique de Lascours. et de quelques secteurs de l'Etoile Noire.P1090652rec reg red comp   Gilles, Jacky et Jean-Phi écoutent attentivement le grand Dan'.P1090650rec reg red comp
  Complétement absorbés par la lecture : "c'est dingue toutes les falaises qu'on ne connait pas encore !!!"P1090656rec reg red comp  P1090658rec reg red comp

 

 

 

 

P1090647rec reg red comp

Fidèle partenaire des grimpeurs (en association éditrice de topos ou en club), Norbert Maresciano représente les éditions Nota Bene qui ont aidé à la conception et publié les topos d'escalade des Calanques, Phocéennes et maintenant La Ciotat.

 Du Verdon jusqu'aux falaises Soubeyrannes, Yo fait les premières de toutes les nouvelles grandes voies ... sans se fatiguer et en embarquant à l'occasion son grand copain Gillou.P1090654rec reg red comp

 

 

 

  L'association "Les grimpeurs" espèrent rapidement rentrer dans ses frais pour pouvoir concrétiser les projets d'entretien des falaises.

Alors, courrez acheter les topos si vous ne les avez pas encore.

 

Pour revivre pareil soirée, il faudra maintenant attendre quelques longs mois avant l'édition mise à jour du topo des Calanques (prévu fin 2013 ...).

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par cmel - dans Topos
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 12:10

 

[Modifié le 05/10/2012]

 

Décidément, observer les fréquentations de l'Etoile Noire et leurs attitudes n'est pas de tout repos.

 

On pensait avoir tout vu : des motards bravant les interdits et s'appropriant les bosses au détriment de la sécurité des autres usagers, des paint-balleurs sans gêne semant leurs billes à tous vents, des taggeurs du dimanche prenant les murs de grès pour ceux de leur cité et de nombreux distributeurs de déchets en tous genres (mais involontairement abandonnés ? ).

 

Au secteur du Portail, un petit socle insignifiant de 2-3 mètres sert à mouliner les enfants.

Stupéfaction : le rocher marqué de nombreux impacts attirent l'oeil. Dégradations volontaires ? Vengeance aveugle défoulée sur le rocher ?

Non, en s'approchant, on distingue quelques prises taillées avec des traces flagrantes de marteaux et de perfos .

 

Les images parlent d'elles-mêmes.

 

P1090667rec reg red comp

 

 

 

 

P1090669rec reg red comp

 

 

 


 

P1090670rec reg red comp

 

 

Même constat dans le passage de via cordata sur le pilier en face du mur équipé : des grosses prises taillés à la va-vite pour à peine gagner un degré dans la difficulté d'un itinéraire qui aurait été naturellement sympa. Dommage !

 

 

A l'Etoile Noire, les prises taillées sont bien connues : l'ancienne carrière porte les stigmates de l'activité passée (lignes de carottages) ; dans les années 90, Féfé a élevé la taille des prises à un niveau assez recherché pour créer des itinéraires d'escalade de haute difficulté. Mais c'était un travail long et fastidieux pour fignoler une prise proprement (même si certaines sont un peu courtes ou trop étroites ).

On en est bien loin avec ce résultat.

 

 

P1090672rec reg red comp

 


 

P1090673rec reg red comp

 

 

 

 P1090674rec reg red comp

 

 

Quelle image donne-t-on aux passants avec ces coups de burin trop visibles ?

Quel exemple donne-t-on aux nouvelles générations de grimpeurs qui auront fait leurs premières armes sur ce genre de prises ?

Quel respect pour le rocher (même dans une ancienne carrière) ?

 

Tailler ou non : le débat est vaste et chacun a son opinion.

Apparemment, ici, les enfants qui moulinent ces 3 mètres éprouvent trop de difficulté à franchir ce ressaut et donc, la tâche leur est facilitée ...

 

Par contre, si on commence ce genre de travail, autant le faire bien, proprement et jusqu'au bout.

Tailler, ce n'est pas aussi simple que donner trois coups de perfos ; ça prend du temps, beaucoup de temps pour un rendu correct. 

 

Rappelons quelques règles de bonne conduite :

  1. Limiter au maximum l'impact visuel ; finition pour rendre la prise discrète et non agressive à l'oeil.
  2. Ne jamais tailler dans une voie existante à moins d'un consensus mené par l'équipeur d'origine.
  3. Conserver le plus souvent des passages naturels.

Un point essentiel qu'on oublie souvent : le grimpeur devra progresser pour se mettre au niveau du rocher plutôt que modifier le rocher pour descendre la difficulté de la voie à son propre niveau.

 

Merci d'avance

 

 

 

 

 

Repost 0