Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 23:19


Depuis l'été 2007, chacun a pu profiter des aménagements réalisés pour consolider le sol au pied de la falaise des Escampons, site sympa (et très fréquenté) à l'approche de la calanque de Morgiou.
En effet, le piétinement des grimpeurs provoquait l'accélération du ravinement de la terre et présageait d'une détérioration irréversible. Le CD13 FFME décide d'engager des travaux de consolidation.
Ecoutons le récit de Vincent Vilmer, coordinateur pour le CD13 :

"Educateur à l'ADDAP13 (et équipeur de renom), Alain Dupaquis propose d'encadrer un groupe de jeunes pour ce chantier. Avec Hélène, autre éducatrice et 4 jeunes, l'objectif est le suivant :
limiter l'érosion trés forte engendrée par les grimpeurs au pied de la falaise et sur le sentier.

Les travaux ont duré une semaine en mai 2007. Le plus dur a été de monter les traverses de chemin de fer (imputrescible) sur le sentier bien raide qui mène à la falaise. Un vrai boulot de forcat (mais sans les chaines, le boulet et le pyjama rayé ) !
On a préféré épargner certains jeunes qui avaient déjà un peu de mal à monter avec une pelle... Alors en renfort, Gilles (Bernard) et Pierrot (Clarac) ont été du bagne.
Les percer ces maudites traverses, c'était coton ... aussi, toute la science d'Alain au perfo était nécessaire.
Les jeunes ont bien bossé et Alain travaille comme il frise (et il frise beaucoup !).
Ils ont terrassé, percé, cimenté, ramassé des pierres de plus en plus loin, moufflé des blocs de plus en plus gros, ...  
Voilà le résultat :


   
  

Mais l'éducation passe également par d'autres chemins alors ils ont cogité sur l'utilité d'un tel aménagement paumé au milieu d'une colline mais aussi organisé un mariage en Tunisie ...
Et il reste encore un peu de boulot : une traverse sert de banc là-haut ... la nature peut maintenant reprendre ses droits. "




 
 
Bravo pour cette première consolidation, preuve de l'implication des grimpeurs pour préserver leur environnement et merci à l'investissement de tous les participants !
 
 


 
Repost 0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 11:05


A grand renfort de publicité et de dossiers de presse, la FFME aura réussi son plan média ... à défaut de bourrer Bercy et quelques autres couacs (soigneusement oubliés).
Néanmoins, nos grimpeurs français ont su répondre présent : cloturant une carrière bien remplie, Jérôme Meyer est sacré champion d'Europe en bloc. La retraite loin des salles d'isolement est bien méritée.
Une bonne surprise s'ajoute à la fête avec Manu Romain, brillant médaillé de bronze en difficulté.


Les médias ont été sollicité et répondent via quelques séquences vidéo :
Sur le site du Parisien,
Sur le site officiel de la compétition, tous les reportages de promotion de l'évènement diffusés dans les JT des chaines,
Le résumé de Sport+,


La presse écrite grand public est sollicité également :
L'article de Libération avec l'interview de Pierre-Henri Paillasson (DTN),
Un article sur les chances de nos aixois paru dansLa Provence.



Alors, la fédé, prête pour un championnat du monde ?

 
 
 
 
 
 
Repost 0
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 12:45

 
 






A l'heure où la nature lance les flux migratoires vers des cieux plus accueillants pour de nombreuses escadrilles, ce début novembre fait basculer les grimpeurs dans la même démarche : en route vers les chaudes faces Sud abrité du mistral !
 
 
 
 
 
Repost 0
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 14:12

Le solo intégral, on connait déjà.
Elevé à un rang si marquant dans les années 80 que la plupart du temps, la pensée collective associe encore escalade et grimpeur en solo (le fameux "grimpeur à mains nues").
Aujourd'hui, cette pratique reniée par les standards sécuritaires de notre société se pratique loin des foules et dans une recherche toute personnelle.
Alors, quand le solo devient une pratique dominicale et de plus en famille ou entre amis, c'est hallucinant : solo de masse à plus d'une trentaine ensemble !

Ouvrez bien les yeux sur ce reportage en Sibérie :




 
Terrible les montées en dalle couché sur le ventre en remontant pied en avant et poussant sur les mains.

Pour le prochain Roc Trip, ça permet de voyager léger comme un vrai bloqueur avec juste sa paire de chaussons.

 
 
 
 
 
Repost 0
Publié par cmel - dans Insolite
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 10:34
 
 



"Ca, c'est le Verdon que j'aime !!!!"

Les paroles pourraient sortir de la bouche de n'importe quel couenneux effrayé à l'idée d'affronter l'ambiance verdonnesque et l'engagement de ses murs techniques.


Au Verdon, il n'y a pas que l'Escalès avec ces belvédères gonflés de touristes en extase devant les "grimpeurs à mains nues".
Il y a d'autre paroi à explorer loin des foules, des cannelures complexes et de l'usure du calcaire mythique des gorges. Par exemple, au Grand Eycharme (falaise connue pour héberger une grande classique rééquipée "Les Caquous" et une autre tout aussi majeur sur coinceurs "L'Estamporannée"), un ouvreur prolifique de La Palud sur Verdon a jeté son dévolu sur cette face.

 






A l'instar d'un Lionel Catsoyannis, Pascal Faudou nous livre en moyenne près de deux bijoux tout neuf par an.




Agé d'à peine quelques mois (novembre 2007), le parcours de "Dédale et fantaisie" est une pure gourmandise.



Du rocher compact et parsemé de prises crochetantes. Certains n'en demandaient pas tant : exceptionnel !


L'alchimie opère des rappels dans "Les Caquous" jusqu'à la sortie sur le plateau : un équipement béton en goujons de 12 mm, un rocher de rêve entre la goutte d'eau profonde et les baquasses hallucinantes, un gaz très modéré (certains adeptes de l'émotion s'en plaindront peut-être) dû à la présence visuelle de quelques vires herbeuses malgré la hauteur de 200m, des cotations "officielles" bien commerciales pour se faire plaisir (on peut facilement envisager d'ôter un + à chaque longueur).


9 longueurs qui tournicotent à la recherche de la belle escalade sans chercher à sortir au plus direct : c'est la démarche des ouvertures de Pascal Faudou et ses amis !


Retrouver le topo des dernières grandes voies sur son site professionnel (rubrique Escalade) !

 




Suivant la saison, prévoir que le soleil disparait de cette face Est pour l'après-midi. Venir assez tôt si on recherche un peu de chaleur !




Le sommet des "Caquous" (et donc des rappels de descente) est signalé par ce cairn. Au fond, on distingue à peine le lacet où la voiture reste.

 

Première longueur mais derniers rayons de soleil : un pas plus marqué où la découverte d'une bonne goutte tout à gauche aide grandement.

  
L2 : traversée dans un champ de gouttes d'eau !




Dernier pas où il faut serrer les prises dans L2.


L4 : jolie longueur bien pourvue en prises confortables avec un final ponctué par un pas bloc bien marqué ; repérer le bon trou pour envoyer le mouvement !

 



 L5 : une fissure pas si anodine puis une traversée avec vue panoramique sur les
immenses baumes de la rive gauche (voir la photo suivante).








L6 rejoint un petit rappel vers L7, une longueur surprenante : courte montée avant de largement traverser et finalement désescalader.

 

 

 

L8 : belle longueur homogène sur bonnes prises et fin dans du rocher ocre.



L9 (photos à droite) : dernière longueur la plus difficile avec un cheminement en arc de cercle mais des prises divines à aller chercher en pleine extension (les envergures de géant seront bien favorisées pour escamoter quelques plats durs à tenir)

 






 
Loin des directissimes suivant les lignes de faiblesses des parois, loin des courses à la perf et à l'enchainement, ces ballades à la recherche de l'escalade-plaisir sont très agréables.

A recommander pour se ressourcer sans stress !
 
 
 
 
 

Repost 0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 13:57




Finies les périodes bénies d'été indien se poursuivant en Provence jusqu'à la veille de la commémoration des Poilus de la Grande Guerre !
Finies les poussées de chaleur d'octobre laissant croire aux grimpeurs à une persévérance de l'été au-delà de la rentrée scolaire !
Changement climatique ou non, le constat est simple : le mistral refroidit comme au plus profond de décembre.
Face à cette situation, une seule riposte : traquer la face sud et reprendre ces réflexes en quête de soleil et d'abri du vent.

A Lascours, le Grand Vallon héberge un des must dans cette catégorie : le cirque du Sanctuaire.

Autrefois plébiscité, l'interdiction du parking a gelé les aspirations des grimpeurs. En témoigne l'état du sentier qui petit à petit se transforme en savanes et laisse les kermès reprendre du terrain.

Ce samedi, trois cordées se débattent entre Basse pression et le Sanctuaire : la foule des grands jours

En guise de révision des classiques établis par le maitre Jean-Phi, l'objectif sera de visiter la voie "Sanctuaire". Espérant de la continuité sur réglettes agressives, il faut véritablement s'armer de courage pour affronter de vrai crux avec le bagage associé de méthodes, d'efforts mentaux et de cris de panique en sentant ses pieds zippés.

 

Les esprits pourront se rassurer dans "Persépolis", un gros 6c sans surprise dans une litanie de prises lascouriennes qui liment microns par microns l'épiderme de vos doigts.
Avec une lecture savante, ce sera un plaisir qui peut basculer dans l'enfer des bouteilles si on se met à l'envers à l'approche du relais.








Phénomène bien connu des habitués des faces ensoleillées, l'abri du mistral se transforme en glacière quand l'ombre venue, un thermique vient directement du vallon pour frigorifier les grimpeurs.







Dans une tentative à-vue, Guillaume s'ouvre l'appétit dans le figuier de "C-K 1".

[ Pour l'anecdote : l'équipeur Christophe Kern ayant laissé ses voies sans nom, Jean-Phi les a baptisé dans son topo des initiales de l'ouvreur : CK 1, 2, 3. Donc, rien à voir avec un quelconque marchand opportuniste de parfum ou de jeans
.




En guise de salade, ce sont les branches qui le retiennent et le font tomber alors que l'enchainement lui semblait promis.



Les représailles ne se feront pas attendre : deux ans après sa dernière taille, ce figuier se retrouve avec sa coupe d'hiver, les oreilles et la nuque bien dégagées

 




Incontournable parmi les sites d'hiver, l'escalade à Lascours a maintenant gagné encore une qualité : la tranquilité ! Avant que cette présente promotion ne relance l'engouement de l'âge d'or


 
 
 
 



Repost 0
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 12:25

Merci à quelques contributeurs du net qui ont sorti de l'oubli ces vidéos du Grec.
25 minutes d'excursion dans la vie de l'ouvreur référence des Calanques.
Tourné en 1994, ce petit film de Jean Afanassieff suit à Marseille (entre Endoumela corniche, le port de Morgiou) les déambulations en souvenirs de Georges Livanos. C'est l'occasion de revenir sur son exceptionnelle carrière de grimpeur en compagnie du maitre Georges et de Sonia l'indestructible comme il le dit lui-même.



L'occasion de profiter aussi de ses formules savoureuses :

"L'escalade libre la vraie, ... sans guillemets, c'est l'escalade libre !! C'est à dire d'être libre de faire ce qu'on veut ! De mettre un étrier si on en a envie, de faire du 3 si on en a envie ou d'aller ramasser les fraises. Ca, c'est vraiment libre."


"... les types qui commencent à adopter un ton doctoral pour expliquer comment ils ont coincé la troisième phalange dans le vingt-cinquième mouvement qui leur avait demandé trois ans d'étude pour arriver à 5 mètres au-dessus du sol ..." Tiens, il n'y aurait pas comme un air de famille avec les lyrismes d'un certain Hervé, plume de topo majeur du Sud 









"Ce qui compte pour un grimpeur, c'est d'abord de grimper !"


" ... enfin, les questions d'horaire, c'est un détail ! Le meilleur horaire, ça consiste à arriver à 70 ans ..."


" ... ça, je dois reconnaitre que je suis assez énergique. Quand je garantis un piton, on peut y accrocher un porte-avion ..."









"... indestructible [...] ces gens là pour les abattre, il faut une tonne de briques. 950 kilos, c'est pas suffisant !"


Et pour finir, la phrase culte connu de tous : "... il vaut mieux un piton de plus qu'un homme de moins. Surtout quand cet homme-là, c'est moi ! ... C'est ça le Grec !"






Après ça, trois envies : aller grimper, relire "Au-delà de la verticale" et se mettre à la roulée vissée au coin du bec 
 
 
 
 

Repost 0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 12:41





La course au face sud fait rage comme en plein hiver.
Bercé par de cotonneux souvenirs de douceurs réconfortantes, les débats s'orientent vers la face sud de l'Etoile Noire. Habituellement si étanche au moindre souffle nordique, elle laisse s'insinuer des rafales intempestives de faible intensité mais ravivant l'envie de rajouter une couche sur le Tee-Shirt. "Y a plus de saison ma bonne dame ! En plus, il nous change le sens du mistral ! On n'est à l'abri de rien !"

Peu importe, tant que le soleil darde notre cuir, le courant d'air n'est qu'illusion.
La constante, c'est la qualité du grès ciotaden. Dans ce secteur "Grisbi" si dédaigné des foules, il existe quelques lignes faciles permettant de se jauger dans l'application à poser ses semelles high-tech sur des dalles lisses et pourtant si granulées.



 Naviguant à l'aveugle, Hervé et Jean s'échauffent dans les extrémités du secteur : sauf qu'à droite sont les voies en 5 et à gauche les 6.



"Le Pacha" 6b+ : un départ à la Jean Gabin, bourru, fort en gueule mais toujours attachant. Une prise renforcée se cache au fond de sa gorge dans la dernière partie. Elle ne se révèle qu'au dernier moment alors qu'on s'imagine arquer sur un récalcitrant arrondi.





Dans le final de ce mur sabloneux, Hervé arque sur les aspérités crochetantes de "la métamorphoses des cloportes" 6b+.
 
Apprentissage sur le tas pour Guillaume dans "Politique friction" 5c+ : de l'adhérence en friction au départ puis des réglettes made in Etoile Noire.






Dans un style plus conventionnel, "le cave se rebiffe" 6a avec une panoplie de règles et verticales plus physiques.
 



Dans "Le terminus des prétentieux" 6c+ (photo ci-contre à droite), Hervé verrouille la verticale avec le pouce, crispe le carré main droite et monte les pieds aux oreilles : impeccable !

Dans cette voie, la vire se rapproche très vite du grimpeur en pleine chute surtout si son assureur se laisse surprendre par la fulgurance de la glissade. Un conseil : rester bien attentif dans le crux.

 



L'ombre gagne dès 17h30. La collante est bien présente mais la Gore-tex est obligatoire entre deux montées.

Attiré par la ligne de "Pablo Zarvatt" 7b promise à Vincent lors de son séjour printannier, l'assaut est donné.
Sa méthode bleausarde est difficile à reproduire surtout quand la mémoire des gestes n'équipe pas de série certains observateurs.
S'escrimant à singer des mouvements inopérants, Hervé explore d'autres prises conformes à ses dispositions naturelles : serré les croutes et pousser sur les pieds. Victoire ! Une nouvelle méthode moins esthétique mais redoutable d'efficacité est trouvée.
Attendu par un public de lecteurs avertis, il n'aura pas le temps de placer un essai vainqueur. "Vincent, encore une chance de t'emparer de la libération ! Mais fais vite !"

 





Digne d'un grand intérêt, il reste encore toutes les voies de Féfé à tenter.
Encore un spot qui s'ajoute dans la liste des secteurs à re-fréquenter !

 
 
 
 




Repost 0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 10:18

Abonné aux grandes voies des Calanques pendant la longue période marseillaise de ses études universitaires, Vincent Morlet avait privilégié la montagne valaisanne (terre d'exil professionnel) sous ses formes les plus alpines : ski de rando, de fond, trail, alpinisme. Le tout sous le signe de la compétition !






L'appel du rocher est-il le plus fort ? Toujours est-il qu'après quelques années de répit, le revoici sur les faces spitées du Valais suisse ... en charmante compagnie ?


A quand un prochain retour dans le Sud pour reprendre la dix-huitième ascension de "l'Arête de la Cordée".


 
 
Repost 0
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 09:21




Le secteur "Météo" portait déjà les stigmates violacés d'un incendie à Lascours. Hier, lundi 6 octobre 2008 s'est déclenché un feu dans le Vallon du Marseillais remontant vers le col et l'antenne de télécommunication. Fixé vers 13h, il a dévoré 14 Ha en moins de trois heures.



Les murs du site sont-ils touchés ?
Non, ouf !!!! Mais, la tranchée dans la colline est profonde !


Plus de détail à lire sur l'article en direct et sur le bilan de La Provence.
Repost 0