Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 16:45

 Il n'y a pas si longtemps, le Sud de la France était la seule et unique destination qui faisait rêver et par conséquent déplacer en masse tout ce que l'Europe comptait de grimpeurs.

A force de restriction du terrain de jeu, de développement limité de nouveaux spots et de modifications des attirances et des styles de grimpe, la mode s'est déplacée sur l'Espagne et ses sites immortalisés par les cadors de la résistance déversante interminable (Santa Linya, Oliana, Margalef, Siurana, ...).

L'imagination représente Barcelone comme le nouveau centre de ce monde de falaises baignées de soleil et cafi de colonettes.
Erreur, l'eldorado est bien en Catalogne mais à près de 180 km plus au sud, autour de Lleida .

A proximité de Barcelone, la capitale catalane, c'est carrément un massif culminant à 1236 mètres qui domine au loin l'autoroute : Montserrat. Et nul colonettes en vue ou autres concrétions, c'est le royaume du conglomérat (poudingue plus ou moins fin) avec incrustations de petits cailloux.




 


 
Moins médiatisé de nos jours et pourtant, son approche est un choc pour le grimpeur : une montagne rocheuse s'étire sur plusieurs kilomètres dressant ses aiguilles émoussées, ses murs compacts fragmentés de lignes flagrantes de fissures. L'immensité du terrain de jeu occupe le contenu de trois topos distincts (les photos ne montrent ici qu'une face du massif). La majorité se décline en grandes voies plutôt moins équipées que la tendance moderne à la sauce française (= qui a dit sur-équipées ? ). Dans une pareille immensité, les secteurs de couennes existent aussi et même des voies extrêmes.



 
 
 


 

 

  Face à une telle déferlante de rocher, comment choisir sa voie ? Simple, le bitard géant du "Cavall Bernat" exerce une attraction magnétique sur l'esprit du conquérant vertical. Viennent ensuite les fissures géantes parcourant des lignes directes jusqu'à la crête et enfin, on s'intéresse à ces dalles et murs de conglomérats compacts qui sont sans doute plus aisés à escalader. D'après les commentaires, le rocher demande une certaine adaptation et il convient de s'y familiariser un cran en-dessous son niveau habituel (surtout avec l'engagement local). Certains noms s'ancrent dans la mémoire : "la Momia", "l'Elephant", "la Salamandre", "le Gorro Friggi", ...
 
 
 
 
 Le monastère de Montserrat s'est fait envahir par le béton, les funiculaires, ... pour l'accueil des touristes-pélerins.

 
L'hyper-fréquentation des lieux n'est pas à mettre sur le dos des grimpeurs mais plutôt des touristes. 
La majorité des convois encombrants les lacets de la route se destinent au fameux monastère de Montserrat, lieu de pélerinage de "la Vierge Noire" apprécié des catalans.
 Autour du lieu de recueillement dominant toute la vallée jusqu'à Barcelone et la mer, les aménagements pour accueillir la foule ont dénaturé ce promontoire. Heureusement, cette "verrue" bétonnée est cachée derrière le flanc de la colline et se dévoile au dernier moment pour le touriste s'approchant depuis le parking (payant).




 
Sur la route, d'autres monastères apparaissent dans un élan architectural plus harmonieux avec les constructions d'origine.  
Les marches vers le ciel sur l'esplanade du monastère de Montserrat dominent la vallée jusqu'à Barcelone.
 
 

Même éloigné des grands sites énumérés à longueur de chroniques web, une visite à l'exubérante et festive Barcelone peut se conjuguer admirablement avec une expérience inoubliable à Montserrat en tutoyant les sommets montagneux ... ou spirituels.
 


 
Quelques liens :

Le site en catalan, espagnol ou anglais sur le massif de Montserrat (nouvelles voies).

Un descriptif et les propositions d'encadrement (français) à Montserrat et en Catalogne.

La description avec énormement de photos de la voie "Punsola-Reniua" sur le Cavall Bernat.

Une vidéo du Cavall Bernat (admirez l'équipement des rappels !).







 
 
 
Repost 0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 11:20




Quoi de plus naturel quand on est de passage à Angoulême, d'aller jeter un oeil aux voies extrêmes qui ont fait couler tellement d'encre.
La visite a commencé dans la vallée des Eaux Claires avec toutes les premières extrêmes de Fred Rouhling : 

  •  "Hugh" premier 9a français gravi en 1994 et seulement répété en 2001 par Alessandro "Jolly" Lamberti puis en 2002 par l'alsacien Pierre Bollinger et le japonais Daï Koyamada.
  • "De l'autre côté du ciel" 9a de 1996 sans répétition depuis.

En 1995, Mister Rouhling (connu des marseillais lorsqu'il était étudiant au STAPS de Luminy et sa première de "UFO" 8c à la grotte de l'Ours des Calanques) alimente le moulin à scandale en proposant son dernier enchainement "Akira" à Vilhonneur comme le premier 9b au monde. Historique du buzz de cette voie brièvement retracée sur l'article de Wikipédia !

 

 

 


Le long de la rivière "La Tardoire", parking au bord de la route D109 entre Vilhonneur et Saint Sornin. Accès soit par la D6 depuis La Rochefoucauld (au Sud), soit depuis Angoulême (à l'Est) par la D699 via Touvre, Pranzac en direction de Montbron
 
L'entrée de la fameuse grotte est juste au-dessus du Moulin de la Pierre.



Sans aucune répétition depuis cette époque malgré les essais infructueux, les rumeurs et polémiques vont bon train pour s'éviter un détour par la Charente : grotte sombre, accès interdit, prises moisies, chutes exposées, loin des grands centres majeurs du haut niveau ...



Tous ces arguments ont une base véridique mais loin d'être la pure vérité :
  • Oui, l'escalier menant directement à la falaise depuis les bâtiments du Moulin de la Pierre est fermé et cloturé.

   



  • Oui, la grotte, haute de 3 mètres n'est pas super lumineuse mais c'est seulement gênant pour les photos ou la vidéo ! Pour grimper, c'est largement suffisant et nul besoin d'un complément frontal ou de spots lumineux.
  • Oui, le rocher est tartiné de sika par endroit ... pour renforcer les grandes barques servant de délayage  entre deux jetés.





 



  • Oui, la hauteur est suffisante pour mal retomber au sol mais n'a-t-on pas vu les vidéos d'un Dani Andrada (au passage, le plus frénétique travailleur de la voie de Vilhonneur) avec ses armées de collègues (Sharma, Graham et cie) transbahutant les crash-pads dans la grotte d'Ali-Baba à Rodellar. Deux ou trois crashs-pads ne sont plus un luxe pour le grimpeur pro moderne. Et un bon pareur tranquilise l'esprit pour travailler les mouvements.
  • Oui, la Charente n'est pas la destination idyllique pour mutants en recherche de croix rapides. La liste des voies dures est tout de même conséquente mais, c'est vrai, ne s'apprivoiseront pas facilement tellement l'adaptation aux spécificités "force" est nécessaire.

 




 






 

Face à toutes ses rumeurs, la voie est délaissée et tend même à disparaitre des chroniques historiques (depuis la réussite de Chris Sharma dans "Jumbo Love", ce serait ce dernier, le premier 9b garanti au monde ...).

 

 

Combien d'années "Akira" attendra encore sa première répétition ? Et sa confirmation ... ou décotation ?

 

 

 

 

 

 

 




Repost 0
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 12:37


La ségrégation existe aussi chez les grimpeurs  : elle place une ligne de démarcation imaginaire scindant la France en deux de Bayonne à Thionville : au sud de cette limite, les nantis se repaissant de falaises et au nord, les disetteux s'acoquinant du moindre gravillon pour satisfaire leur désir primaire.

Loin de cette généralité inexacte (voire diffamatoire) existent quelques exceptions parmi lesquelles la région d'Angoulême, préfecture de la lointaine Charente (c'est à l'Ouest, au centre d'un triangle formé par Bordeaux au sud, La Rochelle au nord et Limoges à l'Est).
Les érudits penseront aussitôt aux Eaux Claires : ce site sorti de nulle part par la faveur des chroniques people des années 90 quand Fred Rouhling, un mutant appréciant la médiatisation, bouscula le monde bien rangée de l'escalade avec ses premières tapageuses dans l'extrême hauteur de la difficulté : premier 9a français et 9b mondial.
Près de 15 après, les polémiques (sur la réelle réalisation, sur la cotation, sur le bidouillage après enchainement des voies, ...) ressurgissent régulièrement et éclatent sur les forums mettant à chaque fois sous le feux des projecteurs le site des Eaux Claires.

Plusieurs secteurs composent cet ensemble au sud d'Angoulême.
Le site Escalade Charente reprend le détail pour chacun d'eux, des blocs aux voies et le CAF Angoumois fait une présentation des lieux.

Accès :
Pour se rendre au site principal, passer devant l'hôpital au sud de la ville et continuer vers l'est sur la rocade Est (direction Soyaux). La quitter pour entrer dans Puymoyen (D104) et vers la sortie du village, descendre à droite en direction du "Moulin du Verger" (cf photo ci-dessous des panneaux).
Au bout des lacets, le rocher est évident de part et d'autres des petites routes. 




Le calcaire est typique du rocher qu'on trouve dans le nord comme en Bourgogne. Il parait plus usé que d'habitude, plus ancien ? La particularité des lieux et ce qui a fait sa renommée, ce sont les trous dont sont truffées les faces : bidoigt, mono, toutes les extrémités digitales sont sollicitées.

L'autre caractéristique désigne les courtes baumes qui servent de départ aux voies : idéal pour s'abriter d'une averse mais réclamant force et blocage pour dépasser ce premier crux et alimentant la région de nombreux blocs sur-puissants (voir la vidéo plus loin).


    



Comme tout bon site s'ouvrant à l'escalade libre naissante, le site a connu les bidouilles en tous genres : sika pour tenir une prise, pour l'assécher, tailles de prises, ... c'était la mode à l'époque et tout le monde le faisait naturellement pour passer dans une gestuelle sportive.

L'équipement connait aussi les différentes vagues d'évolution jusqu'aux rings des dernières années. Il reste encore quelques curiosités rouillées qui trainent à droite à gauche.



   



Du secteur central, on voit émerger de la forêt une espèce de promontoire arrondi et élancé. C'est le secteur du Grand Toit avec les voies qui ont fait connaitre le site internationalement : "Hugh", le prototype de la voie explosive taillée sur mesure avec ses jetés aussi monumentaux qu'aléatoires et "De l'Autre Côté du Ciel" qui serait pas loin des 9a+ aux dernières nouvelles.
C'est d'ailleurs le profil emprunté par cette voie qui est remarquable : une avancée profilée  impressionnante.
Le rocher n'apparait pas des plus adhérents et l'équipement sur pitons forés a gardé l'esprit de l'ancienne voie d'artif'.




 




Pour apprécier le type d'effort à fournir, voici quelques images animées comme promotion des lieux ...


 Tour d'horizon des blocs par les locaux filmés par DrTopo.



 
 La zone fourmille de voies dans un style très particulier mais reste une destination de fraicheur : lors d'un transit ou pour plusieurs jours à la belle saison ...
 
 
 

 

 

 

Additif d'août 2010 : 

 

Pour compléter, lire le délicieux récit de visiteurs des lieux en vacances loin de leur Cuvette grenobloise.



 

 

 

Repost 0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 20:07

 

Si on a la chance d'habiter une charmante petite ville aux portes de la Provence du nom de Sisteron, alors il est une adresse à connaitre.

Oui, celle du magasin Blue Light, ses ressemelages de grande qualité dans un délai express, ses bonnes affaires sur tout le matériel d'escalade-montagne et ses tirades théatrales sur le petit monde de l'escalade.

 

 

 

Mais, celle aussi d'une boulangerie qui redonne ses lettres de noblesse au pain : la Boulangerie de la Paline.
Dans la vieille ville, c'est une rue étroite (rue Longue Androne) descendant marche après marche vers la Durance via le magasin d'escalade.

 



 
 
Fabriqué à base de farine bio avec les techniques traditionnelles (hydratation à 100% et fermentations longues), la démarche est de retrouver un goût athentique et d'éviter les glutens.


Le site Internet est une mine d'information sur la fabrication, les principes développés par le boulanger.
Malgré l'étiquette bio, les produits vendus aux kilos sont à des prix relativement intéressants.

Point de boutique rutilante mais juste un comptoir simple entre le client et le fournil actif. La vente privilégie les marchés dans la région : à Marseille, c'est le mercredi matin sur le marché fermier du Cours Julien.
Si on veut s'approvisionner sur place, les créneaux sont serrés : mardi après-midi de 17h30 à 21h et vendredi de 11h30 à 14h.
 
 
 

Repost 0
Publié par cmel - dans C.M.E.L.
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 11:25


Débuté timidement début 2008, le plan de rééquipement mené par le CD 13 FFME sur les terrains appartenant au Conseil Général des Bouches du Rhône (suite à la signature de la convention) s'est activé en cette fin d'hiver 2009.
Les résultats sont largement perceptibles à St Michel d'Eau Douce où la C.M.E.L. via ses représentants Olivier Didon et Jean Devaud ont contribué à ces travaux :

  • "Solidarnosc" : 3 longueurs en 6a/6a+ bien nettoyées, sur du beau caillou et des relais confortables. Avec la marge et en jouant intelligemment avec les dégaines (une quinzaine) et l'engagement, on peut même se faire un maximum de plaisir en sortant une seule et unique longueur de 70 mètres : du pur bonheur !
  • "Arête de la Cordée" : la grande classique des Goudes.
  • "La Rectiligne" : dièdre et cheminée à l'ancienne. Toujours intéressante malgré la patine marquée de cette classique de 1940. A parcourir de préférence par une sèche et collante journée d'hiver.
  • La "traversée spécial doigts" avec Vincent Vilmer et des stagiaires BE.
  • "Le S" par George Paul.
  • "Le poids du ciel" par Olivier Michaud.
  • "Les Trois pins" par Olivier Michaud.
  • "Poubelle d'époque" par Vincent Vilmer et Olivier Michaud.
  • "?" (voie sans nom à droite d'"All Free") par Vincent Vilmer : 2 longueurs bien techniques sur un rocher superbe : L1 6a+ - L2 6b (? A confirmer).
  • "Toit de Garrigou par la droite" par Pierre Clarac : une classique facile avec une superbe traversée sous le surplomb.
  • En face Nord, Vincent Vilmer a rééquipé les "Trois rappels".



 
 
 

Au Crêt St Michel, il restait quantité d'itinéraires rééquipés dans les années 80 dont les plaquettes souffraient copieusement de l'air marin oxydant.
Les scellements inox ont maintenant remplacé ces vieilleries.

 
 
 
     




Parmi ces voies, "l'Arête du Brouillard" rééquipée par Bernard Privat est une ligne idéale pour l'initiation dans plusieurs longueurs. La difficulté comme l'ambiance est réduite et les relais sur des vires ultra-confortables.
Néanmoins, comme toutes voies de ce niveau, le casque est obligatoire car les vires sont chargées de cailloux volatiles.

  

 
Le vent d'Est se ressent dans les dernières longueurs de l'arête.
Ballade tranquille avec vue sur le port et relais agréable.
  Dernière longueur où l'abondance de prises ne doit pas perturber le choix vers les plus solides.   Accès au rappel du "Complexe d'Icare" : cairns puis main courante jusqu'au relais. Le vide augmente l'ambiance !


 
 

 Pour éviter de descendre à pied dans les pierriers et ainsi détruire la flore fragile de ces espaces (comme l'endémique Herbe à Gouffée ou Sabline de Provence poussant dans les pierriers), la descente est privilégiée en rappel.
Deux lignes sont équipées de part et d'autre du Crêt. L'une sur la gauche dans "Complexe d'Icare" (rééquipée par Olivier Michaud) avec deux rappels de 46 mètres et l'autre dans la ligne des Dalles de l'UEREPS (2x50m ou 4x30m environ).




 

  "Les cheminées " L1 5b   Des jolies gouttes d'eaux (acérées) au départ puis ça se redresse avant l'arrivée dans le couloir.   Le débroussaillage est conséquent. Ne reste qu'une fréquentation régulière pour empêcher un enfouissement prématuré sous la protection des chênes-kermès.


 
 
Attiré par la facilité annoncée, "les cheminées" (rééquipé par Olivier Michaud qui a fait beaucoup de débroussaillage) est une suite logique de l'initiation. Mais, attention, cette voie Gabriel-Livanos de 1947 vaut sensiblement plus que les 4b du topo.
Nous proposons volontiers : L1 5b L2 5c+ (un pas athlétique avec inversée) L3 5c.
 
 
 Parfaitement abrité du vent d'Est, cette voie réchauffe les répétiteurs hivernaux.
 
 
 

"Les cheminées" L3 5c : un rocher compact avec quelques trous pour le repos.
 

Du sommet, il est dommage de ne pas avoir une ligne de rappel direct pour descendre ici.
Il faut pour l'instant remonter sur le plateau et rejoindre celle des Dalles de l'UEREPS : pas très pratique !


Juste à droite de cette voie, Olivier Michaud a rééquipé la variante de sortie en dernière longueur de "Roule ta bille" (si on va directement vers le premier point, il est passablement haut (expo)) Vincent Vilmer a rééquipé "T'engatze pas" avec un départ du bas pour deux longueurs immenses.
  



 
Les autres voies rééquipées du Crêt St Michel sont les suivantes :

  • "Grand dièdre jaune" par Pierre Clarac.
  • "La Directe" par Bernard Privat. Voir l'article.
  • "Les Mordus" par Bernard Privat.
  • "La Chaloupée" par Pierre Clarac.
  • "Eperon de droite" par Pierre Clarac.
  • "La Bavaroise" par André Bernard.
  • "Le doute et la pierre" par André Bernard.
  • "Tendre incisive" par André Bernard.
  • "La Rimaye" par Xavier Legendre.

 


Le Roy d'Espagne a déjà subi le lifting d'Hervé Gugliarelli : voir l'article.

Les chantiers continuent et une nouvelle tranche s'ouvrira fin 2009. Merci à tous les rééquipeurs investis dans les Calanques !

A suivre !


Merci à Vincent Vilmer, l'agile coordinateur de la commission rééquipement qui nous fournit les infos. 

 
 
 

 

Repost 0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 11:08


 
Dans les surplombs de gauche du secteur Météo de Lascours, quelques plaquettes dorées courent sur ces escaliers inversés agrémentés de quelques concrétions noires : la plus à gauche est "Strato-musculo-nimbus" ; une voie mise en image grâce au concours de Mickaël Biss. Estimation : 7b+ ???



 



Comme ces gros amoncellements blancs annonçant un orage apocalyptique, la voie démarre par un concentré de puissance dans les surplombs sombres puis laisse place à un rétablissement sur bonnes réglettes lascouriennes dans un mur purpurin : un délice !



    


Si un emplacement le réclame, un de ces clichés trouvera bonne place dans le futur topo 
 
 
 
 
 
Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 00:21

Quand les "Grimpeurs" du club d'André Bernard arrivent au secteur Météo de Lascours, la fréquentation est complète.
Le rocher n'avait pas vu pareil affluence depuis longtemps.

"La Lombardie", voie sur petites prises agressives ; techniques et endurance pour sortir le dernier pas sous le relais.  Passage de la colo à peine formée dans "La Lombardie".
 Réglettes arrondies et passage technique dans "Nanti-cyclone" 7a.  
Rétablissement à la sortie. La directe dans le surplomb est encore à tester : 7b ?



 Photo de gauche : Jean au départ de "Nanti-cyclone"


 

Vue sur les cordées voisines :


 
 
 
Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 21:23

Dépaysement loin de l'aire phocéenne, falaises d'hiver plein sud, abri du Mistral, style continu sur de vraies longueurs frôlant les 40 mètres, ... : tous ces arguments pour approcher les sites toulonnais.

Défendu par une solide montée de plus de 30 minutes, le Croupatier est le parfait concentré de ces qualités.
La preuve en est avec le nombre de cordées déjà en action sur la paroi !





 
L'arrivée est en vue mais le dénivelé ne s'interrompt qu'au pied du rocher. Les jeunes parents, encombrés d'un attirail volumineux se transforment en sherpas.
     





 Stéf' savoure les 35 mètres de "Château de cartes" en 5b. 

A gauche, Vincent dans "Crôutes à pieds" 6a teigneux (on apprécie la contrepéterie au passage ) !




 
La falaise est habitée !
 Olivier à l'attaque de "Eyengui" 7a, un beau challenge continu pourvu de bonnes prises.
Vincent démarre dans "Les égouts du paradis" 6b.


Une grande foule certain dimanche, mais, il y a toujours moyen de trouver un espace pour grimper tranquille.

Rendez-vous l'hiver prochain ...
 
 
 
Repost 0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 13:00



Le forum des grimpeurs de CampToCamp s'agite parfois avec force sur un sujet tumultueux.

Après le Caroux et son projet de rééquipement  malgré un environnement très favorable à l'assurage naturel et avant les attaques en règle sur la communication et la carrière de Fred Rouhling, le plus médiatisé (et controversé chasseur de croix extrêmes français), l'Hortus est sorti de son isolement sauvage pour être étalé sur la place publique. : en cause, des nettoyages rocheux invasifs, des nouveautés et des rééquipements d'anciennes voies prétendument non conformes à l'esprit caractéristiques des lieux : engagement, sauvagerie et respect des ouvertures d'origine.







Visible au loin depuis l'autoroute A9, le Pic Saint Loup fait face à l'Hortus, Le site des grandes voies de la région montpellieraine.


Pourtant, la hauteur n'est pas démesurée (100m au plus) mais l'ambiance est vite présente avec sa disposition au sommet du vallon.
En rendant une visite de courtoisie, la premier constat est le calme de la falaise. Les vrais locaux, ce sont les chèvres ayant désertées leurs troupeaux et goutant au retour à la nature en liberté. Parcourant le pied de la face, les lignes de spits ne brillent pas de mille feux. Ce sont plutôt des itinéraires discrets d'âge varié avec quelques cordelettes flottant au vent en guise de signalétique.




Le Pic Saint Loup !
Au pied de la falaise, un seconde chèvre a élu domicile : nouveau havre pour caprins déserteurs de troupeaux ? La première est déjà une star !
 Dolmen pour liliputien ou tabouret pour grosses fesses

LA cordée de la journée dans la partie droite de la falaise ...



Les grimpeurs présents sur place ne perturbe pas l'équilibre stable du site.
Comme souvent, les polémiques du Net semblent bien loin de la réalité pratique en falaise.

Les gardiens du temple veillent à conserver l'esprit maison.


 
   



L'avantage indéniable est de redonner un intérêt à un site très attachant.


Retrouvez toute l'activité à l'Hortus sur le site du topo officiel : http://www.topo-thaurac.com/Hortus/pages/accueil.html
 
 
 
 

Repost 0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 14:07


Arborant fièrement les couleurs du Clean Up Day 2005 et de ce fait, propulsant le message de la C.M.E.L. jusque dans les lointaines forêts glacées du nord, Vincent Scharwatt, notre VRP bleausard de luxe, s'illustre dans de nouvelles séquences vidéos :

 







Et puisqu'il n'y a pas que des mordus de Provence qui grimpent par tous les temps, la preuve est donnée par nos fondus de Fontainebleau qui compressent les plats au milieu de la neige :


 


Repost 0