Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 16:05



L'incompréhension entre différents groupes humains pratiquant des activités obscures pour les uns et les autres est monnaie courante (regardez en premier lieux le regard du grand public sur l'escalade !).

C'est en tout cas notre sentiment quand on découvre à l'Etoile Noire :

  • l'oeuvre recouvrant le bas du mur des Deux Fissures. Nos parois adorées seraient-elles aussi appréciées des taggeurs citadins qui n'ont plus assez de place sur les façades immaculées du béton urbain ? Certes, il faut partager le terrain mais difficile d'encaisser ce genre d'ornements après ceux réalisés il y a quelques années au secteur "Alien". Heureusement que le grès sait s'auto-nettoyer grain par grain.
  •  Les vélléïtés de construction en face du secteur Grisbi. Lors du dernier Clean Up Day en 2007, les participants avaient débarrassé de ces déchets le pied de ce mur pour en faire un spot sympa de blocs pas trop dur.
    Quelques mois après, la dalle de béton est bien dégagée de sa terre et les murs reviennent à la surface : un nouveau squat ?



Affirmation de son ego aux Deux Fissures !
Oeuvre inégalée (ou inégale) en détail ci-contre.



A droite, construction devant le bloc !
Il est vrai qu'il n'y a pas trace d'escalade récente sur ces passages.
 




Pour un site proposé à l'insertion dans le périmètre du futur Parc National des Calanques, c'est un peu incohérent, non ?


Notre discours est toujours le même : la fréquentation régulière de l'Etoile Noire par les grimpeurs évitera les débordements urbains comme ceux décrits ici mais aussi contre le déversement de nouveaux déchets (en particulier les gravats de chantier sur la route en contrebas dans le vallon).





Repost 0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 12:52


Epicentre d'une zone appauvrie en site majeur, Berdorf attire une foule de grimpeurs venant de toute l'Europe : Luxembourg (les locaux mais pas forcément les plus nombreux), Belgique, Pays-Bas, Allemagne, France.
Un tel succès s'accompagne d'une sur-fréquentation (largement palpable au printemps quand les vacances et jours fériés se chevauchent) et des inconvénients qui en découlent : forte érosion des sols, disparition de la flore endémique (lichens, mousses).

Le Ministère de l'Environnement luxembourgeois a donc pris depuis 2002 des dispositions pour freiner cette affluence démesurée sans arriver à l'extremité de l'interdiction.
L'escalade est autorisée sur une zone très limitée et concerne les secteurs historiques. Ils ont été parfaitement rééquipés en scellements et relais chainés. La signalisation rappelle bien les limites d'autorisation.

D'autre part, une contrainte administrative vient ralentir les envies des visiteurs : l'obtention d'un permis d'escalade.

 

 

 

 

 




A la formulation des recommandations, on sent la concertation avec les grimpeurs. Les termes correspondent bien à notre jargon.
A noter le paragraphe sur la magnésie dont la copie et l'application en France serait la bienvenue : emploi raisonné de la magnésie et pas de trait sur les prises, brossage à la descente.
 

Paru en mai 2009, le topo de Berdorf recense toutes les voies du site avec présentation sur photos. Les illustrations sont en grande partie celles de Sam Bié qui a shooté à foison lors de son passage pour l'article de Grimper N°108. Coup de foudre en une seule visite ?!!

 

 

 

 


Vu de loin, ce dispositif du "permis d'escalade" apparait comme une restriction et suggère la falaise "à péage" réservée à certains mais dans le détail, il n'en est rien. C'est simplement une formalité administrative qui a l'effet de décourager certains adeptes peu motivés. Cela permet d'un peu réduire l'affluence et surtout de communiquer quelques règles d'usage : pas de feu, pas de nouveaux équipements, peu de magnésie, ...

C'est une formalité (gratuite) car dans les conditions énoncées par le ministère (pas de groupe "commerciaux", cordée de 3 maximum), il n'y a aucun refus. Le document est à télécharger sur le site du Ministère de l'Environnement (format Word ou format PDF). Il suffit de l'imprimer, le remplir et l'envoyer à l'adresse indiquée. Facile

Il faut simplement s'y prendre très en avance : 3 semaines avant son départ est un délai confortable car il faut compter au minimum une quinzaine de jours avant la réception par la poste du permis.
La demande est valable pour 4 week-ends maximum. Au-delà, il faudra en faire une nouvelle.

Les faibles contrôles encouragent de nombreux grimpeurs à venir sans permis. Mais, il est vraiment très simple de jouer le jeu surtout quand on vient de loin et que la visite est planifiée à l'avance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au parking, les consignes sont répétées et les zones autorisées décrites précisement.

 

 

 


La falaise ne s'étire pas comme un ruban continu à la mode ceüsienne par exemple, mais avec de nombreux renfoncements, piliers, murs et tours.
Le grès est pur et compact : pas trace de galets enchassés ni de zone de poudingue.
Le grain est plus fin qu'à l'Etoile Noire et se rapproche de celui de Bleau.
L'adhérence est donc extra ! Le style est essentiellement à la continuité avec des prises franches. La géologie locale à base d'élévations successives du terrain a provoqué des cassures et effondrements en autant de fissures géantes, dièdres, dévers et aussi surplombs. Tous les styles se cotoient (sauf les pinces de colonnettes ).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Secteur "Minimops".
 "Sachsenriss" 5c au secteur "Takla Makan".  Secteur Scheffelchen : un morceau de rocher détaché de la falaise qui reste souvent libre ; et pour cause, ces voies faciles et courtes ne semblent pas côter sur la même échelle que le reste du site : en gros, ce sont les plus dur voies en 4 du coin avec adhérence fine et prises rondes.  Roman dans "Amitié" 6a+ du secteur "Bleausard". Les voies sont conti' sur de superbes prises travaillées par l'érosion mais toujours profondes.

 

 


Comme nous l'avons cité plus haut, les beaux week-ends du printemps regorgent de grimpeurs européens. Toutes les langues se cotoient dans un volume sonore digne des plus grandes salles d'escalade .

Si vous aimez cette ambiance avec son nuage de magnésie, ses cris d'encouragements ou de déceptions, sa promiscuité (jusqu'au 6c, une cordée dans toutes les voies ; grimpeurs collés les uns aux autres) ou ses rapprochements inévitables avec des grimpeuses au teint rosé,  alors précipitez-vous les week-ends chargés de mai-juin !

La foule se déverse dès 9h30 jusqu'au crépuscule.

Si vous aimez choisir votre voie dans la tranquilité, grimper au rythme du chant des oiseaux , communier avec la nature en embrassant le rocher, alors étudiez attentivement le calendrier et les zones de vacances de chaque pays. La visite en semaine sera sûrement préférable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 Sortie dégagée au-dessus de la forêt au secteur "Gentiane".

 

 


En débutant au secteur "Gentiane", on tombe en enchantement pour ce site : toutes les voies sont belles et on a envie de les enchainer une par une. A part quelques voies bien bloc (que peu de grimpeurs font ; il suffit de discuter avec son voisin pour connaitre les fausses pistes), il n'y a rien à jeter.

Pour ce que nous avons testé, les cotations du topo 2009 nous semblent assez commerciales (et nos références sudistes sont déjà bien sur-évaluées ) surtout si on a la conti' dans les bras .
En dénigrant son plaisir à clipper le relais, on peut retirer une lettre en général aux cotations jusqu'au 7a (à vérifier pour les voies plus dures) mais l'avantage est d'avoir une évaluation homogène de la difficulté.

Dans cette situation, l'humilité du néophyte découvrant une nouvelle falaise fait place à l'enthousiasme du croiteur et les paliers montent : on peut vraiment tenter à vue son niveau max avec de grandes chances de passer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


En matinée et avant l'arrivée massive de la foule, Anja sort de "Dreyfus" 4c , une des voies les plus longues de Berdorf dépassant juste les 30 mètres.





Les voies faciles sont prise d'assaut et à moins d'attendre patiemment son tour, il faut venir tôt le matin pour en gravir une.

Dans le style des ouvertures pionnières, la "cheminée Dreyfuss" 4b s'aventure tantôt d'un côté tantôt de l'autre dans cette gorge qui est un test de souplesse pour ceux qui ne veulent pas forcer.

[Additif avril 2016 : Jean Dreyfus, l'ouvreur de cette cheminée dans les années 1950, est décédé le 30 mars 2016 (communiqué de M. Demangeat). ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
Relais au secteur Gentiane.
   Le grès, roche tendre par excellence !
Ici, le frottement lors du passage de la corde sous le relais a creusé ses gorges ; impressionnant !
 "Bibi" 6b+ au secteur "Isatis" ; une ligne exceptionnelle dans un mur raide mais caffi de bacs ou de règles correctes. Un effort conti' qui vaudrait peut-être 6a+ par chez nous ? Superbe !

 

 

 


En moyenne d'une vingtaine de mètres, la hauteur des voies varie de 10 à 30 mètres. Avec une corde de 60m, on doit passer dans 80% des voies et partout avec une 70m. Pour certaines voies, 14 dégaines sont nécessaires (équipement rapproché en général). On pourra toujours échanger avec son voisin(e)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ci-contre à gauche : cordées multiples au secteur "Gentiane".
Ci-dessus : Secteur Tempête .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ombeline dans "Lézard" 4a+ du secteur "Gentiane" ; un beau dièdre fissure avec quelques mouvements à bras.
 
"Neelchen" 6a au secteur "Gentiane".
 "Korallenpfeiler" 6a toujours au même secteur.
 Saskia dans le crux de "Neelchen" : un blocage sur verticales pour aller chercher une prise ronde en sortie puis se rétablir.    
"Cima Ovest" 7c au secteur "Nikita". Du costaud, ça existe aussi à Berdorf et c'est tout aussi fréquenté que les voies en 5-6.

 

 


Les bons choix de voies sont simples : ce sont celles où il y a du monde, donc, presque partout !
Le morceau de rocher où la foule ne met pas les pieds sera logiquement l'emplacement des voies les moins jolies ; ce qui ne veut pas dire qu'elles ne sont pas intéressantes (souvent, des pas techniques déroutants au pays de la continuité).

Si vous voulez un guide des voies recommandées ou des témoignages avisés, voici quelques liens sur Berdorf :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Dans la rubrique Berdorf, des photos et les combinaisons dures sur le site de Noé Berger, l'équivalent luxembourgeois de notre Enzo Oddo national ou du tchèque Adam Ondra ; c'est à dire un ado-mutant !

 

 

  • L'avis des bloggeurs de Pofroad sur leur séjour express à Berdorf.

 


En conclusion, même désemparé au fin fond de la frontière lorraine, l'espoir n'est pas perdu et il faut absolument visiter ce site magique de Berdorf.
Avec près de 160 voies à grimper, le séjour sera long !




   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 11:07



La L.A.G. (Ligue des Amoureux du Grès) nous avait prévenu : il existe des falaises de ce divin caillou au-delà des frontières de la Lorraine. Même le magazine Grimper s'en est fait l'écho dans ses pages. Dingue

Mais quel phocéen osera franchir la seuil extrême de son territoire à hauteur de Valence et s'aventurer si près du "cercle polaire" dans des zones de No man's land ?


Les explorateurs les plus téméraires ont sans cesse repoussé cette limite :
  • Fontainebleau, c'est le grès gris ; on connait : le TGV nous sécurise et réduit bien la distance.
  • L'Alsace avec son grès rose. S'hasarder aussi loin de nos bases ne fut possible que par l'entremise d'un guide local en la personne de l'expatrié Vincent Scharwatt. Cette destination est dorénavant identifiée et étiquetée favorable en été !
Mais jusqu'où aller ? ...

... dépasser les horizons énigmatiques de Nancy, Metz ? Mais qu'existe-il plus au nord ? ... ???
Thionville ...
Et ensuite ? Fini le territoire français, place à l'exotisme , aux différences culturelles ...

D'une campagne verdoyante, aux paysages de plaines à bosses et de douces vallées, se forme le Luxembourg !
Un pays prospère de la taille d'une région française !
A moins d'une heure de Thionville, dernière étape franco-française s'étend la très touristique région dénommée :  "la Petite Suisse luxembourgeoise".
Aux confins nord du Grand Duché, à deux pas de la frontière allemande, Berdorf est la destination de toute l'Europe et la patrie du "grès vert".



 





Evidemment, dévorer du "carbone" uniquement pour cette destination est inconcevable à l'époque du grimpeur éco-responsable (10h de route depuis Marseille) mais profiter d'une étape dans la région pour faire le saut de puce chez nos voisins est beaucoup plus appréciable (ou convenable).





Accès :

De Thionville, prendre l'autoroute vers le Luxembourg. La frontière est vite arrivée. Au porte de la capitale, prendre l'autouroute A1 qui contourne Luxembourg par l'Est (direction Trier ; Aéroport ; Echternach).
Prendre la sortie 8 en direction d'Echternach sur la nationale N11.
Traverser plusieurs villages puis quitter cette nationale à gauche par la CR137 fléchée vers Berdorf.

Depuis le centre du village, il y a deux parkings :
  • rejoindre le camping "Caravaning - Parc Martbusch" (point de vente du topo 2009 et brochures de randonnées) : à gauche au premier carrefour important dans Berdorf, prendre la CR364 vers Müllerthal. Sur cette rue, continuer tout droit en suivant les panneaux du camping. Se garer sur les places entre le camping et le terrain de foot. A pied, prendre la piste qui poursuit la route en longeant le terrain de foot sans descendre. Dans la forêt, un large chemin quitte cette piste vers la gauche jusqu'au pied de la falaise.
  • dépasser le premier carrefour du centre-ville (avec la CR364) et prendre à gauche la rue juste devant le Café-restaurant Lenert (panneau en direction de Birkelt et Hammhaff). Rouler tout droit pour sortir du village. Au milieu des champs, au carrefour en patte d'oie, prendre la route à gauche jusqu'au parking en lisière de forêt (les panneaux de réglementation de l'escalade ne laisse aucun doute). S'engouffrer à pied dans la forêt en suivant les panneaux. Visiter les "7 gorges" avant d'arriver au pied de la falaise de Wanterbaach (le nom du ruisseau).


 



En guise de falaise, c'est un tout petit échantillon d'un affleurement de grès long de plusieurs kilomètres. Il marque le sommet de la vallée de la Sure (ou Sauer en version allemande), rivière-frontière avec l'Allemagne.
La conservation (ou défense) du milieu naturel est très rigoureuse et les grimpeurs ont été cantonnés sur quelques centaines de mètres autour du couloir formé par le ruisseau Wanterbaach.

La région est extrêmement fréquentée en premier lieu par des randonneurs qui longent les parois dans un enchevêtrement de tours, de couloirs, de défilés tout aussi ludiques que splendides.
Le vert se décline dans tous les espaces : en l'air provenant des arbres, des feuilles, sur le rocher recouvert de mousses et sur le sol.
L'ombre est omniprésente. Très appréciable quand il fait chaud, l'inconvénient lié est principalement le moustique (prévoir un répulsif quand on grimpe).


En arrivant au site d'escalade, une ballade dans le dédale des "7 gorges" ne retardera pas le début de votre séance : à peine 5 minutes pour faire le tour de ce labyrinthe naturel (bien fléché). Les claustrophobes angoisseront à l'idée d'un resserrement de ces murailles .




30 cm de large : passage de profil (sans trop d'embonpoint) et en glissant le sac à dos à sa suite.
 
   



Les itinéraires sont très bien fléchés et des guides de promenade détaillés se trouvent dans les points de diffusion touristique (comme l'accueil du camping du Parc Martbusch).

Entre deux journées d'escalade, le repos actif peut être l'occasion d'une belle boucle pour découvrir ces multiples tours, abris naturels (distance sur mesure de 5km à 15 ou 20km, ...).


Déjà bien atténuée par la forêt, la lumière peut se réduire assez pour gêner votre reportage photo (surtout avec un compact automatique) :  pose longue, flou artistique ...



   



  Panneau bilingue de partout ! Aucun risque de se perdre !


    Des passages secrets avec échelles, barreaux, ... pour atteindre des lieux dits qui font rêver les enfants de tout âge !






La culture allemande est enracinée ici (la frontière est à 10 minutes) et renforce la sensation de dépaysement. Cela donne une vraie impression de vacances.
Le plaisir est totale quand on ajoute le bénéfice de s'exprimer en français avec n'importe lequel des locaux : du dépaysement mais facilité par un langage commun. Super !






Quelques liens sélectionnés :



 



Après la découverte des lieux, place à l'escalade sur la falaise de Wanterbaach : à lire dans l'article suivant ...

 
 
 
 
 

 
 


Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 17:03


Quand l'air s'alourdit sous les effets conjugués du soleil et de l'absence de brise, tout épiderme se recouvre de cette couche pégueuse fort désagréable en fin de journée. La solution : ombre et rafraichissement régulier.

C'est ce qu'a choisi une figure légendaire du Grand Nord isérois en migrant pour le week-end sur la Côte phocéenne.
Avec la ferme intention de plonger dans la Grande Bleue depuis les plages de La Ciotat, ce personnage haut en couleur s'accorde avec ses amis un détour "escalade" par la falaise.
Honneur privilégié, c'est le secteur loisir du SDF à l'Etoile Noire qui a la chance de le recevoir comme répétiteur de prestige. Les festivités se sont évanouies et les lieux ont retrouvé leur quiétude.

Habitué à des altitudes favorisant la prolifération des globules rouges, Jean-Michel Cambon, le roi de l'Oisans (ouvreur prolifique de grandes voies modernes) se dégourdit les bras et les jambes dans plusieurs lignes.


Du dévers fleurant le 7ème degré ? Non, juste "Escalado Bamboulaou" 5c+ avec de bon bacs ! Il n'y a pas que les dalles granitiques d'Ailefroide dans sa vie ; JMC sait aussi fermer le bras quand il le faut.


A l'image de sa prose humoristique dont le grimpeur se délecte dans ses topos, ses commentaires sont toujours empreints de fantaisie et de bons mots.
En tête ou en moulinette, ce grimpeur d'expérience démontre sa passion pour l'escalade en alignant les mouvements jusqu'à l'arrivée du soleil, signal retentissant comme une sirène et poussant la foule vers la mer.



Hervé dans "Black Star Party" 5c+.




Hervé se lance dans une des plus dures du secteur : "Bloc Session" 6b+ ; des petites prises crochetantes à travailler dans la carotte artificielle, une galette plate à pincer fort puis un rétablissement.

   JMC trouve une excellente prise de pied pour enclencher la section .
 Babeth au départ du dièdre d'"Escalado Bamboulaou" un bon 5c+.  Pour Matthéo, les prises sont plus éloignées et l'allonge manque ; sur "l'échelle transversale de correspondance adulte/espoir", la difficulté serait alors de 6a.  Hervé combine les deux variantes en une longueur indépendante "Mix climbing" 6b. Déclipper quelques dégaines n'est pas un luxe.


Profitant de cette aubaine pour affiner les jugements et les observations, voici le topo de ce secteur (de gauche à droite ; équipement en scellements ; moins de 20 mètres de haut) :

"La Ciotat Fiesta" L1 5a L1' 5c ; un départ apocalyptique pour rejoindre un joli dièdre. Le second relais s'atteint après une belle section très intéressante à découvrir.
"Black Star Party" 5c+ ; les habitués démarreront en verrouillant la fissure mais les astucieux profiteront des prises cachées du pan de gauche et valoriseront le dièdre et les écarts.
"Bloc Session" 6b+ ; en hommage à Matthieu Lupo et sa salle d'escalade, pour sa motivation dynamique et son coup de pouce géant pour l'Escalado Bamboulaou : une section dense où les clippages sont les plus encombrants mais aussi les plus rassurants. Le trou inversé en main, il reste à rétablir avec les forces restantes (s'il en reste).
"Mix climbing" 6b ; escalade alambiquée qui peut se mixer naturellement avec "Escalado Bamboulaou" en sortie ou le mix complet en partant tout à droite pour la sortie originale et une lecture délicate avant la fissure à bras (rétablissement bien à droite). Le grattage
de la première partie fut fini par Gilles Michel (merci bien !) pour trouver la prise clé dans la terre solidifée.
"Escalado Bamboulaou" 5c+/6a ; physique et très jolie, surtout à la répétition quand on sait où sont les bacs. Alors là, ça déroule magnifiquement !
"CMEL Roc Trip" 6a+ ; un nom mégalo pour une voie où la panique est proportionnelle à la rapidité des bras à gonfler dans une situation imprévue. Pas facile à vue, ne pas hésiter à répéter en connaissant les passages.
"Certifié assertif" 6b+ ; comme l'assertif qui s'affirme dans la vie, il faut s'engager un peu à la sortie pour chercher le relais. Lecture attentive en bas pour ne pas trop crisper sur des croutes et donc, trouver les bonnes prises !



Dans ces noms de voies, on retrouve pelle-mêle tous les titres qui auraient pu baptiser la manifestation de mai.
Pour succéder au "Clean Up Day", il fallait un nom associant fête, escalade et Etoile Noire. Le mélange à la sauce provençal l'a emporté : "Escalado Bamboulaou".
Pour les cotations, tout ceci n'est que proposition à prendre avec tolérance suivant les styles de chacun.

La pluie nettoie le sable mais fera couler une pellicule terreuse que les premiers répétiteurs auront à charge de souffler.
Bonne grimpe !


 
 
 






Repost 0
Publié par cmel - dans Topos
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 12:57


Votre agenda l'annonçait au marqueur rouge : le week-end du 16-17 mai 2009 serait 100% ciotaden !


L'Escalado Bamboulaou du samedi 16 mai 2009 a tiré sa révérence pour cette année. Le rangement est lui achevé mais pas la journée du dimanche 17 mai 2009. On passe le témoin à un autre club ciotaden (Aventures Soubeyrannes) et on migre d'à peine quelques centaines de mètres.
Revêtue du tee-shirt bleu turquoise (à peine froissé) de la veille, une délégation (à peine froissée ? ) de la C.M.E.L. rend une visite à l'inauguration du site de la Boule des Emigrés pour prolonger le week-end spécial La Ciotat.



  Fléchage dense pour atteindre les mains courantes !


Sous le belvédère, la journée est bien avancée et le soleil frappe fort. Chacun diversifie ses solutions à la recherche d'une parcelle d'abri : ombre des dévers, parasol improvisé, casque à visière




Eric Valls, organisateur (avec Nicolas Baey, le principal équipeur), résume la journée :

"Ce dimance, nous étions une trentaine sur le site.
23 se sont prononcés sur les cotations des voies qu'ils ont réalisés.
Le topo a été corrigé en prenant comme cotation pour chaque voie, celle qui fut la plus souvent énoncée. Seule une voie n'a vu personne : "Dilemme Carpe Diem" 7b+, première voie du site en arrivant. Sinon toutes les autres ont eu au moins une visite.
Les voies les plus réalisées aujourd'hui furent : "L'air débonnaire" (9x), "Piège à cons" (9x), "Piège de cristal" (10x) ; "Piège à grives" (10x) ; "Piège à filles" (9x).
La voie ultime n'a pas été enchainée mais annoncée à 7c+ ; qui fera donc la première ? [Note juin 2009 : Thomas Reymonenq annonce lui avoir réglé son compte lundi 18 mai au matin et confirme à 7c/7c+ ! Voir sa liste sur 8a.nu !]
Enfin la plus forte modification de cotation revient à la voie "Les burnes comptent pas pour des prunes" passant de 6a à 7a+ (l'équipeur aurait-il fumé quelques choses avant d'annoncer la cotation ?)
En tout cas, merci à tous pour cette belle journée pleine de soleil et de croix.
A bientôt,
Eric

PS : c'est grâce à la vente du topo de La Ciotat et à l'acharnement des équipeurs que ce secteur a pu être équipé. "



 


Maintenant officiel et distribué à tous les participants, voici donc le topo et sa liste des voies après correction de leurs cotations (de gauche à droite, les noms sont inscrits au pied des voies) :

"Dilemme Carpe Diem" 7b+
"Tibet Libre" 6c+
"L'air débonnaire" 6a+
"Digitale crucifixion" 6c+
"Mini Demande" 6a
"Label Guillaume" 6c+
"Pièges à cons" 5b+
"Piège de cristal" 5c+
"Pièges à grives" 6a
"Pièges à filles" 6a+

 

  Eric Valls, l'organisateur (casqué) ! "La tripe en folie de l'ouvrier partant chier" 7b+
Le projet de "Rêve sidéral d'un naïf idéal" 7c+ ?


Dans la baume (secteur Ouvrier) équipée par Nicolas Baey :
"La philanthropie de l'ouvrier charpentier" 6c+
"Rêve sidéral d'un naïf idéal" 7c+
"In boullabaisse, we trust" 6a
"La tripe en folie de l'ouvrier partant chier" 7b+






  "L'air débonnaire" 6a+ et son pas de bloc sous le relais !   Jean dans "Pièges à filles" 6a+.
"Sur le fil du rasoir" 6a
 
 



Après le couloir de remontée muni d'une main courante :
"Sur le fil du rasoir" 6a
"Des zigs et des zags" 6c+
"Avec" 7b
"Sans" 7b/7b+ (variante droite de la précédente)

"Serial Croiteur" 6a+
"Les burnes comptent pas pour des prunes" 7a+
"Le plaisir s'accroît quand l'effet se recule" 6c
"Ecart de conduite" 7a+



Pour les commentaires sur certaines voies, s'en remettre à l'article suivant !
L'équipement est d'Eric Valls, Nicolas Baey et leurs amis. La falaise a besoin de quelques centaines de passages alors profitez-en (avec casque pour assurer ?) !!!

 
 
 









Repost 0
Publié par cmel - dans Topos
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 12:56


Dimanche 17 mai 2009 : après une Bamboula mémorable, les yeux sont lourds au réveil.
Un café, un petit déjeuner, quelques étirements et les rescapés (Nanou, Stef', Bruno, Gwen, Jean-Jacques et ses enfants, Jean-Phi, Julien, Laurent, Michaël, Olivier, Vincent, ...) entament les rangements et nettoyages de l'esplanade entrecoupés de quelques baillements et pauses relaxantes.



   
   Le câble de la tyrolienne est remisé jusqu'à l'année prochaine !!!

 Les victuailles d'Intermarché n'ont pas été entièrement écoulées.




 




 
Les cordes sont encore en place, alors la tentation est trop forte pour retourner faire un tour vite fait avant l'arrivée du soleil dans "Pile".



L'heure des bilans a sonné :
  • avec une communication locale privilégiant les réseaux de chaque adhérent, la fréquentation est une belle réussite : au total de la journée et de la soirée, on compte environ 100 personnes. Pas mal !
  • Avec 80 passages sur le Parcours Aventure, notre partenaire Bloc Session renforce énormement l'évenement avec l'appui des stagiaires d'Olivier : Enzo de l'Eden Park de Signes, Sébastien Conti et Alexandre sans oublier Laurène Lenoir, BE de l'Escalade Club Aubagnais.
  • Avec une ambiance enthousiaste et une soirée vivifiante, les objectifs sont atteints : une belle fête !
  • Avec une organisation contrite sur les contests qui se transforment en séance amicale d'escalade, cet aspect est à améliorer sérieusement. Nous y concentrerons nos efforts pour la prochaine édition.
  • Les tee-shirts sont bien accueillis !
  • Sans subvention, les caisses de l'association sont asséchées. Il faudra donc passer par la course aux subventions si on veut réussir à organiser une prochaine manifestation.
  • Heureusement, de nombreux partenaires locaux ont répondu présents (même dans la précipitation).



Remerciements à tous les participants et aux partenaires :
  • La mairie de La Ciotat et son service Cadre de Vie.
  • Matthieu Lupo et la salle Bloc Session de La Ciotat.
  • Intermarché de Carnoux en Provence.
  • Daniel Collu.
  • Les magasins d'escalade à Marseille : La Montagne, Au vieux campeur.
  • Les salles d'escalade du réseaux Grimper.
  • Les vignerons de Roquefort la Bedoule.
  • Slack.fr pour la slackline prêtée.
  • Jean-Jacques Oller du GRIMP pour son reportage photo.
  • Tous les clubs présents : Gemo Gecko, Escalade Club Aubagnais, Progression Verticale, Aventures Soubeyrannes, ...
  • Les BP JPEPS du CREPS PACA de Bouloris, les CSAE.

Après l'annonce de l'évènement, le site Grimper.com accepte de publier notre texte de résumé teinté d'ironie ; merci d'avoir joué le jeu !
 
 
Grimpez bien à l'Etoile Noire en attendant le prochain "Escalado Bamboulaou" !

 
 
 

 
 




Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 12:55

 
 


Samedi 16 mai 2009 : le soleil décline et les grimpeurs sont regroupés sur le secteur du SDF.

Les cordées affrontent le mur dans tous les sens. Même "Clean Up D" est assaillie. Cette voie privée de son écaille-repos depuis 2 ans fut le chantier le plus apprécié de cet hiver et les pas de blocs attirent encore du monde ce soir pour ce 8a.







 


La sono de Christophe alimente l'ambiance et les spots lumineux de Lolo prennent vite le relais.





   
Jean-Phi dans "Pile" 7b avec son pas avant la fissure de fin (pourvu d'un pied normal à l'origine, les passages ont limé cette craie et un crux est apparu dans ce final).    






Les fameuses soirées ont fait la réputation des précédents "Clean Up Day" de l'Etoile Noire.
L'Escalado Bamboulaou ne déroge pas à la règle et même de mémoire, dépasse la norme des éditions antérieures. La ferveur est la plus frénétique et jusqu'à 2 heures du matin, les moulinettes s'enchainent sans discontinuer.





 


De tous les âges, avec ou sans frontale, avec ou sans le niveau, tout le monde se tente une expédition au gré "des ombres inversées".



   
     



La foule se disperse petit à petit.
Hommage à la pétanque, sport inventé à La Ciotat, les plus valeureux entame une partie de boule au clair de lune.
Belle façon de clôturer une belle fête et une belle journée de l'Escalado Bamboulaou !



Fanny au bar ???



...
 
 
 
 
 
 


Repost 0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 12:54


Au printemps, Matthieu Lupo l'avait promis : "sous le label de la salle Bloc Session, il soutiendra la manifestation que nous organiserons".

Le jour venu, quel soutien de poids !!!
 En endossant l'intégralité de la responsabilité du Parcours Aventure, du montage à l'encadrement, tout en fournissant intégralement le matériel, Matthieu tient sa promesse au-delà des espérances.
Toute la C.M.E.L. remercie son équipe (Yann Finateu, ...) pour cet investissement connaissant la valeur professionnelle d'une telle prestation : deux tyroliennes, un pont de singe, des liaisons par via cordata, quatre encadrants pros.
L'encadrement est assuré par Sébastien Conti, Alexandre et Enzo de l'Eden Parc de Signes.
Laurène Lenoir viendra avec les enfants de l'ECA.


 
 
     



Les minots se sont régalés et ont tourné en boucle toute l'après-midi.
Les photos sont le meilleur moyen de témoigner de leur plaisir !


 



 
Autant de passages et il faut bien en payer le prix : corde HS en fin de journée !


La suite avec la tyrolienne montée par Laurent et Nicolas au SDF :
 






Au bilan, environ 80 passages jusqu'à 17h : immense succès !


Merci et bravo  toute l'équipe !

 
 

 
 
Repost 0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 12:53


La Ciotat - anciennes carrières du Loin - site d'escalade de l'Etoile Noire - secteur SDF : à 11h, tout est installé pour l'arrivée des premiers participants : l'accueil, la tyrolienne, le parcours aventure, les boissons, sandwichs. Tout le monde est à son poste !

Avant de s'inscrire et souscrire une assurance journalière auprès des charmantes mamans de l'association (Stéf' et Sabrina), chacun est accueilli par un verre de bienvenue : rosé des Vignerons de Roquefort la Bédoule (à consommer avec modération), boissons plus ou moins sucrées, plus ou moins gazeuses et plus ou moins naturelles fournies par Intermarché Carnoux en Provence.
 
Olivier fait son petit discours de président pour inaugurer la journée et c'est parti !

Une trame de contests de grimpe est improvisée : un référent sur les secteurs sélectionnés (SDF, Frigo, Grisbi, ce dernier est vite abandonné pour l'ensoleillement trop intense) note les croix de chacun et le nombre d'essai dans la catégorie "Loisir" (jusqu'au 6b+) ou "Expert" (au delà de 6b).


 



Le plaisir de grimper l'emporte vite sur une quelconque rigueur et l'esprit compétition disparait derrière la bonne vieille émulation devant ses potes. Les lots (fournis par les magasins de Marseille : La Montagne, Au Vieux Campeur, Expé, salles Grimper, salle Bloc Session) seront distribués après coup aux grimpeurs les plus "morts de fin" de leur catégorie.

Quelques clubs ont bien joué le jeu et viennent en force : Progression Verticale, Escalade Club Aubagnais, Gemo Gecko, Aventures Soubeyrannes, ... Les étudiants marseillais (Escaladefac') restent fidèles à l'évènement et arrivent en nombre conséquent quoiqu'en ordre dispersé. Les collègues sont là et prouvent leur amitié en venant partager l'après-midi ou faire la fête le soir.




Les bloqueurs s'engrainent sur les passages ombragées du SDF :

 






Les minots vont aussitôt faire le parcours aventure de l'équipe Bloc Session (voir article par ailleurs) avant de revenir se finir dans la tyrolienne installée par Laurent et Nicolas.

 
 
 

Les autres cherchent l'ombre pour éviter le cagnard du jour : le Frigo est tout indiqué pour cela avec des voies à tester à gauche de "RMIste dalle" dont voici l'ébauche de topo (tout équipé sur rings Brouet Badré galvanisé) - cotations modifiées en juin 2011 :
 

"Golden Parachute" 6c ; belle séquence technique pour approcher le rebord et se rétablir !
"Epaulé bloqué" 5c+ ; un blocage demandant allonge ou astuce.
"Trêve olympique" 5b ; trêve entre les voies facile et le mur dur du secteur, ce dièdre réserve un pas à bras tout en haut.
"Or et flamme" 6c ; une bonne allonge au départ en grattonnant au maximum et surtout une méthode en adhérence sur les rondeurs de sortie : à sensation !
"Triple Flop" 7a ; le 7a le plus classique (c'est un synonyme de "beau" ?) de l'Etoile Noire.
"Poker menteur" 7c ??? ; un départ finaud et une section de sortie terrible où le cerveau bouillonne pour élucider la solution. Sortie possible par "Triple flop" en 7a.
"Fausse donne" 7b ; sortie droite de "Poker menteur" vers la fissure. Celle-ci est bien loin et le balan pour ramener la main gauche est pas mal. Gainage recommandé !
"Jésuite Joe" 7b+
"Drame de jalousie" 7a ; la fissure à verrou par excellence. Celui qui tente de passer en dülfer jurera faire du 7a+ minimum, le spécialiste du verrou sourira en pensant à un petit 6c+. La cotation est vraiment une moyenne ici.
"Concurrence des Royales" 6c+ ; nom toujours dans les références à Ettore Scola, cinéaste italien des années 50 à nos jours. Après le départ en verrou, traversée jusqu'à la barque et rétablissement comme en bloc : marrant !
Puis les voies de Féfé : "The Advengers" 7b+, "Casino Royal" 7c : taillée mais sur-dur dans ce style très à doigts sur un rocher glissant de poussière et de lichen.
"Docteur Folamour" 6b ; le pas sous le relais confirme maintenant le 6b.
En face dans la face éventrée : "La Diagonale" 6c pour l'intégrale avec traversée dans la fissure, franchissement du pas et rétablissement sur la face opposée. Renouvelée grâce à son extension !



 


Au SDF, les boissons et sandwichs généreusement offert par Intermarché Carnoux en Provence alimentent nos grimpeurs.



Le VTT trial est là aussi mais en complète autonomie, preuve de l'intérêt multi-sport pour l'Etoile Noire (escalade, randonnée, footing, VTT, trial, chasse , ...). On réfléchira à une invitation à un show pour la prochaine édition .


 Claude profite de la fraîcheur de l'ombre matinale pour un essai rando dans "Women" 7c.






Le mur du SDF n'est plus réservé à une "élite" puisque l'échauffement peut déjà se faire dès le 5a. au secteur "Loisir" (ou même de venir juste pour ces voies) ; prochainement, un article plus détaillé sur ce secteur.

Encadrés par Lorraine Lenoir, BE de l'Escalade Club Aubagnais, les enfants moulinent dans toutes les voies.


 Nicolas combat à-vue dans "CMEL Roc Trip" 6a+.





La fin d'après-midi, les enfants reviennent du parcours aventure de Matthieu (lire l'article suivant). Le soleil se fait moins violent et l'escalade anime enfin le grand mur du SDF.


Olivier détaille la séquence de départ dans "Assurance Abeille" 6c+.    
   Stéf' ranime sa flamme pour l'escalade dans "Labaladavachou" 6b.

Même Jean-Phi, notre "maître ès équipement", réussit à s'extraire de la pression exercée par ses parcs-aventures et nous rejoint pour la soirée. Avec un bel enchaînement dans "Pile" 7b, il prouve que le talent fait la différence après 6 mois d'inactivité : la grande classe !




La sono est branchée ; la musique peut retentir pour débuter la soirée.


A suivre ...

 
 
 
 

L Union
Repost 0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 12:52


 
 

Génèse d'une renaissance :


Si le versant associatif de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vit encore, c'est d'abord par ce blog tout au long de l'année (même si les mises à jour sont poussives et toujours en retard) et ponctuellement par la grande mainfestation de nettoyage organisée à l'Etoile Noire.
Depuis le dernier Clean Up Day en 2007 (bilan entre 30 et 40 tonnes de déchets ramassés sur toutes les éditions), cette activité sur le terrain s'est endormie : moins de disponibilité des moteurs de l'évenement que sont Olivier et Jean-Phi et bien moins à nettoyer.
En 2008, une tentative d'Apéro-falaise a vu le jour mais la météo ne l'a pas vu du même oeil (annulation).

Doucement, les projets se classent au rang des souvenirs et l'Etoile Noire semble perdre son rendez-vous de mai.

C'est sans compter sur une discussion fort constructive à la fin de l'hiver avec Matthieu Lupo, le dynamique gérant de la salle Bloc Session.
Ses "Blocs qu'on teste" de l'hiver ont été de franc succès et il est très motivé pour soutenir la C.M.E.L. dans l'organisation d'un rassemblement festif en site naturel.

Bingo ! Il n'en fallait pas plus pour remettre la machine en route et relancer la motivation.
Le nettoyage n'est plus d'actualité mais la vie du site, son engouement, sa découverte par de nouveaux grimpeurs sont les éléments essentiels d'un tel rassemblement. Les grimpeurs, tribu grégaire par excellence, raffolent de ce genre de retrouvailles, surtout si la fête est au rendez-vous.





Organisation dans l'urgence :


 Tout s'enchaine :
  • la date est fixée : le samedi 16 mai 2009 (seul week-end sans pont avec un jour férié),
  • le titre est trouvé : "Escalado Bamboulaou" pour bien souligner l'ambiance festive et les racines provençales
  • l'affiche vite bouclée et le matériel minimum est listé : spots lumineux, groupe électrogène, table, câble pour tyrolienne, ...



Au programme : escalade en bloc, voies, parcours aventure par l'équipe de Bloc Session, parcours aventure, apéro, grimpe de nuit et fiesta !!!



Aucune subvention pour financer le tout ; les derniers deniers de la C.M.E.L. y passent et les participants seront mis à contribution : tee-shirt à la vente, boissons, nourriture.

Les réseaux d'amis sont activés, les magasins d'escalade de Marseille sollicités (La Montagne, Au Vieux Campeur, salles Grimper) et les vignerons de Roquefort La Bédoule visités.

La communication sera locale (salles Grimper, Bloc Session, magasins, forum C2C, escaladefac).
Seuls Grimper.com et Slack.fr jouent le jeu et publie notre promotion. Carton rouge aux autres sites web d'information verticales !



Année après année, l'expérience s'accumule mais sert plus à réaliser dans l'efficacité les aménagements en toute urgence qu'à organiser solidement en avance.
La C.M.E.L. rompu à l'improvisation à la roots prépare le minimum vital et improvise le jour même dans une ambiance free-ride !!!


La mairie autorise l'évenement ; merci pour ce soutien léger mais essentiel !


 Que serait un rassemblement sans ses couleurs disctinctives ?

Même sans le budget, il faut un tee-shirt.


La couleur 2009 sera le bleu : turquoise pour les adultes et bleu azur pour les enfants. Pas d'erreur de taille cette année !
Pour la conception du dessin, aucun talent graphique n'est détecté dans l'équipe. Nous nous reportons vers l'imprimeur Nota Bene qui bricole vite fait un croquis sur nos consignes :
  • un équipeur sous les traits de Féfé (Fernando Ferreira, le flamboyant développeur de l'Etoile Noire dans la fin des années 80) reconnu par son look (barbe et cheveux longs) et ses coups de perfos dans le rocher.
  • Il est représenté en taillant les lettres de l'Escalado Bamboulaou sur le rocher de l'Etoile Noire.

Le résultat est loin de notre imagination (peu de ressemblance avec Féfé, les lettres font plus taggées que gravées, le perfo fait figure d'intrus, les dégaines sont grossières) mais il a l'avantage d'exister.

C'est le principal !


Le service Cadre de Vie de la mairie de La Ciotat réussit à libérer une équipe pour répondre à notre demande : débroussaillage de l'esplanade du SDF. Un grand merci pour cet aménagement simple mais si agréable pour les assureurs au pied des voies !

Samedi matin, certains se libèrent à peine de leur vie professionnelle pour courir finir les derniers préparatifs : fléchage, balisage des secteurs. Entre-temps, Matthieu Lupo, Yann Finateu, Claude Cerruti et son équipe de Bloc Session ont installé le parcours aventure, Laurent Collu et Nicolas Rossero tendent le câble de la tyrolienne, Stéfanie Golfier, Olivier Didon et Michaël Robinet mettent en place l'accueil au SDF.




A l'ombre, l'accueil abrite un trésor : la "glacière" géante remplie de sandwichs, salades, fromages, charcuterie. Les boissons sont au frais. Le grimpeur peut déjà venir se restaurer Merci à l'Intermarché de Carnoux en Provence !
 
Lolo règle la tyrolienne !
 
Vincent Scharwatt, le Bleausard alsacien joue les hôtes devant l'affiche de la C.M.E.L. (à noter l'invalidité du mail ...).

Ci-contre, Jean-Jacques Oller, fidèle des Clean Up Days, arme le reflex pour couvrir la journée.
 




A 11h, samedi 16 mai 2009, les premiers participants arrivent et ils sont accueillis par un pot de bienvenue. Les inscriptions peuvent commencer.

Ouf ! Prêt à la dernière seconde !!!


 

 




Samedi matin, certains se libèrent à peine de leur profession pour courir finir les derniers préparatifs : fléchage, balisage des secteurs. Entre-temps, Matthieu Lupo et son équipe de Bloc Session ont installé le parcours aventure, Laurent Collu et Nicolas Rossero tendent le câble de la tyrolienne, Stéfanie Golfier, Olivier Didon et Michaël Robinet mettent en place l'accueil au SDF.
Repost 0