Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 10:30

 

 

La mode des trails sévit et draine de plus en plus d'adeptes. Courir dans la nature sur divers profils est un effort plus séduisant que l'équivalent bitumeux des courses d'endurance.

Les organisateurs d'évenements se professionalisent pour accueillir des foules de plus en plus denses.

 

Loin des "usines à dénivelé" fleurissant sur la moindre colline, le CAF de Marseille-Provence prépare tranquillement l'antique "Cross des Calanques".

Point de "prize money" alléchant à l'arrivée, point de ravitaillement gargantuesque mais la simplicité d'une course qui garde ses valeurs d'origine : traverser les Calanques par les crêtes de Callelongue à l'auberge de jeunesse de La Fontasse (sur le plateau coincé entre la Gardiole, En-Vau et Cassis). Environ 20 km d'effort sur sur les chemins cassant du massif.

Une règle simple : quelque soit l'itinéraire emprunté, rejoindre l'arrivée avec les points de passage obligatoire (sommet de Marseilleveyre, col de Morgiou, col de Sugiton, col de la Candelle).

 

Aucune publicité n'est faite pour éviter justement la sur-fréquentation sur un terrain déjà éprouvé. Les inscriptions sont limitées à 130 participants.

Ce sont donc les locaux essentiellement qui sont là et quelques "étrangers" mis dans la confidence.

 

Comme le dit le speaker au départ en ce dimanche 7 février 2010, "voici la plus belle course du monde !"

 

 

 

 

 

DSCN5081rec reg red comp

 

 

 

 Le vainqueur de l'édition 2010 : Benoit Laval (l'activité de ce trailer stéphanois sur son blog et le résumé de l'épreuve).DSCN5080rec reg red comp  DSCN5094rec reg red comp
 Les "grands gibiers" sont en liberté ; c'est le panneau qui l'annonce  !DSCN5098rec reg red comp  Quelques sardines dans les Calanques DSCN5101rec reg red comp

 Dans le replat avant la Gardiole !

Gilles encourage la casaque rouge de Jean-Michel ...DSCN5108rec reg red comp

Anne Breugnaux, première féminine.

DSCN5115rec reg red comp

 

 

 

 

 Fabienne Rai, deuxième femme ...DSCN5116rec reg red comp  ... et Carine Maze, troisième cette année (victorieuse en 2009).DSCN5130rec reg red comp
 Victime d'un état de sur-forme lors du sur-entrainement sur le parcours, le brillant Gilles Bernard a dû déclarer forfait pour sur-blessures tendineuses . Ses temps de référence lui assuraient un chrono canon. Dommage ! Reste les photos et les encouragements pour les collègues !DSCN5132rec reg red comp  Carine et Fred en finissent.DSCN5137rec reg red comp
 DSCN5141rec reg red comp Arrivée à l'auberge de jeunesse de la Fontasse avec paëlla pour les participants.DSCN5143rec reg red comp

 

 

 

Les résultats et le résumé sont à lire sur le site du CAF de Marseille - Provence.

Entrainez-vous pour l'édition 2011.

 

 

 

 

Repost 0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 10:38




Atterrir sur le parking de sa résidence et respirer le grand air en confirmation de sa ferme intention d'aller grimper en cette magnifique journée d'hiver comme la Provence sait nous en gratifier !

L'esprit encore tourmenté par les différentes options qui s'offrent à nous après avoir compulsé inefficacement la collection de topos locaux, l'absence de décision perturbe.


Et là, en levant les yeux, la simplicité de la logique se dévoile d'un regard : le bandeau dominant Marseille semble étincelant comme les vitrines clinquantes de la saison festive et son antenne la pointe de son doigt effilé :  La Grande Etoile.

 

 

 

DSCN4969rec reg red comp

 

 

Une face sud, un panorama urbain mais grandiose, un équipement au top (scellements) et ... un rocher exigeant !

Pour les voies en 4, l'extrémité gauche égrène les rares lignes.

Pour le 5, la douzaine de voies est parsemée dans le recoin des dièdres et fissures. Assez pour une séance ?

La falaise est vraiment désignée pour le sexogradiste qui saura se donner des combats dans les 6a retors du coin : exigence est le maître mot.
Fidèle vestiges d'une époque où le 6a était un palier important et le franchir, une étape marquante dans la carrière d'un grimpeur, l'Etoile à l'instar de falaises historiques comme la Sainte-Victoire par exemple est une paroi qu'il faut apprivoiser. Pas de croix facile ou alors dans un bon état de forme, avec la collante et la bonne technique.

 

Le pas de bloc féroce est une règle locale mais hors des départs surplombants, on trouve aussi des voies conti'. A dénicher !

 

 

 

A l'extrême gauche, le mistral souffle encore sur ce 5b fissuré. Au-delà, l'enfilade de surplomb se perd à l'horizon.DSCN4987rec reg red comp  DSCN4991rec reg red comp  DSCN4997rec reg red comp

 

 

 

"Arête ouest" 4c ; attention à la construction branlante empilée à gauche !DSCN4981rec reg red comp

 Un pur dièdre bien protégé : "La Dulf" 5c.

 

DSCN5012rec reg red comp

 

DSCN5000rec reg red comp

 "Valentin" 5c+ : petite prise sous le surplomb puis mouvement physique pour se rétablir.

 

DSCN5001rec reg red comp

 

 

 

 

 

 

DSCN5016rec reg red comp

 Irrisation rosée au coucher du soleil !

D'un coup, la température perd 10° DSCN5022rec reg red comp

 

 

Souvent délaissée, cette destination aux portes de Marseille est pourtant digne d'intérêt.

Le mistral modéré est bien arrêté (mais les rafales passent s'il est puissant), l'effet du soleil est renforcé par l'effet réverbérateur du calcaire blanc. A l'ombre seulement en fin d'après-midi (17-18h en plein été ?).

Les voies sont innombrables et l'équipement béton.

 

Que demander de plus ?

Une marche d'approche moins pentu depuis le parking de Palama ? Des cotations plus flatteuses pour l'ego du grimpeur moderne ? Du rocher qui déroule avec plus de bacs ? Le double de hauteur ?

 

Stop ! Pour ces critères, allez à la salle  !

Ces caractéristiques sont celles d'une falaise avec sa personnalité bien marquée.

Alors, (re-)découvrez la barre de la Grande Etoile !

 

 

 

 

 

Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 10:33





Pour étoffer la maigre information dont dispose un grimpeur lors d'une lourde blessure des doigts, nous relayons l'expérience de Caroline Ciavaldini, grimpeuse de haut niveau basée dans la région, membre de l'équipe de France, qui a subi une rupture de poulie :

 

"Petit message aux grimpeurs blessés...

Pour information sur le traitement des traumatismes de poulie, contacter Seb Gnecchi, Il a écrit un livre ["Pathologie de la main et des doigts en escalade"] avec le Dr Moutet, notre chirurgien "spécial grimpe" en France, qui sait reconstruire une poulie !!!
Mais avant de passer à l'opération, l'échographie est indispensable pour le diagnostic ... pas n'importe quelle écho ... conseillées : les cliniques Maillot à Grenoble et clinique Juge à Marseille !"

 

 

A relire dans la rubrique "blog" sur le blog de Caroline Ciavaldini avec la suite de son traitement, rééducation et reprise de l'escalade ! 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 12:38

 
 
 


Connaitre les subtilités et les micro-phénomènes du climat phocéen ne suffit pas à se prémunir de l'enthousiasme provoquée par les prévisions de Météo France.

Voir un "beau soleil souriant" sur une carte lève toute méfiance quant aux différents signes qui pourraient entacher une si belle journée.


Oui, en Provence, l'absence de vent en hiver laisse entrer une lègère couche de nuage qui masque frigorifiquement les rayons du soleil !!
Oui, il n'y a de salut que quand le mistral souffle ... surtout à force modérée !!

Gonflé d'envie à l'idée de passer une journée idyllique comme le Sud en réserve à ses grimpeurs, se dorant la pillule en ricanant à l'idée des "nordistes" leurs gouttes au nez, transis de froid dans leur neige, le grimpeur phocéen se dirige allégrement vers un spot bien orienté pour gouter à tous ces plaisirs.
En guise de récompense à cet abus de confiance, un ciel gris digne d'un hiver nucléaire et une brise rafraichissante en d'autres saisons mais à notre époque, bien glaçante .
L'idée de visiter une face sud dans ces conditions semble une bonne idée. Sauf que l'ouverture à un effet venturi au sommet d'un col en accentue le petit vent : trop froid !

C'est ainsi qu'une cordée parmi tant d'autres se fait piéger en voulant visiter le Jardin Japonais, une charmante barre à mi-chemin entre le Croupatier et le Baou des 4 Ouros.
L'approche est longue mais régulière et la disparition de la végétation depuis l'incendie de l'été 2008 ne gache pas ce panorama si typique des hivers septentrionaux : gris, rocailleux, froid.

 

 

 

DSCN4911rec reg red trace comp

 

 

 

Dans les virages, le secteur Tropico (voies rééquipées et quelques nouveautés) annonce déjà la couleur : un petit courant d'air qui s'insinue malgré les fibres les plus techniques de l'industrie moderne .
Deux lacets plus loin, la falaise en bordure de col est encore plus exposée à cet invité gênant.
La satisfaction d'être arrivé et de découvrir les lignes naturelles qui nous appellent de leurs bacs généreux est vite remplacée par un sentiment culpabilisant après une longue route et une toute aussi longue marche d'approche : "et si on abandonnait !"

Histoire de valider la première fois sur ce site, il convient de céder aux avances de ce dièdre évasé teinté d'un discret orangé de calcites et de trous de taille variée : "Premier soupir".
Cette voie est rééquipée en rings et porte le label des travaux parfaits du gang toulonnais d'équipeurs. Raide et athlétique, le 5c+ est bien caractéristique du style local qu'on affectionne pour venir le retrouver : des bonnes prises, de la continuité et des passages où il faut serrer les prises un peu plus fort.

Cette incursion sur le calcaire abonde dans le sens de la conclusion pressentie : première, ... unique et dernière voie. Trop froid !

On plie les gaules fissa.

Et pourtant, ce site remis au gout du jour avec un rééquipement intégral en rings et quelques nouvelles voies est une destination à renouveler tant le calcaire et les lignes paraiisent belles ...

 

Se replier à proximité (Croupatier, Tropico, Baou des 4 Ouros) semble inutile tant les orientations et donc, les conditions seront identiques.

Retour au parking, visionage express du topo et objectif reporté dans la vallée, protégé de la pinède : Le Revest et le site de Ragas.

Au passage, on remercie la bonne idée d'affirmer un départ matinal : il reste encore toute l'après-midi pour grimper.

 

 

DSCN4930rec reg red comp DSCN4935rec reg red comp 

 

 

Le lac formé par la retenue du Revest offre de jolis pastels entrecoupés par les pins le bordant : le bain est tentant ... mais interdit !
Le rocher gris est froid mais les voies sèches sont suffisantes pour se donner émotions, réchauffement et satisfaction  .

 

L'exigeance technique est plus marquée dans les voies dures.

La variété du relief permet différents styles d'escalade : dièdre herbeux (photo ci-dessous), murs fissurés à gros bacs espacés ("Sex, fringues et chocolat"),  à la fissure ("La Dame du Lac") et du mur compact ("Les remparts de Maguelone").

Pour une fois, les 3 étoiles du topo servent à resserrer le choix dans un créneau horaire étriqué.

 

 

 

DSCN4947rec reg red compSecteurs XS et Pitchounes.
 DSCN4939reg red comp
 DSCN4942rec reg red comp

 A l'assaut du dièdre de "Le fou, le bavard et l'amulette" 4b+.

 

DSCN4944rec reg red comp

 

 

La nuit accompagne les dernières tentatives et la fermeture est prononcée : retour express à Marseille pour assurer le planning des baby-sitters.

 

 

Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 10:54

 

 

 

 

Sans plafond nuageux, les spécialistes météo le répètent à chaque flash d'informations : les nuits sont glacés.

 

Alors quand le soleil pointe les jours suivants, l'incompréhension s'empare du grimpeur rejoignant prestement son rendez-vous au col de Sormiou : quelle est cette file ininterrompue de voitures alignées sur le bas côté. L'appel du beau temps a fait sortir la ville entière pour attirer autant de véhicules jusqu'aux abords de Colline de Lun ?

DSCN4873rec reg red comp

 

En s'aventurant dans les premières pentes du col, la raison s'étale brillamment sur la route  : un épais bandeau de glace recouvre la chaussée interdisant une adhérence suffisante.

 DSCN4877rec reg red comp

 

 

  Marche arrière pour se garer sagement comme tout le monde !

 

On ne peut s'empêcher de penser aux habitants de Sormiou qui se retrouvent ainsi bloquer pour quelques jours.

 

 

DSCN4871rec reg red comp DSCN4872reg red comp 

 

 

 

Ce phénomène naturel n'entame en rien la volonté farouche des grimpeurs de toucher le calcaire des Calanques.

 

Ainsi le petit secteur de Circus Collègue est la destination de plusieurs cordées.

Abritée du Mistral, cette falaise est particulièrement technique pour les grimpeurs de 5-6. Arquer sous le froid peut même devenir douloureux.

 

 

 

 

DSCN4881rec reg red comp

  Même le plus acharné pourfendeur de "moulinettistes" deviendrait-il un apôtre du 7b+ de 4 mouvements ? 

 

DSCN4882rec reg red comp

 

La vue sur Riou demeure magique et on observe la pointe de Cortiou, potentielle future "Zone de tranquilité".

 

 

Même pour une paire d'heure, grimper avec les collègues et contracter un peu les fibres musculaires est toujours un plaisir. Regagner la voiture en tentant la descente du "toboggan" glacé comme dans notre enfance en est un autre

 

 

Repost 0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 10:47

 

 

 

Bassiné par la ritournelle du réchauffement climatique, l'habitude de ces hivers mous s'était ancrée dans les mémoires et dans les tissus.

Or, en matière de souvenirs météorologiques, l'esprit humain s'appauvrit rapidement au point d'oublier le temps au-delà de l'année précédente.

 

Quand déjà la saison 2008-2009 renouait avec des températures logiques, tout le monde était surpris. Alors cette année, le mauvais temps plonge la Provence dans la sinistrose au même titre que le reste du territoire : peu de soleil, de la pluie, du vent, du froid et même de la neige. La crainte de l'épisode de janvier 2009 est si forte qu'elle bloque les intempéries aux portes des quartiers Nord de Marseille.Ouf !

 

Mais tout ceci n'est que le signe d'un véritable hiver tel qu'il était vécu par nos grands-pères (et même lors de nos jeunes années).

 

Toujours est-il que le grimpeur phocéen déprime et découvre la vie difficile du chasseur de paroi sèche comme le font les motivés grenoblois par exemple.

 

Reste quelques spectacles naturels plus réjouissants comme ces draperies nuageuses ou ses guirlandes cristallines sur un sapin post-Noël.

 

 

 

P1000616rec reg red comp

 DSCN4846rec reg red comp

 

 

 

Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 17:26

 

 

Comment rendre mémorable une commune soirée de fin d'année ?

 

 

Maintenir un rendez-vous d'escalade malgré l'avancement prononcé d'une journée de décembre.

 

Inverser les rôles en jouant le client en second dans une voie aisée.

 

Dispenser en long et en large tout son savoir ennuyeux pour rappeler la technique vitale de l'assurage au relais (surtout quand on se destine à en être l'objet d'assurage) .

 

Démarrer cette voie de plusieurs longueurs certes facile, mais 1h avant le crépuscule.

 

Pressentir l'arrivée imminente de la nuit et offrir généreusement son unique frontale au départ de L3, la plus longue et délicate des longueurs (4c/5a).

 

Balayer copieusement la paroi de droite à gauche et inversement tout en progressant à un rythme mesuré, histoire de créer un ballet lumineux du plus bel effet.

 

Rejoindre prestement le relais et partager son enthousiasme débordant avec la leader qui elle, à l'inverse, a épuisé ses dernières forces dans cette longueur devenue effrayante par l'assombrissement de l'ambiance nocturne.

 

Proposer logiquement d'assumer la suite en tête.

 

Entamer une négociation fugace quant à la meilleure disposition pour cloturer la voie : descendre en 3 rappels ou grimper une ultime longueur très abordable malgré le noir enveloppant.

 

Conclure la discussion grâce à l'intervention d'un quidam hélant notre cordée sur ses capacités à l'autonomie et à réussir sereinement l'accès au sommet sans aide extérieur.

 

A la lueur de l'éclairage bleu intermittent produit par son véhicule sur le "balcon" voisin, reconnaitre finalement en ce "samaritain" à la voie de Stentor, un membre du bataillon des Marins-Pompiers (ou autre organe de secours). Sans doute alerté par un cabanonier inquiet de voir cette lueur isolée dans la falaise, il est venu vérifier si tout allait bien.

 

Le rassurer sur notre santé mentale et physique .

 

Le convaincre de nous laisser à notre sort et à notre volonté farouche de finir seul dans la nuit.

 

En grand prince, céder logiquement la frontale à sa compagne pour la rassurer dans cette dernière ascension et du coup, se gaver en tête, ... en baskets et dans un clair-obscur savoureux en faisant le plein de sensations sur ces gros bacs.

 

 

Et oui ! Rien de plus simple que d'achever l'année 2009 par quelques émotions maitrisées mais complétement impromptues. Le théatre de ces réjouissances improvisées était dans la classique patinée de "la Paroi Noire" (son nom fut justifié ici ) au Crêt St Michel.

 

  DSCN4742rec reg red comp  DSCN4746rec reg red comp

 

 

 

PS :

Désolé d'avoir fait déplacé un véhicule de secours pour rien.

 

 

 

 

Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 22:22

 

 

 

 

 

Au détour des news du web, l'annonce du prochain film de Michaël Youn sur la biographie de son personnage de rappeur bling-bling, j'ai nommé "Fatal Bazooka", réveille quelques souvenirs ...

... une voie du même nom ... à l'Abri-bus.
Occupant la colo' de la grotte de droite, cette voie libérée par Jean-Luc Jeunet avait été annoncée comme 7c+ : un jeté sur la lèvre puis un rétablissement avec les micro-croutes et le final sur de belles écailles crochetantes.

 

Depuis la grande mode en 2008, le site de l'Abri-Bus est un peu retombé dans le calme et les répétitions n'ont pas dû être légion.
Ce "battage médiatique" décalé donne envie d'y retourner ...

 

 

L'hiver 2009-2010 dépasse encore celui de l'année dernière dans les caractéristiques rigoureuses de la saison : pluie fréquente, froid , grisaille. Même la Provence ne peut résister à pareil invasion des dépressions.

Alors, forcément, les dévers à colonettes résurgent longtemps.

Quand le soleil perce à nouveau, il éclaire le ciel d'un bleu puissant et il faut profiter du créneau.

 

 

DSCN4644rec reg red comp

 

Pas évident de trouver son bonheur pour le grimpeur de 5 !

La section technique des "Acharnés" n'est pas évidente pour un 6a.

  A l'extrême gauche, le mur agressif de "l'embuche de Noël" en 6a+ sert d'échauffement pour les doigts.DSCN4896rec reg red comp

  Les glaçons fraichement dégringolés des dévers tempèrent l'impression : c'est bien l'hiver !

 

DSCN4890rec reg red comp

  Le départ des "Fiançailles" en 6b est rude. Il faut s'accrocher pour gouter aux 2/3 suivants de toute beauté.DSCN4903rec reg red comp

 

 

A l'Abri-bus, les lignes faciles sèchent rapidement et parmi les projets, c'est celui de "Commandant Sylvestre" qui est le plus vite en conditions.

Juste à gauche de "Capitaine Flamme", cette ligne en 7b fut souvent répétée à-vue car la lecture est à la fois instinctive et évidente dans le dernier crux.

 

 

DSCN4651rec reg red comp  DSCN4660rec reg red comp

 

 

 

Le premier passage fait serrer une pince fuyante à droite et remonte le pied gauche sur la bonne marche. Les clés de la réussite passent par une bonne saisie du bac en main gauche, bien insérée en verticale au maximum vers le haut et une orientation de la pointe du pied qui repousse l'impression de pousser avec la cheville en torsion.DSCN4906rec reg red comp   Il est possible aussi d'aller prendre quelques croutes à gauche avant d'envoyer sur l'inversée (avec le pouce d'abord ?).DSCN4671rec reg red comp

  Ne pas dédaigner cette bonne marche car ce sera le meilleur repos pour se préparer à la suite. En se calant bien les pieds, on peut délayer patiemment.

 

DSCN4678rec reg red comp

 De lecture évidente, le crux réclame la saisie de cette inversée main droite et de tracter dessus pour aller chercher une goutte d'eau sur le rebord assez loin. La bonne mise en place des pieds en s'aidant des règles à droite est primordiale.DSCN4699rec reg red comp

 

 

Laisser passer les mois voire les années pour entreprendre à nouveau le travail d'une voie déjà conquise permet de s'enthousiasmer comme au début pour de jolis mouvements. Sans pression de l'échec, le retour au parking est plus léger.

 

Pour des chantiers plus conséquents des Dansaïres, il faudra attendre la plus grande stabilité de la météo afin de réduire les résurgences.

 

 

 

 

Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 14:06

 

 

 

Issus de la tradition allemande, les marchés de Noël, avant d'implanter leurs chalets miniatures dans la plupart des centres-villes français, sont surtout connus en Alsace.

 

Référence de ce rendez-vous consumériste (à l'outrance maintenant ?), Strasbourg est envahi d'une foule se déversant d'innombrables bus durant les semaines précédant les fêtes de fin d'année.

 

 

Noel-2009 5867rec reg red comp  Noel-2009 5827rec reg red comp  Noel-2009 5875rec reg red comp

 

 

L'immersion dans ce bain mouvant et odorant (omniprésence des senteurs de cannelle, ingrédient essentiel du vin chaud, breuvage réconfortant et coulant à flots ici) saturera vite le grimpeur épris d'espace, de nature et de calme .

 

 

 

La grisaille et le froid vif ne l'empêcheront pas de rendre une visite de courtoisie aux rochers rouges des contreforts vosgiens.

 

Tout démarre par quelques excursions digestives sur ces sentiers de randonnées parfaitement aménagés du balisage au confort de marche (chemin forestier sur terre tapissée d'épines de pins molletonnées ; dénivelé régulier sans à-coup).

 

 

DSCN4188rec reg red comp

 DSCN4183reg red comp

 

"Billebaum" ou "Bilderbaum" : reste de tronc d'un hêtre agé de 350 ans aux dimensions impressionnantes (circonférence de 615 cm) abattu par une tempête en mars 1989.

 

 

A quelques encablures du rocher Dabo, les branches effeuillées s'écartent sur un grès cramoisi. Le Krapenfels est une falaise partagée avec le faucon Pélerin (en témoigne ces grands traits blancs tracés non pas par un grimpeur écervelé mais par la production naturelle de ce rapace). Sa nidification est préservée par arrêt temporaire de l'escalade sur ces parois au printemps.

 

 

DSCN4192rec reg red comp  DSCN4189rec reg red comp

 

 

 

Pour les amateurs, sachez que quelques nouvelles voies sont décrites dans la dernière édition 2009 du topo des Vosges du Nord.

 

 

 

DSCN4195rec reg red comp

 Ces couleurs, ces sculptures naturellement façonnées !

Une tentation et un appel aliénant pour le grimpeur !

 

DSCN4191rec reg red comp

 

 

 

 

 

Au retour, le pélerinage fera un détour par l'ultra-classique Kronthal.

Le spectacle de quelques équilibristes de la réglette récompensera la rêverie d'une prochaine visite plus sportive cette fois-ci.

 

DSCN4586rec reg red comp

Haut-lieu de la combinaison extrême, la grotte de la Salpêtrière est le rendez-vous incontournable des acharnés du blocage puissant.

 

DSCN4590rec reg red comp

La traversée de "l'Aven Armand" 7c+.

 

 

DSCN4594rec reg red comp

 Echauffement dans "le marquis de sable" 6c ?

 

DSCN4595rec reg red comp

 

 

 

 

 

Et si avec toute cette promotion pour l'Alsace, cette région si dépaysante pour le Phocéen, la C.M.E.L. n'arrive pas à négocier de solides émoluments en nature (vins blancs et autres spécialités locales), alors l'effort sera vain .

 

Ou il donnera à quelques lecteurs clairsemés la destination de prochains Roc Trip ...

 

 

Repost 0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 12:02

 

 

 

Suite à l'article précédent, les "Réserves Intégrales" soulèvent des débats intéressants pour la préservation de l'environnement.

Le but initial du Parc National est de protéger la faune et la flore des Calanques contre les nuisances humaines et la sur-fréquentation.

La position des usagers des activités douces dites de pleine nature (randonnée, escalade, VTT, kayak) est d'optimiser une politique d'éducation du grand public par l'information et la communication à l'opposé d'une politique aveugle d'interdictions totales sans concerations.

 

 

Attachons-nous essentiellement aux oiseaux puisqu'ils représentent la majorité de la faune locale.

 

Avec sa géologie de falaises terrestres et surtout maritimes, les Calanques sont un refuge pour de nombreuses espèces dont certaines sont protégées (Faucon Pélerin) et parfois en voie de disparition (Aigle de Bonelli par exemple).

 

En généralisant, la période sensible pour les oiseaux est celle de la nidification.

Pourquoi appliquer une interdiction rigoureuse toute l'année alors que la période critique ne couvre que quelques mois ? Pourquoi ne pas s'appuyer sur des formules qui ont fait leur preuve ailleurs et les appliquer intelligemment dans les Calanques ?

 

On peut s'étonner de voir qu'en France, chacun dresse des règles dans son coin sans utiliser ce qui fonctionne dans d'autres régions (en passant, c'est aussi valable pour les Comités Départementaux de la FFME).

 

 

Deux points sont essentiels dans la protection de l'environnement :

  • Un choix justifié et argumenté de l'interdiction si elle doit intervenir (en dernier recours) ;

 

  • L'éducation du grand public et pour notre sujet, en particulier les usagers (grimpeurs, randonneurs).

 

Une interdiction si elle est justifiée et clairement expliquée sera plus facilement admise par les usagers et donc, respectée.

Pour la justifier, il faut qu'elle soit géographiquement ciblée et fixée temporairement selon les périodes sensibles.

 

L'observation précise et régulière des oiseaux protégés permet de suivre leur nidification et de déterminer l'emplacement des nids pour chaque saison.

Il sera simple de charger des agents du futur Parc d'observer et d'argumenter ensuite une zone d'interdiction qui sera effective à partir de la nidification constatée (et pas seulement en vertu des dates théoriques) et levée lors de l'envol des petits.

 

L'éducation du public passe par une communication claire et intelligemment diffusé.

Rien ne sert de mettre seulement un panneau d'interdiction au pied de la falaise sensible : après une heure de marche, les randonneurs auront quelques difficultés à renoncer à leurs projets (c'est humain ou plutôt "français").

Il faut donc avertir le plus en amont pour que les grimpeurs ne projettent pas leur sorties dans une zone sensible.

Les moyens modernes que sont Internet semblent le plus efficaces pour communiquer en temps réel.

Des panneaux d'informations sur les parkings habituels mentionneront le rappel à la protection et l'avis sur les endroits précisément qui sont occupés par un nid et son couple de parents.

Si on veut la diffuser au maximum, l'information doit aller au devant du public et il ne doit pas aller la chercher car ce serait le meilleur moyen de ne pas être averti.

 

 

 

 

DSCN4201rec reg red comp DSCN4299rec reg red comp 

 

 

 

 

L'exemple pratique d'Arguibelle (site des Pyrénées au sud de Pau) est intéressant : sur l'unique parking, l'information sur les oiseaux migrateurs est immanquable.

 

Les nombreux secteurs sont représentés sur un plan et pour chacun, la mention "Ouvert" ou "fermé" (à la manière d'un col de montagne) est affiché. En fonction des observations des oiseaux migrateurs, les secteurs sont autorisés ou non suivant la présence d'un couple d'oiseaux en pleine nidification.

 

 

 

DSCN4301rec reg red comp  DSCN4300reg rec red comp

 

 

 

 

 

Autre exemple : en Alsace, les Vosges hébergent de nombreux faucons pélerins. Les falaises sont partagées entre ces oiseaux et les grimpeurs et temporairement fermées lors de la nidification.

 

On peut donc envisager sur les parkings, ces panneaux qui permettraient aux grimpeurs ou randonneurs de modifier aussitôt sa destination.

 

A l'inverse, une interdiction complète à l'année serait mal perçue et mal comprise si les couples ne nichent pas régulièrement. Dans l'esprit frondeur du français, elle ne serait pas suivi.

 

Espérons que les discussions seront sages et sauront trouver un fonctionnement de cette nature.

L'association "Des Calanques et des Hommes" oeuvrent dans ce sens ...

 

 

 

 

 

 

Repost 0