Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 21:49

 

 

 

Fortement décrié à sa sortie en 2006, le topo du Verdon édité par le club Leï Lagramusas refait peau neuve à l'occasion de cette édition 2010.

 

 

Les deux auteurs Philippe Légier et Fabien Ristori ont conservé la même identité visuelle : couverture sur fond noir, maquette listant les voies dans trois chapitres distincts (les couleurs d'encadré sont plus "modernes") pour les "grandes falaises", pour l'Escalès et Rive gauche (c'est à dire les parois du Duc, Encastel, Cavaliers, Estellié, Maugué qui auraient mérité un chapitre indépendant) et pour les "petites falaises".

 

 

 

 

Verdon topo 2010 Couverture red comp

 

 

 

 

Autres bons points :


  • Un listing des voies aventures (non équipées) énumère le détail du matériel spécifique à emporter (plombs, nombre et sortes de pitons).

 

  • Outre l'introduction, les pages d'accès sont traduites en anglais et regroupées à la fin de l'ouvrage. Un bon point en faveur des visiteurs étrangers !

 

  • Les pages de pub sont concentrées dans la première moitié du topo (6 demi-pages, 3 pages complètes et 3 pages de couverture). Les visuels seront encore à améliorer du côté des annonceurs pour mieux se fondre esthétiquement dans l'ensemble.

 

  • Le prix reste serré à 28€. Pour une telle densité d'informations, c'est un bon rapport qualité/prix.

 

 

Les critiques étaient nombreuses dans l'article de janvier 2008. Avec satisfaction, ce nouvel opus en corrige et en améliore un grand nombre :

 

  • Les explications ont été étoffées aussi bien dans l'introduction avec plus de textes sur les gorges (histoire), sur le lexique du topo mais aussi et surtout sur les accès qui étaient bien maigres pour le grimpeur en première visite. Pour une épaisseur équivalente (les feuilles sont plus fines), le nombre de pages témoignent de l'augmentation (+58 pages). Toujours rien pour le descriptif du style (dalle, mur, dévers), la sensibilité aux vents dominants, les horaires d'ombre ou d'ensoleillement mais ce sont des détails !

 

  • Pour les accès, en plus du texte précis, des photos spécifiques indiquent les sentiers et de nouveaux schémas sont apparus pour préciser certaines approches. C'est un gain de sûreté (si le tracé est juste ?).

 

  • Les orientations du secteur décrit sont affichées par une pastille sur chaque page : une information utile pour la recherche de l'ombre ou de l'ensoleillement.

 

  • Un nouveau pictogramme reprend sa place pour mentionner le nombre de dégaines nécessaire au-dessus des 12 habituelles. De plus en plus de nouvelles voies ont des longueurs de 50 m avec beaucoup de points à clipper.

 

  • Des commentaires sont ajoutées sur l'exposition, les longueurs rééquipées indépendamment du reste, la longueur hors normes de certaines longueurs (50 mètres et plus), les friends inhabituels nécessaires et d'autres (lampe frontale si on traverse un boyau).

 

  • Les cotations et les tracés sont parfois ajustés (même s'il reste encore nombre d'erreurs d'après les spécialistes ; par exemple, l'accès pour "les mains dans le sel").

 

  • Les cotations obligatoires gagnent du terrain et sont associées à une majorité de voies pour renseigner sur le niveau minimum et l'engagement. Il en reste encore quelques-unes à compléter.

 

  • Le contraste des photos des tracés sont homogénéïsé (quelques photos reprises sont moins nettes et moins précises (par exemple Estellié)).

 

  • Les photos d'illustration se sont multipliées tout en étant renouvelées et surtout légendées. Enfin, on sait dans quelle voie le grimpeur est représenté.

 

  • Le fameux index des voies est inséré à la fin du livre.Une aide forte utile !

 

  • Une table des matières indique les numéros de pages pour chaque sous-chapitre et permet de retrouver rapidement un secteur décrit sur le plan voisin.

 

 

  L'avancée est déjà considérable. Il manque encore quelques détails comme :

  • La mention du rééquipement : l'année de rééquipement, les noms des rééquipeurs. Par respect pour leurs travaux, c'est déjà un juste retour des choses et puis, c'est une information utile pour savoir si les points sont d'origines (vétusté des plaquettes), avoir une indication sur l'espacement et donc l'engagement : un rééquipement des années 80 n'aura pas le même espacement que celui des années 90 et 2000. 

 

  • Quelques portraits d'équipeurs historiques ou actifs comme Pascal Faudou, Bruno Clément, Lionel Catsoyannis par exemple. Des anecdotes sur les ouvertures, des répétitions à la manière d'un Jean-Michel Cambon dans ses topos de l'Oisans. Pour la grande et les petites histoires des Gorges du Verdon, les auteurs orientent "les Fous du Verdon", le magnifique recueil de Bernard Vaucher (Barney). Sans trop rajouter de pages, ce serait quelques insertions récréatives éclairant certaines voies sous un autre jour.

 

Bon, un petit effort pour l'inscription des rééquipements, quelques corrections d'accès et de tracés et ce sera encore mieux !

 

 

 

 

Parmi les relecteurs qui ont aidé à la correction des épreuves, citons nos amis phocéens :

  • Hervé Guigliarelli et son oeil exercé pour repérer les coquilles du texte et surtout pour sa connaissance du terrain d'aventure dans les Gorges.
  • Jean Devaud pour son amour du Verdon, sa connaissance de nombreux itinéraires et la précision de ses répétitions dans des voies parfois peu fréquentées. A noter sa propre création "So-niac" au Maugué.

 

 

D'anciennes voies peu connues reprennent leur place dans ce topo.

A ce titre, citons par exemple le retour des "marins perdus" à la paroi du Duc. Eclipsée par la proximité d'une voie moderne de Graou, cette ouverture géante est le fruit d'une équipe d'artificiers centrée autour du légendaire  Gilles Crespi accompagné des fidèles Jean, Hervé et Eric (?).

On retrouve la cordée Crespi / Ranise à la baume des Cavaliers où le rééquipement de leur ouverture en artif' "Papy que dévers" devient une voie moderne ponctuée de 8a dans un secteur encensé par le haut niveau ("Ultime démence", "La Ramirole" sont les voisines).

 

 

 

 

En quatre ans, les équipeurs ont été bien actifs et de nouvelles voies sont répertoriées dans cette édition.

En résumé, citons les grandes voies des plus féconds ouvreurs : 

  • Pascal Faudou et ses amis : "La magie de l'aléatoire" et "Les montagnes russes"à Main morte, "Liberté surveillée" à l'Imbut, "Dédale et faintaisie" au Grand Eycharme, "Les deux doigts dans le nez" , "Le Schisme" à l'Escalès, "Hybridoïde" au Couloir Samson, "Enigma" à l'Estellié, "Voyage au gré du gris" au col de l'Olivier. Tiens, il manque trois voies vers "Free Tibet" à l'Eycharme (refus ).

 

  • Lionel Catsoyannis : "Les mains dans le sel" au Styx, "Pas de prélude pour Hervé" et "Catso angry" à la Dent d'Aire, "Via Mathis" à l'Escalès.

 

  • Bruno Clément avec les grandes voies dures à la baume des Cavaliers équipées en compagnie d'Antonin Rhodes dont "La Ramirole" est la plus médiatisée.

 

 

 

 

Les couennes ne sont pas en reste surtout avec un acharné comme Bruno Clément alias Graou qui sort des secteurs entiers à lui seul : la partie gauche du secteur "Solitude" vers La Maline (16 voies du 6b au 8b), Hulk (38 voies du 5a au 8c). Le petit secteur du Pas de la Baoù (4 voies du 6c au 7b+) est développé par Sylvain Guendon.

 

 

 

 

  En conclusion, le topo d'escalade du Verdon s'est bien amélioré pour cette édition 2010.

Il est d'abord conseillé (quasiment obligatoire) aux primo-visiteurs des gorges.

Si les finances ne vous limitent pas dans l'accroissement de votre collection, vous pouvez renouveler votre topo 2000 et même le 2006 : améliorations notables dans la présentation et les accès, nouvelles voies.

 

Bonne lecture !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par cmel - dans Topos
commenter cet article

commentaires