Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 10:23


Quand un haut-jurassien comme Vincent Morlet fait un jour ses armes de grimpeur dans les falaises phocéennes, même son exil durable dans le Valais Suisse ne peut effacer l'appel du rocher et le doux crissement des chaussons.
Submergé de programmes d'entraînement et de courses multi-sports centrées sur l'endurance et le dénivelé, les séquences en escalade sont espacées mais toujours épiques.

Profitant de son accession à la maturité des grands sages de l'Alpe , sa plume s'affine et son style rebondit au rythme de ses foulées de trailer. Nouvellement promue dans sa mailing-list, la C.M.E.L. adopte ce nouveau rédacteur, spécialiste des courses en montagne, trails, rollers, ski de fond et accessoirement, maître ès "tirage de dégaines".

L'occasion nous est donnée de revenir sur une répétition où cette qualité (l'A0), fruit d'une étude approfondie sur toutes les parois des Calanques, fut d'une grande utilité ... surtout quand l'estomac ne se contente pas d'être tordu par une légitime angoisse face au vide mais handicap suprême, quand il se convulse en réponse à l'attaque indélicate d'une intoxication alimentaire.





Il y a très longtemps, dans une très lointaine contrée, hors des frontières du Comté de Provence :

Je me réveille après une courte et chaude nuit (oui, c'est la canicule !!!) ... avec la boule au ventre .
 Et cette fois-ci, ce n'est pas le stress de grimper avec Gwen dans une voie horrible , mais une vraie douleur qui, je l'espère, va passer rapidement.
 Rendez-vous est pris au bord du lac d'Annecy, sous les falaises des Grandes Suites qui dominent ce beau panorama aux teintes turquoises.




[ ADDITIF Octobre 2009 :

Suite à un éboulement (?), un chantier de réaménagement du sentier est en cours :
Accès Grandes Suites :"07/10/2009 Il y a des problèmes d'accès à la falaise des Grandes Suites. Récemment, des grimpeurs se sont retrouvés dans un chantier chaotique, terrassements et abattages d'arbres, le chemin ayant disparu ! Ce chantier est bien entendu interdit d'accès et la police municipale a fait comprendre qu'il faudra trouver un autre accès."
Lu sur le
site Escalade en Haute Savoie ! ]





  Pour assouvir sa boulimie de longueurs tout en préservant l'impératif du 6a max, Gwen a porté son choix sur la voie "Harmonie" [180 m, 6a+ max, 5c obl., éq. en goujons. La classique la plus abordable de cette face] qui traverse la falaise de gauche à droite ... ce qui ne me rassure qu'à moitié.
 Petite marche d'approche mais le coeur n'y est pas ; le ventre me taraude ...
 




Depuis Annecy, longer le lac par le nord sur la D909. Dépasser Veyrier-du-lac et poursuivre vers Bluffy. A 1 km après le carrefour de Menthon-Saint-Bernard, ne pas rater à gauche (en épingle en montée) la route en corniche ; elle est juste avant la longue enfilade où le demi-tour sera impossible. Se garer aux containers à verres. Depuis le parking, remonter la rue jusqu'à ce carrefour (photo ci-contre à gauche) : "Chemin de la Merle" ;"Mont Barret" . Emprunter cette montée et le chemin qui grimpe entre les maisons puis longe ces alpages (image ci-dessous).



  Dans le bois, les cairns indiquent les carrefours qui mènent au pied de la face. Longer (à main droite) en passant sous ces surplombs massifs.

Le départ se fait par une des longueurs du secteur équipé en ring "carré" Cassin.





Cette première longueur prend pied sur une vire pleine d'herbe et d'arbre. Le relais est à l'extrémité gauche du câble (photo ci-contre à droite ; repérer la branche taillé en tabouret ).
 





Je fais un tour derrière les buissons (une tradition ) avant de suivre Gwen dans la première longueur. La mise en route est difficile et cela ne s'arrangera pas.


 



Sur la vire (jardin ?) de la première longueur !

Au départ de la 2ème longueur, un pas de bloc à bras (photo à droite) !

Ce pin résiste à la fréquentation de cette plateforme du relais en fin de L3.




Le sourire est là mais demeure assez crispé.

Gwen profite de cette voie qui est certainement jolie
[rocher compact, style varié : gouttes d'eaux, blocage physique, surplomb, lecture dans la dalle]. Il prend soin de sortir à vue toutes les longueurs (en masquant bien quelques tremblements inopportuns) et je m'applique à bien tirer sur toutes les dégaines sous son objectif vigilant ... afin de vérifier la solidité de l'équipement (évidemment) !




Les longueurs L2 et L3 peuvent se combiner en gérant bien les dégaines.


Les Grandes Suites - "Harmonie" L2+L3 from CMEL on Vimeo.




Du relais confortable R3 (ci-dessus) jusqu'à la fin de L4 (ci-contre).

  Après une grosse écaille décolée (menaçante ?) en L5, les prises sont plus rassurantes.





J'ai hâte d'être en haut.
Les difficultés s'ajoutent au mal de ventre. Heureusement, reste le plaisir de l'aventure verticale dans un site nouveau avec un fidèle partenaire.






 
Dernière longueur en dalle à prises isolées demandant une lecture tout en patience et observation (photo à gauche) !

Ensuite, c'est le commentaire de l'arrivée au sommet :

Les Grandes Suites - "Harmonie" Sortie sur le plateau from CMEL on Vimeo.

 




On atteint le sommet ... enfin !
Je mange alors une pomme et une barre pour essayer de calmer mon ventre dont la douleur s'intensifie.

 



 


Descente d'abord à pied, petite vire cablée avant d'atteindre les rappels. Je n'ai plus la tête à ça et Gwen me le fait remarquer, je suis un peu perdu aux relais ... Il gère les manip' ! Je vois à peine le saisissant fil d'araignée d'un des rappels !




Descente à la voiture. On se congratule : "Merci "Guidos" ... une de plus ... joli rocher, jolies dalles ...".
J'essaie de forcer l'évacuation de ces sournois parasites hors de mon estomac mais rien n'y fait.
Echange de souvenirs : moi, les photos de mon expé au Mc-Kinley, Gwen, celles du Jubilé de Guy Morizot, l'illustre initiateur marseillais de grimpeurs estampillés fac'.
 
L'histoire ne s'achève pas ainsi : c'est alors l'heure du retour, lequel se révélera laborieux.
Je suis plié en quatre, fatigué. Ca bouge dans mon ventre [Alien, le retour ? ].
Je fais une pause au bout d'à peine 20 minutes sur une aire d'autoroute : une sieste, mais ça va pas ... Puis une heure plus tard, pareil.
J'atteins péniblement Argentière où je peine à m'acheter un Coca. Pause au col de Montets. Je rejoins enfin Saillon, la maison où je vomis la pomme et la barre de midi.
La nuit se résume à un calvaire : j'hésite à aller à l'hôpital et pourtant ce n'est pas mon genre.
J'opte pour le repos et un jeune de 30 heures. La douleur se calme au petit matin, puis il faudra 3/4 jours pour que ça disparaisse complètement.  Le Trail de Verbier dans une semaine ne s'engage pas au mieux mais finalement, je ferai une bonne course.

Vins.





[En tous cas, la compassion suscitée par son état a profité à notre ami qui, non seulement n'a pas effrayé une charmante visiteuse (rdv prévu de longue date), mais en plus, a débuté avec celle-ci une relation harmonieuse partagée entre neige et dénivelé ]


 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires