Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 17:36


Le ventre lesté d'une "Paluarde" (cette patisserie-confiserie de la boulangerie de La Palud sur Verdon, source infinie d'énergie pour les grimpeurs locaux), les réserves sont prêtes pour affronter une entreprise plus longue qu'aux Dalles Grises de l'Escalès.

Direction La Maline à l'envers de la route des Crêtes.
Point de départ (ou d'arrivée) du fameux sentier Martel qui longe le Verdon jusqu'au couloir Samson (ou simplement pour rejoindre les berges de galets, se baigner et bronzer), lieu de ravitaillement ou d'hébergement au Chalet avec terrasse panoramique sur les gorges, les grimpeurs associent plutôt ce lieu à l'apprentissage des grandes voies d'escalade lors des premières visites au Verdon.
En effet, la hauteur (250 mètres) permet de remplir une bonne partie de la journée alors que les nombreuses vires et gradins fournis en décorations arboricoles évacuent la fameuse ambiance. On a tout le Verdon (hauteur, qualité du rocher) sans son ingrédient démoralisateur : le vide tétanisant.

  
 
 
Au fond, au soleil, le secteur de "Babouchemolle" et son immense dalle à cannelure devant l'"Arête du Belvédère" qui se découpe en arrière-plan.
Chevreaux approchant de la route après une expé en terrrain d'av'

Original pour le Verdon, l'approche a pied en désescalade, façon "broches plantées".

 
A l'origine en 1972, les ouvreurs n'avaient pas encore découvert l'accès à pied "des coupeurs de buis" (cf "Les Fous du Verdon" - Barney Baucher, 2008). Bernard Bouscasse, François Guillot venaient du sentier Martel et traversaient la rivière au gré des galets à chevaucher : aventure !!!
 L'approche depuis la crête par ces passages affublés de barre fichées dans le rocher est un gain de temps et une mise en bouche des escalades prochaines.
 
 
Suivez les cairns !   Au 2/3, ne pas manquer de bifurquer par cette vire (indiquée par des marques rouges et une flèche sur le rocher) sous peine de s'engrainer dans des rappels branchus où la terre se gorge de cailloux désagréables sur votre passage.  Les fameuses barres (r)assurent une désescalade efficace et prudente. En cas de besoin, les pros s'en servent pour assurer à la corde leur client.
 
 
 
 
La plus connue des voies abordables servant de ticket d'entrée au Verdon est "l'Arête du Belvédère" (équipée en broches scellées) ; un itinéraire très classique dont les prises patinées témoignent des processions croisées ici. Escamoté par bien des cordées (l'approche permet de démarrer plus haut), le premier ressaut comporte un pas de 6a+ dont la prise-clé pour le pied est lubrifiée des appuis multiples qu'elle a subi : elle fera coulée quelques rigoles de sueurs pour ceux qui s'engatzent à jaunir ce crux (sinon, la dégaine tend idéalement les bras ...).



 
Vue en face sur les falaises de la rive gauche : le secteur Roumagraou à gauche du Bauchet et ses couennes majeurissimes
Photo de droite : bien inconfortable a dû être la suite des évenements pour ce grimpeur dont les accessoires (sangle et chausson)se retrouvent malencontreusement pendus à ces branches de buis sous "l'Arête du Belvédère" (à hauteur de L2).
 

 
  Moins envahie par la foule des novices encadrés de leur moniteur, la voisine, "Les Dalles", est tout aussi abordable, bien équipée, dans un style plus varié et plus homogène autour du 5c et même listée dans les 100 plus belles du Bureau des Guides. Perclu d'erreur, le topo officiel n'est bon que pour désigner le départ de la voie (c'est le minimum). Pour l'itinéraire, suivre les plaquettes , traverser tout à droite aux balcons pierreux et se reporter au lien ci-dessus pour des difficultés plus ajustées.

En bas, le calcaire gris manque d'adhérence dans les dalles mais suit de belles lignes de fissures avec un beau vide se creusant sous les pieds.
Quelques plaquettes se méritent et il faut avancer. C'est déjà  l'entrainement à l'esprit de l'Escalès .
Les relais sont confortables sur des margelles. Arrive un grand balcon gravilloné qui vient couper d'un coup le vertige. Le relais est tout à droite. La longueur qui suit (L4) parcourt une belle écaille décollée qui finalement est moins dur que son apparence ne le laisse présager.

 
 

 
 
 Après L4 et son écaille : 5b+/5c !  Un dièdre-cheminée à l'ancienne fermé par un bouchon calcaire qu'il fait franchir à renfort de blocage sur bonnes prises ! Une traversée laisse finir L5 sur de belles sculptures : 5c.
 
 


Après le dièdre de L5, une des plus belles longueurs de la voie (L6 : 5c+/6a) déroulent sa continuité : dülfer sur une écaille dans un mur bien raide ; un peu de bras et de la technique pour ne pas se fatiguer.
En L7, encore une longueur finaude où la lecture évite des tractions digitales incohérentes : trouvez les prises masquées.




La longueur-clé de L6 se termine : quelle belle escalade !
Le cheminement tente de retrouver le rocher au milieu des arbres pour sortir au plus près de la route. En deux micro-longueurs L7 (6a à bras) et L8, le sommet est atteint !


Lieu d'aguerissement privilégié, la Maline vous réserve quelques beaux itinéraires préservées des "Dalles" ici détaillée (et conseillée) jusqu'aux voies récentes ("L'âme fatale"), en passant par les aventures de "Chan-Té" par exemple.


 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires