Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

Bienvenue sur le blog de la Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral !

Marseillais, Aixois, Aubagnais, Ciotadens, quelque soit l'origine, nous sommes tous animés par la même passion de l'escalade libre. Les articles traiteront principalement des sorties en rocher avec des photos et encore des photos.

Puisqu'il y a du soleil toute l'année en Provence et que nous sommes heureux d'y vivre, c'est évidemment nos belles falaises du sud qui sont visitées régulièrement.

Et puisque le centre du monde vertical est à Marseille, les Calanques et toutes les falaises phocéennes seront à l'honneur. En amoureux transi du rocher, nous irons même jeter un oeil hors de nos frontières ...

La C.M.E.L., c'est aussi une association qui cherche à aménager notre environnement pour la pratique de notre sport favori (Clean Up Day de La Ciotat). Le blog permettra d'en rendre compte.

Bonne lecture à tous les grimpeurs internautes !!!

 

  

P.S. :

Pardonnez une facheuse tendance à laisser le retard s'accumuler dans la publication des articles !

Mais la description d'une voie ou d'un secteur est relativement intemporelle ... peu importe la date d'édition !

Recherche

Contacts C.M.E.L.

Pour toutes demandes d'informations, questions et autres, vous pouvez contacter (remplacer les mots en majuscules : AROBASE, POINT, par leur symbole) : 

 

  • Olivier Didon par mail : didon POINT olivier AROBASE gmail POINT com

                                     ou par téléphone : 06 19 14 01 01

  • Jean-Philippe Dalbavie par mail : jeanphi.dalbavie AROBASE wanadoo POINT fr

                                  ou par téléphone : 06 09 89 64 91

Visites

 

Nombre de visiteurs (depuis 2006) :

 

Articles Récents

A découvrir

 

 

   
La Compagnie des Moniteurs d'Escalade du Littoral vous offre ses services pour un encadrement en escalade, canyon, via ferrata, parcours accrobatique. Retrouvez le détail des prestations de "nos professionnels au service de votre passion" sur la page dédiée aux moniteurs C.M.E.L. 

 


 

  Saison 2012/2013 : compétition "Blocs qu'on teste" ouverte à tous. Rendez-vous mensuels les vendredis soirs à partir de 19h (le calendrier sur la page Compétition)  à Bloc Session de La Ciotat et finale en avril !


Les autres salles de la région sur la page des salles d'escalade phocéennes.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Quelques soient les opinions quant au choix du système de protection, le Parc National des Calanques est bien là (signature officielle en avril 2012).


La place des activités douce de pleine nature comme l'escalade est défendue par l'association "Des Calanques et des Hommes". Historique des actions depuis 2009 sur la page "Avenir de l'escalade dans le Parc National des Calanques".
 


 

 


 

 

 


 

16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 11:44



Le monde de l'escalade est petit !
Quand un chamboulement aussi important se produit à l'Etoile Noire, le fameux site d'escalade dans les anciennes carrières du Loin de La Ciotat, la nouvelle fait vite le tour de la petite communauté ciotadenne (même en plein hiver).

Alerté par Olivier, il faut encore quelques semaines avant de lancer une investigation plus poussée.

A l'entrée du site en venant du parking de Fardeloup, les ressauts gréseux gagnent petit à petit en hauteur et dévoilent un panel de coloris allant du gris à l'ocre.
Au secteur dit du "Portail" (référence terre-à-terre à cette vieille grille rouillée qui fait office de gardien au bord de l'esplanade), quelques parois attendaient leurs heures avant une exploration en règle des grimpeurs.
Il y a presque une dizaine d'années, Matthieu et Xavier Lupo avaient déjà tracé quelques lignes disparates de rings mais leur impact fut rapidement endormi par la proximité recouvrante et dense des arbres du secteur. La priorité n'était donc pas pressante pour le développement de ce site.

Or, c'est ici que François Souret, un moniteur expérimenté de spéléo et de canyon, lance son projet cet hiver 2008-2009.
Tirant de judicieuses ficelles jusqu'à la mairie de La Ciotat grâce à ses contacts privilégiés au Conseil Régional (ou Général ?), il réussit à s'octroyer le droit de créer une école d'apprentissage aux techniques de cordes pour le canyonisme.
Fort de ses compétences d'éducateur à l'ADDAP13, il a négocié un plan d'aménagement et de réinsertion des jeunes ciotadens.
L'objectif est de faire une "école de canyonisme" pour découvrir confortablement les différentes techniques de rappels (guidés, débrayables, ...), pour organiser des stages fédéraux et dans ce but, de faire travailler à différents postes les jeunes qu'il encadre (aménagement environnemental).


Le résultat se voit sur place : terrassement au bulldozer de la place (plus un arbre en place), nettoyage des falaises et installation de points d'assurage, de relais et de barreaux. Même des pans de terre ont été gratté sur la paroi. Travail remarquable dans l'ensemble (mais le détail est tout autre ...).


L'esplanade arasée du secteur Portail ; les bosquets d'arbres au fond ont disparu.   Quelques barreaux le long du dièdre terreux mènent à la vire d'où plusieurs relais permettent de tester les rappels.



 

L'étonnement fait place à un premier sentiment de satisfaction quant à l'aménagement et au nouveau potentiel sur ces via cordata. Il laisse même imaginer une reprise future du développement de l'escalade.

La réalité est toute autre et nous déchantons vite lors d'une discussion avec François Souret.

Il décrit son travail, son projet, ses objectifs et surtout conclut qu'il est "interdit de grimper sur ce secteur" .
En effet, il annonce avoir réussi à conventionner le secteur (à titre expérimental ) comme "école de canyonisme" et à ce titre, il ne peut y avoir que des activités d'apprentissage des techniques de corde ici.
Renseignement pris, Claude Fulconis, président du Comité Départemental FFME des Bouches du Rhône est tout fier de confirmer la convention entre le CD13 FFME et la mairie de La Ciotat pour la première "école de canyonisme" de France.


Comment peut-on se déclarer représentant de la "famille des grimpeurs" et ainsi accepter de cloisonner une activité cousine alors que les pratiquants basculent de l'une à l'autre sans frontière (les grimpeurs font du canyon, de la spéléo et inversement) ?







 François, ses jeunes et son camion.
  Ca bosse dur ! Le résultat se voit sur l'image suivante : belles restanques !
  Des murets, des restanques, ... beaux aménagements ! Bravo !    
Des relais pédagogiques à foison (y en a-t-il suffisamment ?). Super pour attacher la laisse du chien !

 
 





En tant que grimpeurs, amoureux du site d'escalade de l'Etoile Noire et promoteurs des Clean Up Days qui ont permi 5 années de suite le nettoyage et l'évacuation près de 30 tonnes de déchets, voici notre avis sur la situation ; il n'engage que nous (membres de la C.M.E.L.) mais représente sans doute celui de beaucoup de grimpeurs :



Oui, nous sommes d'accord avec le fait de :

  • développer ce secteur. C'est une belle initiative et nous félicitons l'énergie déployée par François Souret et ses jeunes ciotadens.

 

  • Faire une "école de canyonisme" ... mais sans restriction des autres activités (comme l'escalade).

 

  • Conventionner ce secteur à titre d'exemple pour au final étendre la disposition à tous les secteurs d'escalade (après 15 ans de tentatives infructueuses et sans cesse reportées, enfin, une convention est signée ; en espérant que la mairie joue le jeu honnêtement sans nouveau revirement ).

 

  • Aménager l'espace et faire travailler des jeunes ciotadens dans leur environnement proche ne peut que les faire respecter cette nature fragile.


 


Mais, face à de nombreuses restrictions, nous sommes en désaccord total avec :

  • L'interdiction de grimper sur ce secteur alors qu'il existe déjà des voies et qu'un potentiel de lignes naturelles pour voies faciles existent.

 

  • L'équipement de barreaux sur voie existante (la rendant infréquentable) ; c'est dénigrer l'activité et à l'encontre de l'éthique d'équipement des falaises qui doit respecter ce qui est déjà en place.

 

  • L'équipement unilatéral sans réflexion conjointe, sans concertation avec l'escalade ; pourquoi dénaturer, détruire des lignes naturelles qui accueilleraient de belles voies d'escalade ? A cette question, l'intéressé nous répond que le rocher n'est pas beau ici, pas intéressant et qu'il y a bien d'autres secteurs à occuper plus haut ! C'est bien l'avis d'un consommateur d'espace naturel et pas celui d'un grimpeur passionné pour qui tous les rochers sont attirants dans la mesure où ils sont compacts et donc, grimpables.  Mettre des barreaux pour via cordata : oui, mais seulement dans les zones "d'escalier, de gradin" ou lisse hors des lignes naturelles grimpables.

 

  • Le conventionnement strict d'une activité au détriment de ce qui génère le plus de fréquentations à l'Etoile Noire (la grimpe).

 

  • L'absence de concertation avec les acteurs locaux de l'escalade. Tout le monde est mis devant le fait accompli. Le CD13 FFME est en première ligne dans cette affaire (convention, fournitures du matériel d'équipement (rings, colle, ...), participation épisodique à la purge des falaises) et ne s'est jamais mis en relation avec les locaux qui sont pourtant facilement identifiable (Matthieu Luppo à la salle Bloc Session, Olivier Didon à la C.M.E.L. et Eric Valls à Aventures Soubeyrannes). Claude Fulconis (CD13 FFME) se défend en disant que la signature de la convention fut annoncée dernièrement en réunion du comité directeur et lors de l'assemblée générale. Il confirme ainsi mettre tout le monde devant la conclusion des faits sans possibilité de participation et de discussion. C'est toujours la politique des actions obscures sans concertation dont il assume seul la charge mais aussi seul les initiatives bonnes ou mauvaises. En général, les résultats sont favorables et les critiques n'ont pas lieu d'être mais dans notre cas précis, il y a des raisons d'être mécontent.

 

  • La posture de la municipalité qui manipule les différents interlocuteurs depuis près de 15 ans en faisant croire à une signature de convention tout en repoussant sciemment l'affaire. Auraient-ils fini par accepter que cette convention les protège puisqu'elle les décharge de la responsabilité en cas d'accident au détriment de la FFME ? François Souret a su manoeuvrer habilement en passant par le "service des sports" et celui de la "politique de la ville". Il faut donc des relations haut placées pour débloquer de telle situation ?


 
Nous sommes étonnés de voir autant de rings, de relais chaînés collés à droite et à gauche. Surtout quand on sait que le CD13 FFME fournit ici sans compter alors qu'il est si drastique quand il s'agit des voies d'escalade ailleurs.


 


 
 


Via cordata équipée avec corde en place mais à ne pas utiliser avant la fin des travaux (ou par les professionnels ?).
 L'inacceptable : des barreaux scellés au départ d'une voie d'escalade déjà existante.

Multiplication de relais sur une vire !


 
 
 
Que faire et comment réagir maintenant que les textes sont signés (depuis 2008) ? Pas grand chose puisque la messe est dite.

Attendre que les travaux se terminent et profiter des lieux pour faire de la manip' de corde (génial ).
L'accès au site est ouvert à tous mais uniquement pour "l'apprentissage des techniques de corde de canyonisme". En tous cas, ce sont les termes qu'il faut utiliser si des autorités vous demandent les raisons de votre présence.


Réclamer des comptes au CD13 FFME et demander à l'avenir plus de communication et avertir à l'avance les acteurs locaux lorsque des projets de cette envergure se mettent en place pour éviter des erreurs regrettables.
Suivre le bilan du conventionnement et pousser l'extension à tous les secteurs d'escalade de l'Etoile Noire.



"Bon, sur ces indignations insignifiantes de conquérant de l'inutile, bonne grimpe !"


 

 
 
 
 
 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires